Lettre au petit Benoît, 13 ans

Par Benoît Huot, nageur paralympique

Cher Benoît Huot de 13 ans,

Ce que tu regardes à la télévision cet après-midi d'août 1997 va changer le cours de ta vie.

Tu adores le sport. Tu aimes regarder tous les sports à la télévision. Mais il y en a un que tu pratiques de façon quotidienne depuis cinq ans : la natation. C’est ta passion. En ce jour d’été, ton sport préféré est au programme des Jeux du Canada qui se déroulent à Brandon au Manitoba.

En tant que jeune nageur, tu es captivé.

Benoît Huot, jeune adolescent
Benoît Huot, jeune adolescent
(Photo : Courtoisie Benoît Huot)

À la fin des épreuves, un jeune homme retient l’attention des journalistes. Il a gagné plusieurs médailles et a établi des records du monde. Cet athlète s'appelle Philippe Gagnon. Il participe aux Jeux du Canada dans les épreuves pour athlètes avec un handicap. À 13 ans, tu as une vague idée de ce que ce sont les Jeux paralympiques, mais tu crois qu’ils sont réservés aux athlètes en situation de handicaps physiques sévères.

Mais en écoutant Philippe en entrevue, tu apprends qu'il est admissible aux épreuves parasports en raison d’une malformation de naissance, un pied bot.

C’est un monde que tu croyais jusqu’à aujourd’hui inaccessible pour toi, qui a aussi un pied bot.

Depuis le jour, à l’âge de 6 ans, où tu as vite saisi qu’en étant légèrement différent ton pied rendait la pratique de certaines activités plus difficiles, tu as compris que tu ne serais jamais un grand joueur de hockey. Tu as eu un peu de peine en réalisant que tu ne serais pas le prochain Patrick Roy.

Mais aujourd’hui, Philippe te montre que tu peux performer dans le sport et être un champion. Philippe, de quelques années ton aîné, deviendra ton modèle. Il t’inspirera à t’engager dans le sport d’élite. Tu voudras rencontrer ce jeune homme avec lequel tu sembles avoir tant en commun.

Cette journée, tu vas t’en souvenir toute ta vie, parce qu’elle marque le début d'une grande aventure. Je te promets que tu ne regretteras rien.

Dans quelques mois, tu rencontreras Philippe à Sherbrooke aux Championnats canadiens. Tu seras fébrile, peut-être même un peu envahissant envers lui. Ça peut sembler difficile à croire maintenant, mais il te prendra bientôt sous son aile et sera ton mentor. Sans t’en rendre compte, bientôt, tu en deviendras un toi aussi. Fais attention à chaque petit geste que tu fais parce que d’autres vont te regarder comme toi tu regardes Philippe aujourd’hui.

Benoît Huot vers l’âge de 13 ans
Benoît Huot vers l’âge de 13 ans
(Photo : Courtoisie Benoît Huot)

Ta vie changera rapidement à l'adolescence. Sois prêt, ça va aller vite! Dans quelques mois, tu recevras ta classification comme para-athlète. Au début, lors de tes premières compétitions loin de la maison et de ta maman, tu seras un peu anxieux. Fais confiance aux gens qui t'entourent, ils sauront t'aider et te guider.

Tu as de la chance, tu fais ton secondaire dans un programme sport-études. Malgré les mesures mises en place pour t’aider, ce sera toujours un défi pour toi de conjuguer le sport et l’école. Je sais que ta passion pour la natation t’amènera la plupart du temps à te concentrer sur ton sport. Souviens-toi que les études vont t’apporter beaucoup et te permettre de saisir différentes occasions.

De mauvaises langues diront que tu ne mérites pas d'être un para-athlète, car ton handicap semble léger. Des personnes de ton entourage comme des athlètes, des entraîneurs, des journalistes et beaucoup d’autres insinueront que tu n’as pas ta place dans le parasport. Ils te feront parfois sentir comme un tricheur, comme quelqu’un qui profite du système.

Tu vas en être ébranlé.

Reste fort et concentre-toi sur ce que tu peux contrôler. Laisse leur énergie négative derrière toi. Il y aura toujours de mauvaises langues qui seront là pour te juger. Tu feras beaucoup d’éducation auprès du grand public pour faire évoluer les mentalités, mais il y aura toujours des détracteurs qui seront jaloux de ce qui t'arrive.

Ne les laisse jamais te décourager.

