•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Louis Leblanc

Louis Leblanc - Lettre à mes dénigreurs

« Encore aujourd'hui, je ne comprends pas ce qui s'est passé. Et peut-être que je ne le comprendrai jamais. »

Signé par Louis Leblanc

Un flop. Une erreur. Un échec.

J’ai tout entendu.

Je sais que mes dénigreurs étaient nombreux. Et ils le sont toujours.

On a dit que je sortais dans les bars, que j’étais arrogant et paresseux.

Honnêtement, je m’en fous. Ces commentaires ne m’ont jamais empêché de dormir. Je sais que c’est faux. Les gens qui se permettent de juger ne sont probablement même pas conscients des sacrifices qu’il faut faire pour devenir un athlète.

C’est quand même fou. Combien y a-t-il de joueurs qui ont été repêchés par le Canadien et pour qui ça n’a pas fonctionné? J’ai joué seulement 50 matchs dans la LNH et 10 ans après avoir été repêché, on m’arrête encore dans la rue pour m’en parler.

La semaine dernière encore, je dînais dans un restaurant à Montréal et un homme s’est approché.

« Qu’est-ce qui est arrivé? »

Je pense que ça va me suivre toute ma vie. Comment expliquer que je sois passé du 18e choix au total... à retraité de 25 ans? La vérité, c’est que je n’en ai aucune idée.

Encore aujourd’hui, je ne comprends pas ce qui s’est passé. Et peut-être que je ne le comprendrai jamais.


Louis Leblanc est accueilli sur la scène par Trevor Timmins, du Canadien de Montréal, en juin 2009.

Louis Leblanc est accueilli sur la scène par Trevor Timmins, du Canadien de Montréal, en juin 2009.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours été le meilleur de mon équipe, mais « talent » et « potentiel », ça ne voulait rien dire pour l'enfant de l’Ouest de l’île que j’étais. Je sautais sur la patinoire, j’avais du plaisir. Et tout ce que je voulais, c’était avoir la rondelle sur mon bâton et marquer des buts. J’étais bon et je ne me suis jamais posé de questions. Les gens qui me connaissent vraiment vous diront tous la même chose : j’ai toujours été celui qui travaillait le plus fort dans les entraînements. L’exercice était terminé et je continuais à patiner pour aller chercher la rondelle. J’étais inarrêtable.

J’ai réalisé que j’avais vraiment du potentiel une fois arrivé au niveau midget AAA. À ma première année, j’ai remporté le championnat des marqueurs avec 31 buts. L’année suivante, j’ai récolté 91 points, un sommet dans la ligue.

Puis, le téléphone s’est mis à sonner. En plus de tous les clubs juniors qui me voulaient, j’ai probablement été contacté par une trentaine d’universités.

Je n’ai pas grandi dans une famille d’athlètes, loin de là. Mon père est chimiste et ma mère, professeure de piano. Jamais nous n’avions rêvé que je devienne joueur professionnel de hockey. Ma mère aime le hockey, mais je pense qu’elle ne pourrait même pas dire pour quelles équipes j’ai joué à part le Canadien. Mes parents ont été les premiers surpris par la tournure des événements.

« Votre garçon est bon. On le veut dans notre équipe. Il va être dans le premier trio. Il a ce qu’il faut pour atteindre la LNH. »

C'est certain que j'étais tenté par la LHJMQ. Tu avais un gars comme Patrick Roy, l’un des meilleurs gardiens de but de l’histoire, qui te voulait dans son équipe. C’était incroyablement flatteur. Mais mon coeur était à Boston. J’avais toujours voulu aller à l’université et je ne pouvais tout simplement pas passer à côté de Harvard.

Je sais que bien des gens dans le monde du hockey croyaient que ce n’était pas la bonne décision pour ma carrière. Je sais que ce n’est pas le chemin typique, surtout pour un gars avec mon potentiel. Mais pour ma famille et moi, Harvard, c’était le seul choix possible.

En attendant de faire mon entrée à l’université, je suis allé jouer à Omaha, dans la USHL. C’était mon année d’admissibilité pour le repêchage de la LNH. Et lorsque les premiers classements sont sortis, j’étais parmi les 10 premiers espoirs. J'étais avec des gars comme Taylor Hall, Matt Duchene, Evander Kane et moi, je sortais tout juste du midget AAA à Lac-Saint-Louis.

J’ai rencontré les dirigeants du Canadien de Montréal une fois seulement avant le repêchage. Ils semblaient intéressés, mais sans plus. Du côté de Buffalo ou Anaheim par contre, c’était beaucoup plus clair.

