•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Julianne Séguin est assise, pensive, dans un couloir.

Julianne Séguin - La rupture

La patineuse artistique Julianne Séguin a durement encaissé sa séparation professionnelle avec Charlie Bilodeau survenue cinq mois après les Jeux olympiques. « Un choc. Un coup de pelle dans la face. »

Signé par Julianne Séguin

« Je ne passerai pas par quatre chemins. Toi et moi, c’est terminé. »

J’ai déposé mon café. J’ai figé. Un choc. Un coup de pelle dans la face. J’aimerais trouver une façon plus chic de l’exprimer, mais c’est exactement comme ça que je me suis sentie.

C’était le 14 juillet 2018. Je sentais que ça brassait depuis quelques jours. Nous avions vécu notre part de moments difficiles, mais jamais je ne me serais doutée qu’il voulait qu’on se sépare. Surtout après les épreuves que nous avions surmontées. Surtout après les résultats que nous avions obtenus.

Pendant l’année qui nous a menés aux Jeux olympiques de Pyeongchang, Charlie a dû être opéré à un genou en juin et j’ai subi trois commotions cérébrales. J’ai eu des symptômes jusqu’en décembre. Les Jeux étaient en février.

Pendant près d’un an, nos entraînements ont été amputés et je patinais sans être en plein contrôle de mes habiletés. Malgré toutes ces embûches, nous avons pris la 2e place des Championnats canadiens, derrière Meagan Duhamel et Eric Radford. Déjà, c’était un exploit.

Contre toute attente, nous avons ensuite réussi un top 10 à nos premiers Jeux olympiques. Et je n’ai que 22 ans.

Les médias et les amateurs parlaient déjà des Jeux de Pékin. Et le pire, c’est que nous aussi. Nous avions commencé à parler du prochain cycle olympique, à penser à nos prochaines chorégraphies. Il y avait beaucoup d’ajustements à faire, mais jamais je n’ai saisi qu’il voulait que ça se termine. Peut-être que j’aurais dû m’en douter.

Alors, est-ce que je comprends la décision de Charlie? La réponse est non.

Nos chorégraphies étaient prêtes et il aurait eu plusieurs chances de me l’annoncer plus tôt. Je comprends donc encore moins le moment choisi…

Est-ce que j’en veux à Charlie? Pas du tout. Je suis juste déçue. Je ne dis pas que ça aurait été facile. Il aurait fallu travailler extrêmement fort. Est-ce qu’on y serait arrivé? Je ne sais pas, mais je ne pense pas que c’était impossible.

Depuis, les gens me demandent quelle est la vraie raison de notre rupture. La vérité, c’est que je n’en ai aucune idée. C'était totalement inattendu pour moi. Je peux vous dresser une liste d’éléments qui clochaient, mais à mes yeux, ce n’était rien d'insurmontable.

Je ne pense pas qu'on avait atteint le fond du baril. Au contraire. Je croyais que c'était juste une période plus difficile. C'est extrêmement exigeant, les Jeux olympiques. Et notre année préolympique l’a été encore plus.

Nous nous sommes revus à la fin de l’été, mais ses réponses ne m’ont pas convaincue.

Julianne Séguin se tient debout sur une patinoire.

Julianne Séguin

Photo : Radio-Canada / Alain Decarie

Quand c’est sorti dans les médias, j’ai senti le besoin de me cacher. Je vous mentirais si je vous disais que ç’a été facile. Cela m’a fait mal. Et, sur le coup, je n’avais pas envie de le partager avec tout le monde. J’avais besoin de prendre du recul, de réaliser ce qui venait de se passer. Les montagnes russes d’émotions que j’ai vécues avaient laissé des traces. J’avais besoin d’une pause.

Pendant trois mois, je n’ai pas patiné. Je n’en avais plus envie. Puis, tout à coup, j’ai senti le besoin de chausser mes patins. Depuis quelques semaines seulement, je me sens vraiment bien. En paix même.

Je suis maintenant prête à tourner la page. Lentement, mais sûrement.


Si j’ai commencé à patiner à l’âge de 5 ans, c’est seulement vers 12 ou 13 ans que j’ai compris que j’avais vraiment du potentiel. À 16 ans, j’ai rencontré Charlie. Nous avons commencé à patiner en couple. Mais, honnêtement, mes ambitions n’étaient pas très grandes. Rapidement, dès notre deuxième année ensemble, nous avons obtenu du succès.

En 2014, nous avons remporté l’argent aux Championnats canadiens juniors et la finale du Grand Prix junior ISU de patinage artistique. J’ai compris que je devais faire un choix et j’ai laissé tomber l’individuel.

