•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avantage des maisons de transition

Un homme avec des tatouages sur les bras et une chemise noire regarde la journaliste
Elliot est un bénéficiaire du Centre résidentiel communautaire Le Pavillon. Photo : Radio-Canada

Elliot n’en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. La première fois qu’il est sorti de prison, il est retourné directement chez lui, dans ses vieilles habitudes.

Quand on sort directement, dit-il, on peut retrouver notre entourage, et souvent, quand on sort directement, on n’a rien connu d’autre que la délinquance, c’est facile d’être aspiré vers le mauvais côté.

Aujourd’hui, il en est à son huitième mois de sobriété. Il est en maison de transition, au Pavillon à Beauport. C’est une fierté.

François Hallé regarde la journaliste lors d'une entrevue installé à une table à l'extérieur
François Hallé est conseiller clinique au Centre résidentiel communautaire Le Pavillon. Photo : Radio-Canada

François Hallé est conseiller clinique au Centre résidentiel communautaire Le Pavillon. Il explique que ce genre de résidence pour hommes leur offre un encadrement, des règles. Ça permet d’être mieux accompagné lorsque vient le temps de sortir de prison.

La semaine, ils doivent être de retour à 23 h, 1 h du matin en fin de semaine, précise-t-il. Chaque résident a aussi sa tâche, tout le monde y met du sien.

Il indique que le simple fait de changer la litière du chat de la maison est une tâche, comme le fait de ranger la table, laver la douche, etc. Les résidents doivent payer un petit montant d’argent pour y demeurer. Ça dépend s’ils travaillent ou non.

Un chat assis dans son panier
La maison de transition a un chat, considéré comme une mascotte par les résidents. Photo : Radio-Canada

Un résident qui bénéficie de l’aide sociale doit un loyer équivalent à 1 $ par jour pour rester au Pavillon.

Les voisins de la maison sont au courant que ce sont d'anciens détenus qui y logent. François Hallé indique qu’ils sont invités à venir visiter les lieux pour mieux comprendre et voir comment ça fonctionne.

Ce dernier croit vraiment que ce type de résidences est utile pour les hommes qui retrouvent leur liberté. Ça arrive que des anciens viennent nous visiter pour nous parler de leur réussite, de leur nouvelle vie, ça c’est une grosse paye pour nous.

L’objectif d’Elliot, de son côté, c’est de s’adapter encore mieux à la société et de s’installer dans une vie normale.

ICI Télé
En semaine En rediffusion 23 h 05

Médias sociaux