•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plaire aux messieurs et aux tout-petits en coiffure, c’est possible

Deux coiffeuses en action : l'une coupe les cheveux d'un petit garçon et l'autre les cheveux d'un homme
Krystelle Matte et Johanne Plante sont de ces coiffeuses qui aiment s'occuper des têtes d'une clientèle bien précise. Photo : Radio-Canada

Parmi les nombreux salons de coiffure de la ville de Québec, plusieurs se démarquent pour offrir un service spécifique aux clients ainsi qu’une expérience unique. C’est le cas d’un barbier qui sert les hommes depuis 1925 et d’un salon de coiffure mobile pour les plus jeunes.

Johanne Plante du Salon Giguère croit bel et bien qu’elle est la propriétaire du plus vieux salon de la ville. Situé entre les quartiers Montcalm et Saint-Jean-Baptiste, son salon accueille des hommes de génération en génération pour une coupe ou pour un rasage. Johanne est donc barbière et fière de l’être.

Mon patron qui aimait agacer, il disait que j’étais une barbeuse, lance-t-elle le sourire aux lèvres. C’est d’ailleurs à son patron qu’elle a acheté l’entreprise en 2003 et elle continue de recevoir des clients de longue date de l’endroit.

D’ailleurs, l’enseigne classique des barbiers tourne toujours à l’extérieur du commerce. Johanne, elle, souhaite que son projet vive encore jusqu’en 2025… lors du centième anniversaire du salon. Si la santé me le permet, je veux me rendre jusque-là.

Cette dernière ne sait pas encore qui pourrait prendre la relève lorsqu’elle quittera l'endroit pour la retraite, mais elle espère que la clientèle pourra continuer de profiter de l’expertise du commerce encore longtemps. La propriétaire aime coiffer les hommes parce que ce sont des clients fidèles en affaire, et aussi parce qu’elle trouve qu’ils sont moins compliqués.

Un homme assis sur une chaise de coiffeur avec une coiffeuse derrière lui qui lui coupe les cheveux
Johanne Plante s'occupe des cheveux des hommes, mais réalise parfois aussi de rasages traditionnels de la barbe. Photo : Radio-Canada

Les clients lui rendent bien, comme un monsieur présent lors du tournage de Québec sur demande qui fréquente l’endroit depuis plus de 50 ans.

À la rencontre de la jeunesse, un coup de ciseau à la fois

Krystelle Matte, elle, a choisi de s’occuper de la jeune génération. Et pas de n’importe quelle façon : elle se rend directement où ils se trouvent.

Avec son entreprise Kut Cut Déplume, elle coupe les cheveux des enfants dans les garderies, dans les centres communautaires pour les familles, dans les écoles également. J’ai travaillé dans des garderies, explique-t-elle. Je montrais aux jeunes comment utiliser des ciseaux et finalement, j’ai réalisé que les parents voulaient que je m’occupe de la tête de leur petit.

Krystelle sait comment s’assurer que les jeunes se sentent en confiance sur sa chaise de coiffeuse. Elle leur parle, leur propose des activités, elle va même jusqu’à leur mettre de la couleur dans les cheveux pour les amuser. Une couleur qui disparaît au premier lavage, bien sûr.

Une coiffeuse s'occupe des cheveux d'un petit garçon.
Krystelle Matte fait de son métier de coiffeuse une façon d'aller à la rencontre des familles. Photo : Radio-Canada/Sandra Lalancette

Elle sait aussi comment rassurer les parents et les éducateurs. Détentrice d’un diplôme d’éducation à l’enfance ainsi que d'une formation en secourisme, Krystelle a tout ce qu’il faut pour prendre soin des enfants.

Il faut aussi que je sois à l’aise de me déplacer dans les maisons. Parfois, j’arrive chez quelqu’un et la maman m’accueille en pyjama et continue d’allaiter son plus jeune alors que je fais la coupe de l’autre, précise-t-elle.

Elle a décidé de couper les cheveux des petits entre autres pour relever un défi : celui de s’occuper de la tête des clients considérés comme les plus difficiles.

ICI Télé
En semaine En rediffusion 23 h 05

Médias sociaux