•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Ils sont devant un lac et un arc-en-ciel illumine le ciel.

Russell Herold - Humboldt, le drame qui a changé ma vie de rêve en cauchemar

« Le 6 avril 2018, nos vies ont changé pour toujours. Notre fils Adam a été le plus jeune joueur tué dans l'accident de bus de Humboldt. Il est mort six jours avant son 17e anniversaire. »

Signé par Russell Herold

J'ai eu la vie rêvée. J'ai épousé ma meilleure amie et, après six ans, nous avons eu la chance de donner naissance à notre premier enfant, notre fille Erin. Trois ans plus tard, notre fils Adam est né. Nous vivions et travaillions sur la même ferme que mon père et mon grand-père et à quelques kilomètres de nombreux membres de notre famille élargie.

Au fur et à mesure que les enfants ont grandi, nous les avons soutenus dans leurs diverses activités scolaires et sportives dans la province, et parfois même plus loin, pour assister à différents événements, jeux et tournois. Chaque printemps, à la fin des semences, nous allions tous les quatre au lac pour y passer du temps en famille. Nos enfants n'étaient pas seulement des frères et des soeurs, ils étaient également les meilleurs amis du monde et adoraient passer du temps ensemble à la ferme, au lac ou partout où la vie nous entraînait.

Le 6 avril 2018, nos vies ont changé pour toujours. Notre fils Adam a été le plus jeune joueur tué dans l'accident de bus de Humboldt. Il est mort six jours avant son 17e anniversaire.

Juste comme ça, tout a changé. Tout.

Ces premiers jours et semaines ont été flous. De la conduite effrénée à grande vitesse vers Tisdale le soir de l'accident, l'identification du corps d'Adam le lendemain et la planification des funérailles le lendemain de son 17e anniversaire, ma vie de rêve s'est transformée en cauchemar sans avertissement.


Pendant longtemps, nous sommes restés assez près de la maison, incapables de faire des choses simples comme faire l'épicerie, ramasser le courrier ou aller en ville pour faire des courses. Notre fille Erin est revenue vivre à la maison et n'a pas pu passer ses examens finaux à l'université comme prévu. Nos journées étaient remplies de larmes et d’angoisse , et nous passions des heures à lire des cartes et des lettres manuscrites qui nous arrivaient du monde entier.

Nous avons géré les aspects terre-à-terre comme l’assurance vie et la conception d’une pierre tombale. Nous avions chaque jour un flux constant de visiteurs à la ferme et les voisins se relayaient pour nous apporter un souper chaud chaque soir pendant des mois.

L’attention des médias après l’accident a été intense et généralisée et j’ai accepté de donner des dizaines et des dizaines d’entrevues à des journalistes locaux, provinciaux et nationaux. J’étais vraiment hors de ma zone de confort habituelle et plusieurs ont dit ne pas comprendre comment ou pourquoi je donnais ces entrevues alors que j’étais en deuil.

Adam Herold avec un trophée quand il portait les couleurs des Pat Canadians de Regina.

Adam Herold avec un trophée quand il portait les couleurs des Pat Canadians de Regina.

Photo : Courtoisie Russell Herold

Ma réponse était simple : peu importait la difficulté que cela me posait, je voulais profiter de toute occasion pour raconter aux gens la personne extraordinaire qu’était Adam.

Adam était intelligent et gentil. Il travaillait fort à la ferme, à l'école et sur la glace. Un gars qui pouvait parler autant aux jeunes qu’aux personnes âgées et qui vous mettait toujours à l’aise. Comme plusieurs adolescents, il adorait les jeux vidéo et passait des heures à jouer en ligne avec ses meilleurs amis. Il était également un champion de la pâte à pierogis, participant à la journée annuelle de fabrication de pierogis tenue chaque automne dans notre famille élargie.

Adam aimait la nature et le plein air, que ce soit le jardinage, le ski nautique, la navigation, le VTT, la voile, la motoneige ou la chasse. Il était fermement loyal, aimait sa famille et ses amis et voulait toujours aider les autres.

Et, bien sûr, il aimait le hockey. Cet amour est né au moment où il a chaussé ses patins, à l'âge de 2 ans, et a continué à grandir tout au long de sa courte vie. À mesure que sa carrière de hockeyeur progressait, il s'est concentré sur ses compétences en nutrition, sur sa forme physique et sur ses habiletés sur la glace, tout en maintenant de bonnes notes à l'école. Il a été capitaine de presque toutes les équipes avec lesquelles il a joué pendant sa carrière au hockey mineur.

