•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le processus de création de Wartin Pantois

L’artiste Wartin Pantois, connu pour ses collages sur des édifices, a installé récemment une œuvre sur le mur arrière de l’immeuble abritant le Théâtre de La Bordée. La création de l'oeuvre La beauté sauvera le monde, de l’idéation au montage, s’est étalée sur plusieurs semaines.

Wartin Pantois, artiste dont l’identité demeure secrète, collabore avec La Bordée cette année pour créer des œuvres in situ au fil de la saison de théâtre.

C’est le thème de la saison La beauté sauvera le monde qui a inspiré le premier collage fait de personnages photographiés, imprimés sur papier en noir et blanc.

L’œuvre représente un personnage dans sa chute, qui sera rattrapé par un groupe de citoyens, une métaphore du filet social, mentionne l’artiste.

« J’ai voulu illustrer le thème [la beauté sauvera le monde] par la beauté du geste d’entraide de récupérer, d’aider ceux qui ont des difficultés qui sont en chute. »


Séances photo

Caméra à la main, Wartin Pantois prépare son oeuvre dans un studio photo
Caméra à la main, Wartin Pantois prépare son oeuvre dans un studio Photo : Radio-Canada

Après l’idéation, la première étape de réalisation consiste à faire une série de photos. Pour La beauté sauvera le monde, citoyens et comédiens se sont prêtés au jeu à la mi-avril. Jusqu’à 750 clichés ont été tirés pour chacun des personnages imaginés dans différentes positions afin d’illustrer la scène.

« Je me garde de la marge de manoeuvre parce qu’après ça, je vais créer la scène selon les personnages que j’ai et tenter d’en faire une scène collective qui a du sens, les personnages les uns avec les autres », dit Wartin Pantois.


Impression et découpage

Wartin Pantois découpe ses oeuvres avant de les installer aux murs.
Wartin Pantois découpe ses oeuvres avant de les installer aux murs. Photo : Radio-Canada

Le créateur choisit ensuite les clichés finaux parmi plus de 10 000 photos prises pour les 27 personnages de ce projet. Les photographies sont ensuite imprimées une à une au laser sur des rouleaux de papier comme ceux utilisés pour les plans d’architectes.

Les personnages sont découpés et étalés sur le sol pour établir le plan de montage final.

« Je fais tous mes personnages séparément. Ensuite, je prends chacun des individus et je les fais former une scène de groupe. »


Installation

Des personnages de papier sont collés sur le mur arrière du théâtre de La Bordée
Oeuvre intitulée Le retour sur le mur de l'édifice abritant le théâtre de La Bordée Photo : Radio-Canada/Alice Chiche

À 5 h 30 un matin ce printemps, l’étape de collage des personnages sur l’édifice s’amorce avec l’aide de quatre complices. À 35 pieds de haut, l’installation du personnage dans sa chute nécessite notamment l’utilisation d’une grue.

« Je n’apprécie pas tellement les hauteurs, mais je devrais m’en sortir », dit en riant Wartin Pantois.

En tout, 27 personnages éphémères sont assemblés dans la fresque inaugurée cette semaine.

ICI Télé
En semaine En rediffusion 23 h 05

Médias sociaux