Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page

Le monde du tatouage propulsé par Instagram

Le monde du tatouage propulsé par Instagram

À ses débuts comme tatoueur à Québec, Olivier Casault allait chercher quelques dizaines de clients grâce à Instagram. Puis, en moins de deux ans, le réseau social a propulsé l'artiste-tatoueur si bien qu'aujourd'hui, Instagram lui permet d'aller chercher près de 80 % de sa clientèle.

Un texte de Charles D'Ambroise

« Ce qui est bon avec Instagram, c’est que ce n’est pas centralisé sur le réseau local. C’est plutôt centralisé sur le réseau mondial. C’est plus facile de joindre des étrangers que Facebook, qui est plus efficace pour un réseau local », explique Olivier Casault, propriétaire du studio 1988 Tatoo Studio dans le quartier Saint-Sauveur à Québec.

Ça arrive souvent qu'ils [les clients] se déplacent. Cet été, j’ai eu des clients de Californie, de France, de Montréal et de Toronto.

Olivier Casault, tatoueur

Sur Instagram, les tatoueurs forment à eux seuls une communauté à part entière. En quelques années, la majorité des tatoueurs se sont tournés vers le réseau social pour se faire connaître et créer, en quelque sorte, leur portfolio virtuel.

« Maintenant, j’ai une routine. Je prépare ma publication pour l’après-midi. Je fais aussi une story qui est un récapitulatif de ma journée. C’est une grosse planification, mais à un moment donné, ça se fait plus naturellement. »

La collègue d'Olivier, Marso Couture, abonde dans le même sens. « À la base, c'est de s'adapter et de comprendre le robot [...] C'est facile de diriger l'esthétique qu'on veut promouvoir. »

Réunions d’artistes

Suivi par plus de 26 000 abonnés, le tatoueur a été invité à plusieurs reprises par d’autres studios en Amérique du Nord ou en Europe qui appréciaient son style. Se faire inviter par un studio ailleurs au Canada ou encore en Europe devient chose commune dès qu’on développe une certaine notoriété, explique Olivier Casault.

Olivier Casault
Olivier Casault est suivi par plus de 26 000 abonnés sur Instagram Photo : Radio-Canada

« Ce qui est pratique avec ça, c’est que je peux aller travailler à l’étranger, je peux me faire inviter, je peux me faire voir par d’autres communautés d’artistes à travers le monde. C’est bon pour parfaire nos connaissances. Personne ne travaille de la même manière. »

Le tatoueur de 30 ans souligne que c’est d’ailleurs grâce à une invitation dans un studio de tatouage de Toronto qu’il a compris l’importance de s’afficher sur Instagram.

« Les gars là-bas payaient des gestionnaires de réseaux sociaux. J’ai fait mes recherches et de fil en aiguille, j’ai mis au point ma manière de [mettre les tatouages que je fais] sur Instagram. »

En septembre dernier, 800 millions de personnes possédaient un compte Instagram, selon le réseau social.

Le reportage complet à voir dans l'épisode du 2 août, diffusé à 18 h 30 à Québec sur demande.

ICI Télé
Vendredi En rediffusion 23 h 05

Médias sociaux