Au mois de juin, le repêchage est présenté à la maison, au Centre Bell. Ma famille, mes amis, mes entraîneurs se sont tous déplacés pour vivre ce moment avec moi.

Au 13e rang, Buffalo sélectionne Zack Kassian. Au 15e rang, Anaheim choisit Peter Holland.

Je ne suis pas déçu, mais je n’ai aucune idée de ce qui m’attend. Je savais que d’autres équipes étaient intéressées, comme les Penguins de Pittsburgh, qui devaient parler au 30e rang.

Et puis, au 18e échelon, Trevor Timmins annonce le choix du Tricolore.

« Des Lancers d’Omaha… »

Je savais que c’était moi.

Moi, Louis Leblanc, un Québécois, j’étais repêché par mon équipe, à Montréal. J'étais tellement heureux. C’était un scénario rêvé.

« Louis, Louis, Louis! »

Je m’en souviendrai toujours. La foule du Centre Bell s’est levée et s’est mise à scander mon nom.

À cet instant précis, ma vie a changé. Instantanément, je suis passé d’inconnu à vedette. J’ai senti cette dose d’amour immense que les partisans m’envoyaient, mais j’ai aussi compris, à partir de ce jour, que les attentes seraient élevées.

Dire que c’est parti en lion serait un euphémisme. J’ai été littéralement catapulté dans un monde pour lequel je n’étais peut-être pas prêt.


Louis Leblanc en 2012

Louis Leblanc en 2012

Photo : Getty Images / Richard Wolowicz

Comme prévu, je suis entré à Harvard, mais rapidement, j’ai senti que le Bleu-blanc-rouge remettait en question ma décision.

À l’époque, je crois que les dirigeants pensaient que Harvard n’était pas l’endroit idéal pour mon développement. Tout le monde a droit à son opinion. Oui, c’est vrai que tu joues moins de matchs, mais plusieurs joueurs ont prouvé qu’on pouvait très bien jouer dans la NCAA et avoir une belle carrière dans la LNH par la suite.

On ne m’a jamais mis un fusil sur la tempe, mais j’ai senti une pression. On voulait que je quitte l’école et que je me concentre entièrement sur ma carrière de joueur de hockey. Je crois que le Canadien a peut-être senti une certaine urgence. J’étais un choix de premier tour et les partisans voulaient une vedette montante à Montréal.

Je me sentais coincé, mais j’ai finalement choisi de quitter Harvard. Encore aujourd’hui, je pense que c’est la décision la plus difficile que j’aie eue à prendre dans ma vie.

Le plan de Bob Gainey et de Pierre Gauthier était que j’aille jouer une saison avec le Junior de Montréal et, qu’ensuite, ils allaient me donner une chance. Et ils me l’ont donné, cette chance.

L’année suivante, à mes débuts chez les professionnels avec les Bulldogs de Hamilton, j’ai rapidement récolté des points et j’ai été rappelé par le grand club. J’avais 20 ans quand j’ai disputé mon premier match dans la LNH.

J’ai marqué mon premier but le 15 décembre au Centre Bell. C’est un moment que je n’oublierai jamais. J’ai eu droit à une ovation et, comme au repêchage, la foule s’est mise à crier : « Louis, Louis, Louis! » J’avais tellement d’énergie. Je pense que j’aurais pu marquer trois buts dans ce match. Mais, ironiquement, je n’ai plus joué du reste de la rencontre. Le lendemain, l’entraîneur-chef Jacques Martin était congédié et Randy Cunneyworth prenait la relève.

À ma première année chez les professionnels, je n’ai pas récolté beaucoup de points et mon rôle a été plutôt limité avec le CH, mais j’ai quand même joué 42 matchs.

Puis, Geoff Molson a mis tout le monde à la porte. Avec le recul, je réalise que je suis arrivé dans un moment où il n’y avait pas vraiment de stabilité dans l'équipe. Est-ce que ça a eu une influence sur mon cheminement? Je ne le sais pas, mais je peux dire que la chance n’a jamais été vraiment de mon bord…


Marc Bergevin a obtenu le poste de directeur général et a embauché Sylvain Lefebvre pour diriger les Bulldogs. C’était le lock-out dans la LNH, alors je me suis présenté à Sherbrooke où tous les joueurs étaient réunis pour le camp d’entraînement de la Ligue américaine.