Adam a quitté la maison à l'âge de 15 ans pour s'installer en ville, fréquenter une nouvelle école et vivre avec une famille de pension. C’était beaucoup de changements et de pression pour lui, mais chaque jour était un pas de plus vers son objectif : devenir le meilleur joueur qu’il pouvait être avec l’espoir, un jour, d’atteindre la LNH. Il a fait tout cela parce que son rêve le motivait, et non parce que nous avions fait pression sur lui.

Et qu’il s’agisse de hockey dans la LNH ou peut-être à l’université, Adam avait l’intention de reprendre la ferme familiale une fois sa carrière terminée.

Jusqu'au 6 avril 2018, quand tout a changé.

Des bâtons de hockey et une paire de patins devant la porte d'entrée d'une résidence de Montmartre, en Saskatchewan

Des bâtons de hockey et une paire de patins ont été placés devant la porte d'entrée d'une résidence de Montmartre, en Saskatchewan, une semaine après le drame impliquant l'autobus des Broncos de Humboldt.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward


Alors que nous approchons du premier anniversaire de la mort d’Adam, nos journées continuent d’être remplies de chagrin. Nous pensons à Adam chaque jour, peu importe où nous sommes ou ce que nous faisons. Je pense que cela ne changera jamais.

Au lieu de faire des allers-retours quotidiens en ville ou sur les patinoires de la province pour assister aux matchs de hockey d'Adam, nous nous y rendons voir des conseillers pour personnes endeuillées, pour assister à des cérémonies de retrait de chandails et pour rencontrer nos avocats et conseillers financiers afin de déterminer l'avenir à long terme de notre ferme familiale.

En réalité, cet avenir sera probablement assez court. Notre fille Erin obtiendra bientôt son diplôme de commerce avec l'intention de poursuivre une carrière dans ce domaine, pas pour rentrer à la maison et vivre sur une ferme. Mon épouse Raelene et moi continuerons probablement à cultiver pendant encore quelques années. Mais au-delà de ça, nous sommes incertains. Nous n'avions jamais vraiment envisagé une vie différente de celle-là.

Comme toutes les familles touchées par l'accident, nous avons enduré des mois et des mois de procédures judiciaires et d'ajournements et, plus récemment, une semaine déchirante de déclarations des victimes lors de l'audience de détermination de la peine à Melfort.

Malgré notre deuil et notre chagrin, je m'en voudrais de ne pas mentionner à quel point nous sommes reconnaissants d'avoir reçu autant d'amour et de soutien de nos amis, de notre famille et même de parfaits étrangers, non seulement de la Saskatchewan, mais également de l'extérieur de nos frontières.

Ce soutien se poursuit aujourd’hui et je ne pense pas que nous puissions trouver les mots pour exprimer ce que cette vague de gentillesse a représenté pour nous trois et pour notre famille élargie.

C’est grâce à ce soutien et ces encouragements que nous avons décidé de créer la Fondation Adam Herold Legacy. Cette idée est née peu après les funérailles d'Adam de la part de sa famille, de ses amis et d'autres personnes de la communauté de hockey qui souhaitaient trouver un moyen de garder vivante la mémoire d'Adam, une façon de l'honorer en aidant les autres et en apportant une contribution positive à nos communautés.


La Fondation Adam Herold Legacy a été créée pour offrir aux jeunes de la Saskatchewan l’occasion de développer et d’affiner non seulement leurs compétences en hockey, mais aussi leur potentiel en leadership. Le programme de développement du hockey et du leadership de la fondation offre des bourses d’études et les meilleurs entraîneurs pour le développement des habiletés, l’entraînement physique et mental, le développement des entraîneurs et le soutien continu aux programmes de hockey dans les communautés rurales.

L’objectif de la fondation est simple : former de meilleurs joueurs de hockey et, plus important encore, encourager et soutenir des leaders forts qui ont l’esprit tourné vers la communauté, comme Adam.

L'aréna Elgar Peterson, domicile des Broncos de Humboldt.

L'aréna Elgar Peterson, domicile des Broncos de Humboldt.

Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

Grâce à diverses activités de collecte de fonds, à des commandites et à de nombreuses personnes, nous avons pu organiser des camps de hockey et de développement du leadership dans deux communautés au cours de la dernière saison. Environ 160 filles et garçons de Balcarres et de Gravelbourg ont participé à quatre jours d’entraînement sur glace et hors glace dans leur communauté. Un camp d'une journée a également eu lieu à Montmartre, sur la patinoire où Adam a appris à patiner.

