•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
ICI Télé
lundi au vendredi 19 h HA

Faut-il déboulonner les statues controversées ?

En août 2020, la statue de John A. Macdonald était mise à terre à Montréal. L'ancien premier ministre du Canada est critiqué entre autres pour son traitement des autochtones. La Ville a demandé à un comité de lui dire quoi faire avec la statue. On a eu la réponse aujourd'hui : le comité croit que le monument ne doit pas être réinstallé. Cela relance le débat : déboulonner des statues... Pour ou contre ? On en parle avec Émilie Nicolas, chroniqueuse chez « Le Devoir » et « Montreal Gazette », et Mathieu Bock-Coté, sociologue, auteur et chroniqueur.

Épisode du lundi 21 novembre 2022 [ Intégrale ]

Segments

  • Des boîtes de Tylenol pour enfants sur une étagère dans une pharmacie.

    Pénurie de médicaments pour enfants

    On en parle depuis quelques semaines, avec tous les virus qui circulent présentement. Il manque de médicaments pour enfants. Les parents sont forcés parfois de visiter plusieurs pharmacies avant de trouver du Tylenol. La bonne nouvelle ; on va en recevoir 250-mille bouteilles d'ici la fin de semaine. La moins bonne ; la pénurie pourrait durer encore plusieurs mois. Reportage de Charlotte Dumoulin.

  • Intégral

    Un comité recommande de retirer John A. Macdonald

    En août 2020, la statue de John A. Macdonald était mise à terre à Montréal. L'ancien premier ministre du Canada est critiqué entre autres pour son traitement des autochtones. La Ville a demandé à un comité de lui dire quoi faire avec la statue. On a eu la réponse aujourd'hui : le comité croit que le monument ne doit pas être réinstallé. Reportage de Sébastien Desrosiers.

  • Intégral

    Record de nouveaux élèves à Montréal

    Depuis le début de l'année scolaire, 1500 nouveaux élèves se sont ajoutés dans les classes de la Commission scolaire de Montréal en deux mois, un record. La grande majorité sont des demandeurs d'asile venus d'Haïti, du Mexique ou d'Ukraine. Les deux tiers ne parlaient pas le français et sont en classe de francisation. Leurs besoins sont grands et cela met de la pression sur les ressources des écoles. Reportage de Anne-Louise Despatie.

ICI Télé
lundi au vendredi 19 h HA

Médias sociaux

Radio-Canada vous suggère