Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page

Petit guide du bon festivalier

Le Festival d’été de Québec s’amorce aujourd’hui avec ses milliers d’amateurs de musique qui afflueront jour après jour sur les sites des différents spectacles. Mais comment profiter au mieux de la soirée dans la promiscuité avec les autres festivaliers? Voici quelques suggestions de la chroniqueuse culturelle Tanya Beaumont.


Parler ou écouter le spectacle?

Un homme parle fort
Un homme parle fort Photo : Radio-Canada/Olivia Laperrière-Roy

Difficile de s’empêcher de parler durant les concerts, mais si on veut s’adresser à un co-festivalier, il serait bon de restreindre son volume, dit Tanya Beaumont. « On peut se permettre de parler quand même, mais pas de crier, pas de hurler et rester avec l’idée qu’on est dans un spectacle! » La chroniqueuse souligne que même si les festivaliers se déplacent majoritairement pour les têtes d’affiche, les artistes des premières parties valent la peine d’être entendus. « Souvent, c’est des super groupes qu’on n’a pas la chance de voir à Québec. Donc, pour profiter, on essaie d’avoir une oreille un peu attentive. »


Filmer la prestation?

Quelqu'un filme le spectacle
Quelqu'un filme le spectacle Photo : Radio-Canada/Olivia Laperrière-Roy

Il faut d’abord se poser la question : combien de fois vais-je consulter une vidéo de spectacle sur mon téléphone? Si la réponse est : très peu, peut-être devrions-nous nous abstenir de filmer et profiter du spectacle. Si toutefois on meurt d’envie de revoir la scène sur son petit écran, la chroniqueuse suggère de filmer « à l’horizontale et pas à la verticale ». Pour ce qui est des égoportraits, il est bon de se rappeler que les bâtons à égoportraits sont interdits sur les sites. Encore là, on peut se demander si on préfère prendre une photo du spectacle ou le vivre comme il faut une première fois!


Affronter la pluie?

Un homme en imperméable
Un homme en imperméable Photo : Radio-Canada/Olivia Laperrière-Roy

Oui, absolument! Ceux qui ont assisté aux Foo Fighters en 2015 ont gardé un souvenir mémorable de la (courte) prestation interrompue par l’orage. « C’est un des souvenirs qui est marqué dans les mémoires à jamais. À cause de la pluie, ceux qui s’étaient découragés n’ont pas vécu ce moment. »

Les parapluies étant interdits au festival, la solution pour rester au sec réside dans l’achat d’un bon imperméable. « C’est pratique, c’est simple à apporter. Pour ce qui est des souliers, ça sèche, les cheveux, ça sèche aussi ! »


Porter ses enfants sur ses épaules?

Un enfant
Un enfant Photo : Radio-Canada/Olivia Laperrière-Roy

« Si on veut être respectueux, on peut demander aux gens qui sont derrière nous, vérifier si on ne les cache pas », dit la chroniqueuse. Si on porte un enfant sur ses épaules, s’assurer que le tout est sécuritaire aussi.

Pour ce qui est des poussettes sur le site de la grande scène des Plaines, il vaudrait peut-être mieux rester dans la section plus familiale à l’arrière pour éviter la bousculade du « moshpit » qui pourrait survenir à l’avant-scène.


Avoir les cheveux dans le vent?

Une femme arbore une queue de cheval
Une femme arbore une queue de cheval Photo : Radio-Canada/Olivia Laperrière-Roy

Question délicate que celle-là, mais si on compte secouer énergiquement la tête aux rythmes de la musique, pourquoi ne pas nouer ses cheveux? « On peut les attacher, quoi de pire que d’être en contact avec les cheveux des inconnus, il faut faire attention. On est tellement proche et des fois, il y a des cheveux qui nous revolent dans la face. »

Bien s’hydrater, mais éviter la bière qui forcera le recours aux toilettes, porter des chaussures confortables et pas des sandales avec une semelle en carton font aussi partie des incontournables pour éviter les principaux désagréments.

Tous nos contenus sur le sommet du G7
ICI Télé
En semaine En rediffusion 23 h 05

Médias sociaux