Ces événements sont organisés grâce à un partenariat entre les communautés et la fondation. Les communautés sont responsables de l'organisation et de la mise en place de patinoires et de salles de classe, de l’inscription et de tout autre soutien, selon les besoins. La fondation fournit des entraîneurs hautement qualifiés, des instructeurs et d'autres ressources pour les deux sessions de la fin de semaine.

Bien que les habiletés de hockey constituent une partie importante du programme, les camps ont également pour objectif d’enseigner aux joueurs comment devenir des meneurs dans leurs communautés et l’importance d’aider et de redonner aux autres.

En fait, il est demandé à tous les participants de faire du bénévolat dans le cadre de la formation au leadership. Des enfants qui sont à peine capables de patiner aux adolescents qui jouent depuis des années, les joueurs qui ont participé à ces camps inauguraux ont relevé le défi en accomplissant des heures et des heures de service communautaire.

Des parents, des entraîneurs et des leaders communautaires à Balcarres, à Gravelbourg et dans les environs nous ont signalé qu'ils avaient remarqué certains changements positifs découlant de l'information et de l'encouragement que les joueurs ont reçus, en particulier après les séances de leadership.

Certains jeunes se comportent tout simplement mieux à la maison, d'autres ont envie de travailler plus fort à l'école et d'autres ont décidé de continuer à faire du bénévolat dans la communauté au-delà des exigences du camp.

C’est ce que nous espérions obtenir lorsque nous avons mis sur pied la fondation, et c’est le reflet du genre de jeune homme qu’a été Adam pendant sa courte vie. Oui, il était un athlète talentueux. Mais il était tellement plus que cela. Il était intelligent, humble, travaillant, gentil et toujours prêt à aider les autres. Et il le faisait silencieusement, sans chercher ni remerciements ni reconnaissance, mais plutôt parce qu'il pouvait aider et que c'était la bonne chose à faire. C'est pourquoi il était important pour nous de mettre aussi l'accent sur le leadership plutôt que de simplement offrir une école de hockey axée sur les compétences.

Même si Adam continue de nous manquer chaque jour - cela ne changera pas - nous espérons que le travail de la fondation inspirera d’autres jeunes à travailler un peu plus fort et à être un peu plus gentil, peu importe où la vie les mènera.

C’est un élément sur lequel nous insistons auprès de ceux qui participent à nos camps de hockey et de développement du leadership : que vous soyez jeune ou vieux, riche ou pauvre, athlète ou non, vous avez tous la capacité d’avoir un impact positif dans vos communautés, maintenant et dans l’avenir.

À en juger par les expériences vécues dans ces deux premières communautés, nous sommes enthousiastes à l'idée de résultats plus positifs encore lorsque la deuxième saison de camps se tiendra dans d'autres communautés de la Saskatchewan, la saison prochaine. Grâce aux efforts de collecte de fonds et au soutien en cours, nous espérons continuer à honorer l’héritage d’Adam de cette façon pendant encore plusieurs années.

Outre la fondation, nous avons également construit l'« Adam’s Shack », une cabane qui se trouve près de notre ferme et qui est ouverte à tous les motoneigistes voulant s’arrêter et se réchauffer. Il s’y trouve même un poêle à bois près duquel nous avons savouré le repas préféré d’Adam - des petits pains faits maison, des pierogis et des saucisses - avec des dizaines de visiteurs cet hiver.

Le cabanon avec une photo du joueur au-dessus de la porte

Le « Adam's Shack »

Photo : Courtoisie Russell Herold

Les travaux se poursuivent également dans la « Salle commémorative Adam Herold » du centre Co-operators à Regina, où Adam a disputé deux saisons avec les Pat Canadians. Une fois terminée, la zone disposera d'un espace dont joueurs, entraîneurs et soigneurs des Pat C’s pourront profiter pendant de longues années.


Bien que je redoute le triste anniversaire de l’accident, je fais de mon mieux pour me concentrer sur tous les souvenirs heureux que nous gardons d’Adam. Et je suis reconnaissant pour tout le soutien que nous avons reçu depuis sa mort.

La vie est courte, aimez vos amis et votre famille, soyez bons les uns envers les autres et faites de votre mieux pour rendre le monde meilleur, comme le faisait Adam.

Si vous souhaitez en savoir plus au sujet d’Adam ou de la fondation, vous pouvez consulter le site www.adamheroldlegacyfoundation.ca (Nouvelle fenêtre) ou rester informé en suivant la page Facebook de la fondation.