À mon arrivée, j’ai ressenti immédiatement que quelque chose clochait. Il y avait un froid. Avec les entraîneurs, peut-être? Je ne le sais pas. Pourtant, je n’étais pas arrogant.

Je n’avais jamais vécu ça. J’avais l’impression de ne pas être le bienvenu. J’avais gravi les échelons dans le hockey et je m’étais toujours senti à ma place, autant physiquement que mentalement.

Jusqu’à ce moment.

Pourtant, ma confiance était à son apogée. Je venais de jouer 42 matchs dans la LNH et j’avais connu un bon été d’entraînement. J’avais encore énormément de choses à améliorer, mais j’avais quand même prouvé que je pouvais jouer dans la Ligue américaine et même, dans la LNH.

La saison a commencé et disons que mon rôle n’en était pas un de premier plan. Je jouais dans le troisième trio, je n’avais pas de temps de jeu en supériorité numérique. Je ne me sentais pas bien. Je commençais à me questionner, ce que je n’avais jamais fait depuis mes premiers coups de patin à l’âge de 3 ans.

Après trois matchs, je me suis blessé à une cheville et j’ai dû m’absenter pendant six semaines. Je me disais que cette pause allait être bénéfique. Au contraire, à mon retour, le malaise s’est poursuivi. Je ne jouais pas bien, je n’avais pas d’énergie. C’est probablement la pire année que j’ai connue sur le plan hockey.

Je me demandais comment j’allais faire pour retourner dans la LNH et, honnêtement, j’avais du mal à être optimiste. J’avais pourtant été si proche et, quelques mois plus tard, je sentais maintenant que mon rêve me glissait entre les mains.

Et là, je me suis fait prendre dans l’engrenage. C’est un cercle vicieux. J’ai passé l’année à me remettre en question. J’ai décidé de ne pas abandonner. J’ai mis les bouchées doubles pendant l’été et j’ai rapidement réussi à me démarquer au camp d’entraînement, à l’automne suivant.

Je marquais des buts. Je m'impliquais. Je voyais enfin la lumière au bout du tunnel. Et puis, j’ai fait partie des premières compressions. J’ai pris mon sac et j’ai quitté le Centre Bell.

J’étais découragé et frustré. J’essayais de comprendre. Je suis revenu à Montréal pour quelques matchs, avant d’être rétrogradé à nouveau. C’était terminé. Mon contrat de trois ans prenait fin avec le Canadien.


Louis Leblanc est appuyé sur le mur d'un aréna pendant que se joue un match derrière lui.

Louis Leblanc

Photo : Radio-Canada / Alain Decarie

Je réalise aujourd’hui que pendant cette année-là, à force de me questionner, j’ai complètement perdu mes repères. Je revois parfois des matchs de cette époque et le gars que je vois sur la patinoire, ce n’est pas moi.

Quel est mon rôle? Quelles sont mes habiletés? Je m’en vais où? Ça tournait vite dans ma tête, mais j’essayais de garder le cap. Je n’ai pas su trouver la solution.

J’avais besoin de changer d’air. Je n’avais plus de fun. J’en avais ma claque.

J’ai donc été échangé aux Ducks d’Anaheim. Encore une fois, j’ai commencé la saison dans la Ligue américaine. L’entraîneur m’avait dit que je serais le prochain joueur rappelé, mais ce rappel n’est finalement jamais venu.

Ça faisait maintenant presque un an que je n’avais pas joué dans la LNH. Le temps commençait à presser. Comme j’adorais encore le hockey, j’ai signé avec les Islanders de New York. Mais dès le camp d’entraînement, je me suis fracturé l’os orbital. J’étais de retour à la case départ.

J’ai ensuite fait le choix d’accepter une offre d’une équipe de la KHL, avant de finalement me joindre au club de Lausanne en Suisse. À la fin de la saison, je suis rentré à Montréal.

J’avais 25 ans. Je ne voulais pas retourner en Europe. Je n’avais pas joué dans la LNH depuis deux ans. Je n’en pouvais plus. J’ai analysé le côté hockey, j’ai pensé à ma vie personnelle et je l’ai su : c’en était assez. Je prenais ma retraite.


Pendant près de cinq ans, je me suis beaucoup promené. Pendant des années qui sont cruciales pour le développement d’un joueur, j’ai vécu beaucoup d’incertitude.

Je vous mentirais si je vous disais que ç’a été facile. Ça m’a drainé mentalement. Je suis une personne fière. Je voulais que ça fonctionne. Je voulais avoir du succès. Le corps en a pris un coup, mais le mental a été encore plus atteint.