(Photo : Radio-Canada/Alain Décarie)

Ta grande sœur, Geneviève, sera là pour te soutenir. Sois réaliste, ça ne sera pas facile pour elle de vivre dans l'ombre de son petit frère. Tu es jeune et tu ne comprends pas encore les répercussions de tes gestes. Assure-toi d'être là pour elle, de la même façon qu’elle est toujours présente pour toi.

Trois ans après ce jour d’été où tu as vu Philippe à la télévision, tu participeras à tes premiers Jeux paralympiques. Il gagnera quatre médailles. Et toi, à 16 ans, tu en gagneras deux de plus. Et trois fois tu monteras sur la première marche.

La dernière de ces médailles d’or, vous irez la chercher en équipe, au 4 x 100 m quatre nages. Elle sera d’autant plus spéciale que ce sera un record du monde, mais surtout ce sera votre dernière course ensemble.

Benoît Huot (gauche) avec Philippe Gagnon lors de la cérémonie ouverture Jeux olympiques de Sydney
Benoît Huot (gauche) avec Philippe Gagnon lors de la cérémonie ouverture Jeux olympiques de Sydney
(Photo : Courtoisie Benoît Huot)

La suite de ta carrière ne sera pas toujours facile. Tu vivras des hauts et des bas, de Jeux en Jeux. Laisse-moi te raconter.

Après ceux de Sydney en 2000, tu voudras t'amuser et avoir une vie à l'extérieur des bassins. Ce ne sera pas facile de trouver un équilibre, mais tu y arriveras.

La fin de ton secondaire sera une belle fête, mais ce sera aussi une période de changements et de remises en question.

Dans ces années, tu auras un grand besoin de plaire aux gens qui sont près de toi. Le regard des autres sera primordial pour toi, mais essaie de ne pas en faire une priorité.

Tu prendras la difficile décision de changer d'entraîneur. Celui qui t'a guidé depuis tes débuts en natation, Guy, est alors un deuxième père pour toi. Tu auras toujours un énorme respect pour l'entraîneur et l'humain qu'il est. Tu n’oublieras jamais le rôle qu’il a joué dans tes succès. Les valeurs qu’il t’a inculquées te suivront toute ta vie.

Tu voudras aussi avoir une première blonde. Pendant un certain temps, tu penseras que la natation t’impose un rythme de vie trop différent de celui de tes amis. La discipline qu’exige la pratique d’un sport de haut niveau te pèsera parfois.

Tu réaliseras un peu avant les Jeux d'Athènes que tu as perdu ta concentration habituelle et que tu n’es plus aussi assidu aux entraînements. Tu devras retrouver un équilibre. Ces petites erreurs de jeunesse nuiront à l’atteinte de tes objectifs sur tous les plans, en amour, dans le sport et dans tes études. Tu traverseras une période plus difficile, tu croiras que ton monde s’écroule, mais ne t’inquiète pas, ce sera un processus d’apprentissage pour toi.

Les Jeux d’Athènes seront tes plus grands Jeux paralympiques pour le nombre de médailles et de records. Tu auras une énergie incomparable et un désir de faire ta marque comme champion. Pour un certain temps, tu croiras que personne ne pourra battre tes records. Après tout, en 2004, tu domineras ta catégorie comme Michael Phelps dominera la sienne.

J’ai un conseil pour toi, après ces Jeux, tu dois prendre le temps d’apprécier le moment.

Benoît Huot aux Jeux olympiques d’Athènes en 2004
Benoît Huot aux Jeux olympiques d’Athènes en 2004
(Photo : Aris Messinis/AFP/Getty Images)

Savoure la victoire parce qu’en 2005, après plusieurs mois de fêtes, un athlète brésilien te ramènera les pieds sur terre. En quelques mois, ce nageur jusqu’alors inconnu battra tous tes records du monde. Tu seras détrôné de ta position de favori. Ce sera une des périodes les plus difficiles de ta carrière. Tu perdras tes repères. Depuis presque une décennie, tu ne t’étais presque jamais fait battre. Tu ne sais pas encore comment composer avec l’adversité.

En préparation pour les Jeux de Pékin, concentre-toi sur ton entraînement et non sur ce que fait André Brasil. Arrête d'avoir des idées négatives.

Les Jeux de Pékin seront la grande déception de ta carrière. Ton cœur, ton corps et ta tête ne seront jamais au rendez-vous. Toutefois, c’est à ces Jeux que tu grandiras le plus comme athlète et comme humain. La déception sera vive, les coups durs à encaisser. Tu auras le goût d'abandonner, de tout arrêter, de te cacher et ne parler à personne. Ce revers aura l’effet bénéfique de t’amener à te poser les vraies questions.