Des jeunes patineurs qui ont un potentiel, il y en a à la tonne. Mais une ascension aussi fulgurante que celle que Charlie et moi avons connue, je pense que c’est plutôt rare.

Tous les espoirs étaient permis, jusqu’à l’année préolympique.

Charlie Bilodeau fait tourner Julianne Séguin pendant leur programme libre.

Julianne Séguin et Charlie Bilodeau pendant leur programme libre aux Jeux olympiques de Pyeongchang

Photo : Getty Images / Harry How

En janvier 2017, j’ai subi une première commotion cérébrale. Un coup à la tête. J’ai dû arrêter de patiner pendant un mois. Quelques mois plus tard, lors d’un spectacle, nous avons tenté une manoeuvre plutôt banale, mais avec l’éclairage, j’ai perdu mes points de repère. Je me suis frappé la tête sur la glace.

Enfin, j’ai chuté lors d’un porté. J’ai tout de suite de suite su que quelque chose n’allait pas. J’ai immédiatement eu l’impression que j’étais sortie de mon corps. C’est difficile à expliquer comme sentiment.

Je n’avais jamais subi de commotion cérébrale, même si c’est plutôt fréquent dans mon sport. Et là, j’en ai eu trois en quelques mois. Malchanceuse, vous dites?

Ç’a été dur. Ce n’est pas comme une entorse à une cheville. C’est bleu, c’est enflé, tu es capable de jongler avec tes limites. Une commotion, c’est traître. La ligne est mince entre être prête et jouer avec le feu.

C'est totalement imprévisible. Je me levais une journée, à cause de la fatigue ou du surentraînement, j'avais des nausées épouvantables. Le lendemain matin, je n’avais rien.

Je savais que l'objectif était de participer aux Jeux olympiques. Plus les mois avançaient, plus la situation devenait difficile à gérer. Au mois d’août, je me suis dit que ça ne marcherait pas. Je n’y arriverais pas. Honnêtement, je n’y croyais plus.

Je n’ai jamais eu l'impression que Charlie m’avait laissée tomber. J’ai plutôt eu l’impression que c’était moi qui l’avais laissé tomber, plus d’une fois. Je voulais guérir. Je voulais patiner, mais je ne pouvais pas. Pendant ce temps, Charlie attendait. C’est ça qui me grugeait le plus. Je ne voulais pas ruiner son rêve, le mien et celui de notre équipe. J’avais beau être patiente, me dire que ça irait mieux, à un moment donné, tu paniques.

Et Charlie était là. Toujours. Il a été un partenaire en or. Il m’a appuyée du début à la fin et m’a rassurée quand j’en avais besoin.

Puis, il y a eu un déclic dans ma tête. Ça ne se peut pas qu’on ait travaillé aussi fort, qu’on ait eu d’aussi bons résultats et que, finalement, ça ne donne rien. J’ai décidé d’y aller all in. Il allait arriver ce qui devait arriver.

J’ai pris des risques que je n’aurais pas pris si ça n’avait pas été une année préolympique. Je me souviens d’une compétition en novembre 2017 à Moscou. Ma vision était floue. J’avais du mal à lire la posologie sur mon pot de médicaments. Une fois sur la patinoire, avec l’éclairage et la glace blanche, j’étais étourdie et j’avais mal au coeur. Je ne sais pas comment j’ai réussi à patiner, mais je l’ai fait.


J’ai eu ma première commotion cérébrale en janvier et mes derniers symptômes en décembre. Onze mois de doutes, de craintes, de remises en question. Nous sommes arrivés à Pyeongchang en santé, mais je ne vous cacherai pas que je n’étais pas au sommet de ma forme.

Donc, est-ce qu’on s’attendait à terminer en 9e place aux Jeux olympiques? Oui et non.

Julianne Séguin et Charlie Bilodeau rient à p^leine dents après leur programme libre aux Jeux olympiques de Pyeongchang

Julianne Séguin et Charlie Bilodeau après leur programme libre aux Jeux olympiques de Pyeongchang

Photo : AFP/Getty Images / Mladen Antonov

Avant le programme court, nous voulions juste faire de notre mieux. La pression était énorme pour offrir une performance à la hauteur de nos attentes. Nous n’avions jamais vécu une telle situation, mais nous sommes des compétiteurs dans l’âme. Avant le programme libre, nous nous sommes mis comme défi d’atteindre le top 10. Et nous y sommes parvenus, à nos premiers Jeux olympiques, même si nous avions connu une année difficile.

