Accéder à l'accueil de la zone télévision de radio-canada.ca.
Gala des Jutra 2007
Concours
Finalistes
Album photos
Animateur
Prix hommage
Le trophée
Les nouvelles
Les plus élégants
Les autres années
Reportage
Accueil
Équipe Internet de la Zone télévision Zone télévision
Gala ADISQ 2006 - 29 octobre

Le gala
 

La course aux prix Jutra 2007

Le 18 février à 19h30, Radio-Canada diffusera la 9e édition de La Soirée des Jutra, soulignant le travail des artisans du cinéma québécois. En direct du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, le gala est animé par Normand Brathwaite. ARTV donnera le coup d’envoi à 18h avec les deux émissions spéciales La fièvre des Jutra et Tapis rouge pour les Jutra. La chaîne collabore à la remise du Jutra-Hommage en produisant un film qui retrace la carrière de Pierre Curzi. Après la soirée, sur ARTV, René Homier-Roy s’entretiendra avec les lauréats dans une émission spéciale de Viens voir les comédiens. La Soirée des Jutra sera par la suite diffusée sur les cinq continents par TV5-Monde.

Avec 12 nominations chacun, Bon Cop, Bad Cop et Un dimanche à Kigali sont en tête des finalistes. Le film Congorama récolte pour sa part six mises en nomination, alors que Guide de la petite vengeance et La Vie secrète des gens heureux en récoltent chacun quatre. Outre les longs métrages de fiction, la Soirée des Jutra récompensera également le meilleur documentaire, le meilleur film d’animation et le meilleur court / moyen métrage.

Normand Brathwaite
Animateur de la Soirée des Jutra

Que représente pour toi l’animation de la Soirée des Jutra?

Je me sens choyé d’animer ce gala, surtout à cause du fait que je n’appartiens pas vraiment à ce monde car je ne fais pas de cinéma. On vient me chercher comme animateur et j’en suis très touché. Je souhaite que les gens regardent ce gala, même s’ils n’ont pas vu tous les films. On veut leur donner le goût de les voir, c’est l’objectif principal. Le cinéma québécois est très varié et novateur, il essaie de s’adresser au plus large public possible. On ne sent plus le besoin de dire dans chaque film qu’on est une nation, on se permet d’aller dans plein de directions, de traiter de sujets très variés.

Paul Ahmarani
Finaliste – Meilleur Acteur
Congorama

Cette mise en nomination te fait-elle plaisir?

C’est certain que ça fait toujours gratifiant de voir son travail reconnu. Surtout qu’avec Congorama, les gens peuvent voir une autre facette de mon jeu, j’y ai élargi ma palette par rapport à ce que j’ai fait précédemment. Mon jeu est plus retenu, plus taciturne, moins expressif. Ce film marque une étape bien particulière dans mon évolution en tant qu’acteur et ça me fait chaud au cœur de voir ce travail souligné. 

 

Gabriel Gascon
Finaliste – Meilleur acteur de soutien
Guide de la petite vengeance

Comment avez-vous accueilli votre mise en nomination?

J’ai été heureux et surpris surtout, car je ne m’y attendais pas!

Que diriez-vous aux gens qui n’ont pas encore vu le Guide de la petite vengeance?

Allez-y tout de suite, c’est impératif!

Comment avez-vous considéré ce projet au départ?

Quand  on m’a approché, j’y suis allé un peu à reculons car j’étais très occupé. Je ne m’attendais à rien, mais j’ai été emballé quand j’ai lu le scénario. Au cinéma, un personnage secondaire est aussi important qu’un personnage principal, il n’y a pas de petit rôle. Ce fut une expérience très intéressante pour moi.

Philippe Falardeau
Finaliste – Meilleure réalisation
Congorama

Votre film a été apprécié de la critique et est finaliste pour plusieurs prix. Comment le vivez-vous?

Depuis le début, la critique parle élogieusement du film, elle le supporte presque à bout de bras, c’est très émouvant. Bientôt, on va me soupçonner de faire des films pour plaire aux journalistes! J’espère que cette nomination aux Jutra va donner une deuxième vie à Congorama. Il est à l’affiche en France présentement et ça semble vouloir bien se passer.

Votre film nous plonge dans quel type d’univers?

C’est un film grand public, mais les gens doivent s’attendre à voir quelque chose de surprenant. L’action de Congorama se déroule au Québec et en Belgique, mais pas à la façon d’une coproduction où des acteurs de nationalités différentes se retrouvent obligatoirement dans le même film parce que deux pays ont participé au financement. J’avais envie de parler des liens que les gens issus deux pays peuvent tisser spontanément dans la vraie vie, tout en créant un bon divertissement. Il s’agit d’une histoire rocambolesque, présentée comme un thriller, mais le ton reste très naturel. Le film est construit comme un puzzle dont le public doit assembler les morceaux.

Michel Côté
Président de la Soirée des Jutra

Comment s’est porté le cinéma québécois en 2006?

Notre cinéma connaît de belles années, mais il y a encore un gros travail de sensibilisation à faire pour que les gens aillent en grand nombre voir les films québécois. Cette année, à part Bon Cop, Bad Cop, le public n’était pas suffisamment au rendez-vous. Les gens ne devraient pas se laisser influencer par ce que dit leur voisin ou leur collègue de travail sur tel ou tel film, ils devraient prendre la peine d’aller le voir et de se faire leur propre opinion.

Paul Ahmarani
Porte-parole des Rendez-vous du cinéma québécois

Que représente cet événement pour les professionnels de l’industrie du cinéma et le public?

Les rendez-vous du cinéma québécois sont un moment privilégié pour apprécier tout ce qui s’est fait chez nous l’année précédente, pour tâter le pouls de notre industrie dans son panorama le plus large, sans discrimination : longs et courts métrages de fiction, documentaires, œuvres très populaires ou d’auteurs. C’est une occasion aussi pour les créateurs de se rencontrer et de rencontrer leur public. Ce n’est pas un festival, donc il n’y a pas la tension de la compétition. C’est une grande célébration de notre cinéma.

Comment qualifierais-tu le cinéma québécois des dernières années?

Le cinéma québécois est une jeune industrie, riches de ses bases, mais néanmoins adolescente. Elle a les qualités de la jeunesse : le goût de foncer, d’éclore. Je dirais que le cinéma québécois d’aujourd’hui est émouvant comme un bourgeon.

Les rendez-vous du cinéma québécois

À la demande de La Soirée des Jutra, les Rendez-vous du cinéma québécois placent les métiers de l’ombre sous les projecteurs et organisent une grande fête, le 17 février, où seront décernés les prix Jutra suivants : Meilleure direction artistique, Meilleurs costumes, Meilleure coiffure, Meilleur maquillage et Meilleur son. Cette remise de prix sera l’occasion de souligner la créativité de ces indispensables artisans.

Seront également remis le Jutra du Meilleur court / moyen métrage ainsi que le Jutra du Meilleur exploitant de salles. Radio-Canada fera une captation de cette cérémonie et en diffusera un montage lors de La Soirée des Jutra le 18 février.