(Photo : Radio-Canada/Alain Décarie)

Tu ne t’étais jamais remis en question, sur ton approche du sport, sur ta préparation, sur ta nutrition, ton travail psychologique.

Après les Jeux de 2008, tu ne sauras plus quoi faire. Implique-toi dans différents projets. Redonner est tout naturel pour toi, tu es toujours prêt à aider les autres. Ton engagement te permettra de te ressourcer et te procurera de nouveaux objectifs à accomplir.

Le désir de poursuivre tes études deviendra une priorité. Tu t'intéresseras à différentes choses, dont l'immobilier. Sois vigilant, mais conserve ton côté fonceur qui te caractérise dans la piscine.

En ce qui concerne la natation, prends un jour à la fois. Tu ne seras pas convaincu que de remporter d’autres médailles et de battre des records soient des objectifs suffisants pour te motiver à continuer. Tu hésiteras à t’engager pour un autre cycle de quatre ans parce que tu auras perdu le plaisir de nager.

Tu ne penses qu’au résultat.

Cherche la passion de tes débuts, de tes 12 ans, la fougue, l’œil du tigre. La flamme est toujours là. À un moment, tu réaliseras que tu aimes encore ton sport. N’étant plus champion en titre, tu auras moins de pression. Tu découvriras que tu es plutôt à l’aise dans le rôle d’underdog. Le plaisir de nager sera de retour.

Tu devras changer ta structure d'entraînement et ton approche de la haute performance, mais tu seras bien encadré. Apprécie ces années d'entraînements, elles seront les quatre plus belles de ta carrière.

À Londres en 2012, tu vivras le plus beau moment de ta carrière. Je sais, ça te semble loin en ce jour d’été 1997, mais ça arrivera bien assez vite, crois-moi. Sans même penser que c’est possible, en revenant à la base, en travaillant comme quand tu étais un petit gars, tu remonteras sur la plus haute marche du podium. Battre le Brésilien relevait de l’impossible, mais tu vas le faire.

Tu seras plus heureux que jamais. Profite de chaque instant.

Le retour sera un tourbillon, tu seras très occupé, mais n'oublie pas que ta priorité est de t'amuser. Ton amoureuse, Annie, et toi déciderez d’entreprendre un immense projet de rénovations. Ce sera beaucoup de travail, mais vous serez fier. Tu réaliseras que vous formez tous les deux une excellente équipe.

Tu prendras toutefois la décision d’aller t’entraîner à Toronto l’année avant les Jeux panaméricains. Cette période sera l’une des plus difficiles de ta carrière. Tu n’as jamais été éloigné de la maison pendant une aussi longue période. Annie restera à Montréal. Tu vivras un grand isolement.

Les deux années que doit durer ton exil torontois te sembleront une éternité. À un certain moment, la seule idée de retourner dans la piscine te rendra anxieux. Après huit mois, tu écouteras ton cœur et reviendras à la maison.

À Rio, ne pense pas trop aux trois Ukrainiens sortis de nulle part qui vont presque tout rafler, tu n'as plus rien à prouver. N’appréhende pas les quatre dernières minutes, elles en vaudront la peine. À 32 ans, tu feras le meilleur temps de ta carrière et tu te faufileras entre les Ukrainiens pour gagner le bronze. Ce sera un autre moment mémorable de ta vie.

Benoît Huot célèbre sa médaille au 400 m style libre des Jeux de Rio avec ses proches.
Benoît Huot célèbre sa médaille au 400 m style libre des Jeux de Rio avec ses proches.
(Photo : Hagen Hopkins/Getty Images)

Je termine en te donnant ces conseils.

Remercie les gens qui sont dans ta vie. Prends le temps d'être avec ta famille malgré ton horaire chargé. C'est important que tu prennes une pause quand tu peux.

Annie, ton âme sœur, deviendra ta fiancée. Prends soin d'elle. Elle est précieuse, elle sera toujours là pour toi dans les hauts et les bas. Elle te donnera son soutien de façon inconditionnelle. Écoute les conseils qu’elle te donnera.

Reste toi-même mon Ben, écoute ton cœur, garde le sourire et surtout peu importe ce qui arrive, souviens-toi que l'important est d'avoir du plaisir. Ne l’oublie jamais, même quand tu seras adulte.

Va au bout de tes rêves.

Profite des prochaines années Ben, ce sera une aventure formidable.

Benoît Huot à sa toute première baignande
Benoît Huot à sa toute première baignade
(Photo : Courtoisie Benoît Huot)

Édité par Olivier Paradis-Lemieux

Photo en couverture : Radio-Canada/Alain Décarie