En toute vérité, les Jeux n’ont pas été faciles, malgré ce résultat inespéré. Les entraînements ne se passaient pas aussi bien que nous l’aurions souhaité. Nous sommes arrivés tôt, nous patinions chaque jour et nous devions maintenir le niveau de forme physique pendant deux semaines pour atteindre notre sommet la journée de la compétition.

La réalité, c’est que nous sommes épuisés, essoufflés lorsqu’arrive le jour J. Notre façon de gérer cette situation a peut-être été un élément déclencheur. Qu'est-ce qui se passe? Est-ce qu'on est encore faits l'un pour l'autre? Est-ce qu'on veut encore continuer avec la même équipe? C'est beaucoup de questionnements...

Nous avons beaucoup discuté après les Jeux. Notre plan de match était bien défini. Je crois qu’il aurait aimé que les changements soient instantanés. Le sport évolue très rapidement et il n’y a pas une seconde à perdre. Mais en même temps, il est impossible de prendre des raccourcis.

Je sentais que la pression montait et la situation n'était pas optimale à l'entraînement. C'était ça qui était lourd. Je sais que je n’étais pas dans la plus grande forme de ma vie. J’y pensais beaucoup. Et Charlie aussi. Il me l’a dit.

Le patinage artistique peut être un sport difficile, surtout pour la femme. Il n’y a pas beaucoup de marge de manoeuvre. Tu dois être en forme. Tu dois surveiller ton poids. Tu dois toujours être bien mise, bien maquillée. Tu dois toujours être au meilleur de toi-même.

Quand tu es blessée, quand tu ne peux pas t’entraîner, tu ne peux quand même pas faire de miracles!

Le rapport avec le corps n’est pas toujours facile. Mais avec les années, tu apprends à en prendre et à en laisser. C’est un cheminement que tu fais avec toi-même. Au début, tu es intimidée par les silhouettes de certaines patineuses, mais quand tu apprends les histoires qui se cachent derrière, tu relativises le tout assez vite.

J’ai la fierté d’avoir atteint ce niveau en ayant gardé un mode de vie sain. Ce qui, on va se le dire, n’est vraiment pas la norme dans mon sport...

Je sais que Charlie a dit qu’il avait l’impression que nous avions plafonné. Je ne l’ai pas vu comme ça. J’ai été beaucoup blessée et la situation ne me permettait simplement pas de m’améliorer. Nous sommes parvenus à maintenir une certaine qualité, mais jamais nous n’avons atteint le niveau nécessaire pour rejoindre Meagan et Eric.

Je n’ai pas l’impression qu’on a fait tout ce qu’on pouvait pour voir si ça pouvait encore marcher avant de jeter l'éponge.

Malgré cette fin en queue de poisson, nous avons connu des moments extraordinaires ensemble. Je suis une olympienne. Et ça, personne ne pourra jamais me l’enlever.

En fait, c'est ça qui est le plus difficile.

Je dois réussir à tourner la page, mais sans rien effacer.


Julianne Séguin regarde la caméra.

Julianne Séguin

Photo : Radio-Canada / Alain Decarie

Je me suis demandé si j’étais encore faite pour ça. Pourquoi est-ce que je patine? Qu'est ce que cela m’apporte? Je me suis longuement questionnée. Je n’avais plus envie de patiner. Et puis, j’ai décidé de me donner une chance. J’ai décidé de me remettre en forme, d’être enfin au meilleur de moi-même. Et ensuite, seulement, je pourrai prendre une décision éclairée.

J’ai recommencé l’entraînement il y a quelques semaines , majoritairement aux 4 Glaces de Brossard. C’est un endroit neutre et je m’y sens bien. Il n’y a pas vraiment de patineurs de niveau international, mais de voir les jeunes patiner m’aide à garder la flamme.

J’ai eu des contacts avec certains patineurs, mais je leur ai dit que je n’étais pas prête. Mon objectif est de commencer à faire des essais en janvier, mais je me donne jusqu’au mois de mars pour être la meilleure version de moi-même. Je serai alors en mesure de prendre des décisions.

Même si je suis dans une forme exceptionnelle, même si je suis une athlète olympique, je n’ai aucune garantie. Des patineurs du calibre de Charlie, ça ne court pas les rues. Je vois quelques candidats potentiels au pays pour l’instant. Sans plus.

Je sais que je n’ai pas atteint mon plein potentiel. Comme je suis une fille très compétitive, je veux me prouver que j’étais capable d’être meilleure. C’est ça, ma principale source de motivation.

L’objectif reste le même. Je suis prête à aller plus loin, à me qualifier pour les Jeux olympiques de Pékin.

Est-ce que je vais y arriver? L’avenir nous le dira.

Au moins, j’aurai tout essayé.

Propos recueillis par Christine Roger