Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page

Faire de l’écocourse dans un parc industriel 

Faire de l'écocourse dans un parc industriel

Ramasser des déchets en faisant du jogging dans le parc technologique de Québec, c’est l’activité que pratiquent des travailleurs adeptes de course écoresponsable pour se garder en forme, tout en améliorant leur environnement.

Un texte de Véronica Lê-Huu

Comme d’autres citoyens, Michel Gélineau, Denis Auclair et Christophe Blanchet adhèrent ainsi au courant de « plogging » d’origine suédoise, aussi appelé écocourse ou détritrotte, qui gagne un nombre croissant de sympathisants sur la planète.

Les trois hommes, qui avaient l’habitude de faire du jogging sur l’heure du midi dans le parc industriel où ils travaillent, ont eu envie à l’automne dernier de donner un coup de pouce à leur décor.

« C’est sûr qu’on n’améliore pas l’architecture de la ville en faisant ça, mais au moins, ça nettoie l’environnement », fait valoir Denis Auclair.

Canette de bière sur l'herbe
Les coureurs ramassent plusieurs déchets durant l'heure du midi. Photo : Radio-Canada

Au fil de leur parcours, les coureurs ramassent déchets de plastique, contenants de restauration rapide, gobelets de café, matériaux de construction qu’ils aperçoivent et les déposent dans les poubelles les plus proches.

« On a déjà fait ça trois midis par semaine et on remplissait les poubelles pratiquement sur le chemin. Ça fait une différence à la fin », affirme Michel Gélineau.

À la portée de tous

Michel Gélineau, Denis Auclair et Christophe Blanchet font de l'écocourse sur l'heure du midi.
Michel Gélineau, Denis Auclair et Christophe Blanchet font de l'écocourse sur l'heure du midi. Photo : Radio-Canada/Maxime Denis

L’activité, qui permet de dépenser de l’énergie par intervalles, peut se faire spontanément, à la course, mais aussi à la marche.

Pas besoin de s'approvisionner en sacs pour recueillir les ordures, souligne Christophe Blanchet, avec un brin d’ironie. « En général, c’est pas trop long, en 5, 10 minutes de course, avec un peu d’attention, dans un buisson, sur le bord du fossé, il y a des sacs qui traînent quasiment à volonté. »

Selon la tolérance à la terre et à la saleté par ailleurs, certains coureurs choisissent de porter des gants, notamment dans les périodes plus boueuses du printemps et de l’automne.

Sensibilisation

Piste de marche et de vélo dans le parc industriel de Québec
Piste de marche et de vélo dans le parc industriel de Québec Photo : Radio-Canada

La participation à la course écoresponsable est libre et sans jugement, disent les adeptes. Elle permet néanmoins de sensibiliser la population.

« C’est plutôt dans l’optique de donner l’exemple et on le sent par l’engouement et la mobilisation, on semble inspirer des gens à faire cette action », mentionne Denis Auclair.

En mai dernier, plus 150 personnes ont participé à une activité de ramassage à la marche ou à la course sur l’heure du midi dans le parc technologique de Québec. L’impact visuel a été notable, mentionnent les travailleurs qui disent ainsi profiter davantage de leur environnement.

Le reportage complet à voir dans l'épisode du 6 juillet, diffusé à 18 h 30 à Québec sur demande.

Tous nos contenus sur le sommet du G7
ICI Télé
En semaine En rediffusion 23 h 05

Médias sociaux