•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Passion libellules

En complément au reportage d'Aubert Tremblay 

Rencontre avec deux passionnés de libellules, Raymond Hutchinson et Benoit Ménard.Ils préparent un livre d'identification probablement unique en Amérique du nord.

Le clergé et les sciences naturelles

Il est bien connu qu’au Québec, le clergé a grandement contribué à la popularité des sciences naturelles. On ne compte pas les exemples de religieux spécialistes de la nature : Marie-Victorin, Louis-Marie, Léon Provancher (fondateur de la revue Le Naturaliste canadien), Adrien Robert (dont le livre sur les libellules a influencé Raymond Hutchinson), pour ne citer que les plus connus.

Raymond Hutchinson est lui-même un produit de cette époque. C’est en travaillant avec les clercs de Saint-Viateur (au collège Bourget, de Rigaud) qu’il en est venu à s’intéresser aux insectes. Dans cet extrait d’entrevue, il parle entre autres d’André Larochelle, qui n’est plus membre du clergé mais continue à faire de l’entomologie en Nouvelle-Zélande, du frère Joseph-Clovis Ouellet (1869-1952), et du frère Samuel, animateur au camp des Jeunes Explos. Ce camp a été fondé en 1953 par un autre clerc, le frère Léo Brassard, le même qui a créé la revue Le jeune naturaliste, l’ancêtre de Québec Science.

Raymond Hutchinson et l'influence du clergé sur les sciences naturelles

Le camp de Port-au Saumon

Dans l’extrait qui suit, Raymond Hutchinson parle du père Jean-Baptiste Genet, clerc de Saint-Viateur, fondateur du camp Ere de l’estuaire, à Port-au-Saumon, dans Charlevoix. Raymond Hutchinson y est animateur en entomologie depuis 1965. Il a vu évoluer l’intérêt des jeunes pour les sciences naturelles.

L’intérêt des jeunes pour les sciences naturelles

Et les araignées alors!

Raymond Hutchinson, qui ne fait jamais les choses à moitié, s’est intéressé aussi aux araignées pendant vingt ans. Son travail à la Collection nationale canadienne d’insectes d’arachnides et de nématodes lui a fait réaliser à quel point elles sont difficiles à identifier... et peu étudiées.

Le dur labeur d'identifier les araignées

Pédagogie à l’ancienne

Pour avoir un aperçu des qualités pédagogiques et du style de Raymond Hutchinson, allez lire ce texte, publié en 1998 dans la revue Les naturalistes et disponible sur le site du Cercle des jeunes naturalistes.

À la chasse aux vieilles peaux

Benoit Ménard explique comment il utilise les exuvies pour en apprendre davantage sur les libellules. Les exuvies, ce sont les carapaces que les libellules laissent sur place quand elles deviennent adultes. On en voit souvent sur les piliers des ponts, par exemple.

La vieille peau des libellules

Des prédateurs féroces

Benoit Ménard décrit à sa manière les méthodes de chasse des larves de libellules, et même comment elles goûtent à leurs proies.

Les libellules, des prédateurs féroces!

Quand les lions se mangent entre eux

Les libellules ne sont pas toutes de la même taille mais elles sont toutes voraces... alors elles se mangent entre elles! Ça complique un peu le travail de Benoît Ménard, qui veut les photographier vivantes.

Séparer les demoiselles des libellules

Tueurs en série

Les larves de la famille des aeschnes sont particulièrement féroces, comme l’a constaté Benoît Ménard dans sa cuisine.

Certaines libellules sont des tueurs en série!

Discrètes larves

Certaines larves de libellules s’agrippent sous les pierres pour résister au courant. Il faut savoir les trouver, et les prendre! Elles mangent, entre autres, de petits vers, les tubifex.

Savoir capturer les larves de libellules

Émergences

Passer de la vie aquatique à la vie aérienne n’est pas une mince affaire, il faut se faire discret parce que les prédateurs rôdent.

Émerger en toute sécurité

Pauvre canard

L’histoire d’un canard mort de gourmandise. Malheureusement pour lui, les larves de libellules sont souvent épineuses.

Pauvre canard

Un travail de détective

Pour attraper ses 129 espèces de libellules, Benoît Ménard a dû jouer d’astuce, comme cette fois où il a découvert une larve dans ses traces de pas.

Les astuces d'un bon détective entomologiste

Pour tout savoir sur les libellules du Québec

Sur le site de l’organisme Entomofaune du Québec une section est consacrée aux libellules. Vous y trouverez la liste complète des 146 espèces du Québec, avec de nombreuses photos. Il y a aussi la description du projet d’Atlas auquel participe Raymond Hutchinson et Benoît Ménard avec douze autres personnes.

JOURNALISTE : Aubert Tremblay

La saison est maintenant terminée.
À revoir sur ICI Tou.tv

Radio-Canada vous suggère

  • Explora

    ICI Explora

    Plongez dans les mondes fascinants de la santé, l’environnement, la nature et la science. ICI EXPLORA prouve que l’on n’est jamais trop curieux.

  • Charles Tisseyre

    Découverte

    Le rendez-vous des téléspectateurs curieux de voir comment la science dans toutes ses dimensions s’incarne dans la vie quotidienne.

  • Francis Reddy

    Bien dans son assiette

    Ce magazine traite avec autant d'originalité que d'à-propos de tous les sujets touchant l'agriculture et l'alimentation.

Médias sociaux