Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
L'émission est terminée.
ICI Télé

Émission en rediffusion

du 22 avril au 31 mai - lundi au vendredi 16 h
de 17 h à 18 h HA, puis de 19 h à 19 h 30 HA
À revoir sur ICI Tou.tv

Épisode du mercredi 25 avril 2018

Robby Johnson et Sébastien Diaz.

Sébastien Diaz et ses collaborateurs reçoivent David Desjardins, Marianne St-Gelais et on prend un café avec le chanteur country Robby Johnson. Parmi les sujets : Le code vestimentaire dans les écoles, les géoparcs et on s’intéresse au G7.

ON PREND UN CAFÉ AVEC ROBBY JOHNSON

Robby Johnson est un Beauceron qui s’est découvert un talent pour la chanson il y a une dizaine d’années. Il mène aujourd’hui une brillante carrière country à Nashville.

Sa chanson South of Me, mise en ligne sur Youtube, lui a permis d’entrer très rapidement dans de le cœur du public américain.

En 2014, Robby a eu l’honneur d’être invité au célèbre Late Show de David Letterman. Une apparition qui a précédé la sortie de son premier album Don’t look back, qui s’est hissé au sommet des ventes country d’iTunes quelques semaines plus tard.

Après avoir chanté avec Gregory Charles au Centre Bell et au Capitole de Québec à 12 reprises en décembre dernier, Robby pourrait être tenté de se commettre éventuellement dans sa langue maternelle.

Son nouvel EP, Trouble, sorti début 2018, est disponible sur toutes les plateformes numériques. Une tournée des festivals est prévue au Québec cet été. À commencer par une performance au Grand Boucan à Québec le 2 juin prochain.

ISABELLE LACASSE

Qu’est-ce qu’un géoparc ?

Un géoparc mondial UNESCO est un espace territorial qui présente un héritage géologique d’importance internationale. Récemment, un premier parc québécois a été homologué à Percé.
Percé devient donc le 3e géoparc au Canada, après celui de Stonehammer au Nouveau-Brunswick et Tumbler Ridge en Colombie-Britannique.

La chroniqueuse sur le plateau d'Entrée principale
Isabelle Lacasse Photo : Radio-Canada/Mathieu Valiquette

PASCALE LÉVESQUE

La réadaptation pulmonaire

Six millions de Canadiens souffrent d'une maladie pulmonaire, soit une personne sur cinq. Au Québec, 200 000 personnes sont aux prises avec un diagnostic de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Il n’y a pas de traitement curatif pour cette maladie, mais les traitements visent à ralentir l’évolution, prévenir les complications, réduire les symptômes et améliorer la qualité de vie.

Parmi eux se trouve la réadaptation pulmonaire : une intervention basée sur une évaluation globale du patient, suivie par des thérapies adaptées incluant un entraînement à l’exercice, de l’éducation aux saines habitudes de vie.

Début 2018, l'Association pulmonaire du Québec a lancé un premier centre communautaire  à Montréal, où un programme de huit semaines est offert gratuitement aux patients. L’Hôpital Mont-Sinaï offre aussi un programme de réadaptation - interne et externe - à Montréal, mais également partout au Québec via la téléconférence.

Pascale Lévesque et Isabelle Lacasse.
Pascale Lévesque et Isabelle Lacasse Photo : Radio-Canada/Mathieu Valiquette

VINCENT BOLDUC - PAPA A RAISON

Le code vestimentaire dans les écoles

La plupart des écoles secondaires publiques interdisent les camisoles avec des bretelles « spaghettis », les épaules dénudées, les culottes courtes et demandent aux élèves de porter des hauts et des bas qui se superposent. Des adolescentes de Québec ont lancé en mars dernier le mouvement des carrés jaunes pour dénoncer le code vestimentaire de leur école qu’elles jugeaient sexiste. Leur conseil d’établissement a voté pour des règles plus permissives en matière d'habillement. Pour entre autres baliser la question de l’hypersexualisation, de plus en plus d’écoles publiques se tournent, comme le privé, vers l’adoption de l’uniforme, demi ou complet.

DAVID DESJARDINS

À quoi sert le G7?

Début juin, les dirigeants de 7 des pays les plus importants de la planète se rencontreront à La Malbaie dans Charlevoix, pour une des réunions annuelles de ce qu’on appelle le G7. David Desjardins se penche sur l’utilité de ce regroupement, instauré en 1975. On parlait alors du G6, qui deviendra G7 l’année suivante avec l’arrivée du Canada dans ce club sélect de pays qui, au lendemain de la crise du pétrole, décident de se réunir ainsi chaque année pour parler d’économie de manière informelle.

Les discussions du G7 débordent désormais du simple cadre économique pour parler de sécurité mondiale (donc de terrorisme, de guerre), de développement, d’éducation. Elles permettent aux dirigeants de se rencontrer dans un cadre moins formel que celui des visites officielles et elles humanisent la politique internationale. Les grands dirigeants peuvent ainsi avoir des rapports plus cordiaux et se parler directement, plutôt que de passer par des diplomates, ce qui peut permettre d’éviter les conflits. C’est probablement là que réside l’utilité de ce regroupement.

On reproche tout de même au G7 d’organiser des rencontres très coûteuses pour le pays hôte et que celles-ci ne débouchent que très rarement sur des accords réels. Les altermondialistes voient le G7 comme une institution qui cherche à maintenir la domination d’une idéologie économique néolibérale. Pour d’autres, le problème réside dans le fait qu’on y mêle politique et économie.

Les thématiques officielles cette année : se préparer aux emplois de l’avenir, les changements climatiques et l’énergie propre, investir dans une croissance économique qui profite à tout le monde, l’égalité des sexes et promouvoir un monde plus pacifique et sécuritaire. Mais avec les négociations pour l’ALENA qui branlent dans le manche, les menaces protectionnistes américaines, l’accord transpacifique et autres points de litige commerciaux, ce sont ces questions qui risquent d’être au centre des discussions.

Marianne St-Gelais, David Desjardins et Sébastien Diaz.
Marianne St-Gelais, David Desjardins et Sébastien Diaz Photo : Radio-Canada/Mathieu Valiquette

MARIANNE ST-GELAIS

Thomas Nepveu, pilote de karting

Thomas Nepveu est un garçon de 13 ans, étudiant en sport-étude à l’académie Sainte-Thérèse. Il fait actuellement tourner les têtes en Europe en tant que pilote de karting à l’international. Il conduit des bolides à plus de 120 km/alors qu’il n’a pas encore son permis de conduire. Marianne St-Gelais nous fait découvrir ce jeune prodige du volant.

LES PRISES DU JOUR

SÉBASTIEN

LOUIS

ISABELLE

VINCENT

DAVID DESJARDINS

MARIANNE ST-GELAIS

L'animateur joue de la guitare.
Sébastien Diaz Photo : Radio-Canada/Mathieu Valiquette

Segments

  • On prend un café avec Robby Johnson

    Rencontre avec Robby Johnson, un Beauceron qui s'est découvert un talent pour la chanson il y a une dizaine d'années et qui mène aujourd'hui une brillante carrière country à Nashville.

  • Le code vestimentaire dans les écoles

    Des adolescentes de Québec ont lancé en mars dernierle mouvement des carrés jaunespour dénoncer le code vestimentaire de leur école qu'elles jugeaient sexiste.

L'émission est terminée.
ICI Télé

Émission en rediffusion

du 22 avril au 31 mai - lundi au vendredi 16 h
de 17 h à 18 h HA, puis de 19 h à 19 h 30 HA
À revoir sur ICI Tou.tv

Radio-Canada vous suggère

Médias sociaux