Pétrole

Pétrole

L'oléoduc de 4500 km va transporter du pétrole brut provenant des sables bitumineux de l'Alberta et des champs de Bakken en Saskatchewan et au Manitoba (pétrole de schiste) à des points de livraison au Québec et au Nouveau-Brunswick. Le bitume albertain, qui a la consistance du beurre d'arachide, doit être mélangé avec des dissolvants chimiques afin de le rendre fluide pour le transport par oléoduc. Le pipeline acheminera 1,1 million de barils de pétrole par jour.

Cours d'eau

Cours d'eau

Au Québec, l'oléoduc va traverser une vingtaine de cours d'eau majeurs, dont le fleuve Saint-Laurent, les rivières L'Assomption, Saint-Maurice, Batiscan, Sainte-Anne, Jacques-Cartier, Chaudière, du Sud, Ouelle et du Loup.

Stations de pompage

Stations de pompage

Onze stations de pompage seront réparties tout au long du parcours au Québec pour régulariser la circulation du pétrole. Elles seront surveillées et contrôlées à distance depuis Calgary. Selon TransCanada, 90 % des incidents se produisent dans les stations de pompage.

Terres autochtones

Terres autochtones

Au Canada, le projet d'oléoduc Énergie Est prévoit traverser 155 communautés autochtones. Au Québec, les Mohawks, les Wendats et les Malécites sont les principales communautés touchées.

Bélugas

Bélugas

Il ne reste que quelque 900 bélugas dans le Saint-Laurent. Ils ont choisi de mettre bas dans les eaux de Cacouna, considérées comme la pouponnière des bélugas. C'est à cet endroit que TransCanada prévoit construire un port d'approvisionnement du pétrole en provenance de l'ouest.

Pétroliers

Pétroliers

Selon les plans préliminaires, deux navires-citernes viendront s'approvisionner chaque semaine à Cacouna. Ces pétroliers proviendront de partout dans le monde et alimenteront le marché international.