Une retraite à 25 ans, c’est rare. Surtout quand il n’est pas question de blessure. Surtout pour un joueur qui avait un avenir aussi prometteur. Mais j’ai senti que je devais passer à autre chose.

Je ne suis pas amer face à la tournure des événements. Je pense que les partisans montréalais le sont plus que moi, en fait.

Les amateurs veulent une coupe Stanley et c’est normal. Ce sont les meilleurs partisans du monde. Le sentiment de jouer un match au Centre Bell, il n’y a rien qui peut égaler ça. Probablement que les attentes étaient plus élevées envers moi parce que je suis un Québécois. Mais d’un autre côté, les beaux moments n’auraient probablement pas été aussi euphoriques si je n’avais pas été un petit gars d’ici.

Ce que j’ai vécu, c’est unique. L’attention médiatique, les hauts et les bas, j’ai l’impression que cette aventure m’a fait vieillir de 40 ans.

Je suis maintenant l’un des entraîneurs adjoints avec l’équipe de hockey de Harvard et j’adore ça. Dans quelques mois, je terminerai mon baccalauréat et je commencerai ma carrière en finances dans un cabinet de Boston. Un jour, je me vois très bien devenir directeur général pour une équipe de la LNH.

Quand je rencontre des gens dans mon nouveau domaine et qu’ils me parlent de pression, ça me fait toujours sourire.

Être Québécois, repêché à Montréal, par Montréal. Ça, c’est de la pression.

Aujourd’hui, il n’y a pas grand-chose qui puisse réussir à m’ébranler.


Je n’ai pas vraiment de regret, sauf peut-être un. En fait, je me suis souvent demandé si je n’aurais pas dû rester à l’école plutôt que de quitter Harvard et d’aller dans les rangs juniors. Est-ce que ça aurait été si néfaste? Je ne pense pas. Est-ce que j’aurais réussi à jouer dans la LNH? On ne le saura jamais.

Souvent, quand ça allait mal, je me disais que j’aurais dû rester à Harvard. Je savais que là-bas, j’aurais joué. J’aurais eu une stabilité. Je n’aurais pas eu peur de me faire rétrograder ou échanger.

Est-ce que j’ai vraiment eu ma chance avec le Canadien? Je ne sais pas c’est quoi, une chance. Une chance, pour un joueur, ça peut être un match. Pour un autre, ça peut être une saison. C’est tellement relatif.

Je ne blâme pas le Tricolore. J’ai encore une très bonne relation avec Marc Bergevin. Nous allons parfois prendre une bière ensemble quand il vient à Boston. Le hockey, c’est un sport rapide sur la patinoire, mais aussi du côté business. Gérer une équipe, être entraîneur, je comprends que ce n’est pas une science exacte, surtout depuis que j’ai ce rôle à Harvard.

Je n’en veux pas au CH. Je ne pense pas que quelqu’un s’est levé un matin en se disant : « Comment pourrais-je lui rendre la vie difficile? » Je crois sincèrement que tout le monde avait de bonnes intentions.

Je n’ai pas l’impression d’avoir été victime d’une injustice non plus. Le sport professionnel, c’est une business. Les décisions sont prises rapidement. Tu n’as pas sept vies.

Peu importe ce qui s’est passé, je demeure persuadé que le Canadien ne s’est pas trompé en me sélectionnant au 18e rang.

Je n’ai jamais douté de mon talent ni de mes habiletés sur la glace. Certains vont dire que j’ai été repêché seulement parce que je suis francophone et que c’était à Montréal. Est-ce que l'équipe avait de la pression pour repêcher un Québécois? Ça, je ne le saurai jamais, mais je sais que j’aurais pu sortir n’importe quand au premier tour.

Par contre, j’aimerais que les partisans montréalais comprennent que j’ai tout donné. Vraiment tout.

J’aurais voulu que les choses se passent différemment. Croyez-moi. Si j’avais pu écrire le scénario de ma carrière, j’aurais gagné la Coupe Stanley à Montréal, j’aurais joué 20 ans dans la LNH et j’aurais été intronisé au Temple de la renommée du hockey. Des fois, dans la vie, ça ne fonctionne pas. C’est tout. Life goes on.

Même si ç’a été extrêmement difficile. Même si encore aujourd’hui, on parle de moi comme d’un choix raté. Malgré tout, je recommencerais demain.

Si c’était à refaire, je voudrais être repêché par le Canadien de Montréal.

Propos recueillis par Christine Roger