•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Samuel Poulin enfile le chandail des Penguins de Pittsburgh après avoir été repêché par l'équipe de la LNH.

Samuel Poulin - Mon repêchage

« Quand j'ai vu la signature au bas du texto... Sidney Crosby qui m'écrit pour me souhaiter la bienvenue au sein de l'équipe, ça m'a fait un petit velours! »

Signé par Samuel Poulin

J’avais laissé mon téléphone à ma mère parce que je voulais profiter du moment sans être importuné. Je voulais le vivre pleinement et tout capter de mes propres yeux. Le repêchage de la LNH, tu vis ça une seule fois dans ta vie.

À la fin de la soirée, après avoir passé une heure et demie sous les gradins à répondre aux questions des journalistes, je suis allé rejoindre ma famille dans la loge. Ma mère m’a redonné mon téléphone. Je l’ai allumé et il s’est mis à sonner, à biper et à vibrer. Il y avait des tonnes de messages que j’avais hâte de lire!

Après tout, je venais d’être repêché au premier tour, 21e au total, par une des meilleures organisations de la Ligue, les Penguins de Pittsburgh.

Parmi les messages, il y en a un qui était arrivé un peu plus tôt par texto.

« Salut Sam. Félicitations pour avoir été sélectionné. Je sais que tu as travaillé très fort et je suis content que tu te joignes à notre organisation. Ils trouvent tous les bons joueurs au Q Ah! Ah! Passe un très bel été. N’hésite pas à m’appeler ou à me texter si tu as besoin de quoi que ce soit. Profite du moment. »
- Sid

Quand j’ai vu la signature au bas du texto… Sidney Crosby qui m’écrit pour me souhaiter la bienvenue au sein de l’équipe, ça m’a fait un petit velours! Ça démontre aussi la classe qu’il a en tant que capitaine de l’équipe.

Samuel Poulin tient son cellulaire, sur lequel apparaît le message texte que lui a envoyé Sidney Crosby.

Samuel Poulin tient son cellulaire, sur lequel apparaît le message texte que lui a envoyé Sidney Crosby.

Photo : Courtoisie Samuel Poulin


J’ai vraiment hâte. J’ai reçu mon billet d’avion. Je suis parti hier, le 4 septembre, pour Pittsburgh pour participer au camp des recrues et, je l’espère, au camp principal. Je fais le voyage avec mon ami d’enfance Nathan Légaré, qui a lui aussi été repêché par les Penguins (74e). Ça serait dur de demander mieux!

C’est complètement fou quand j’y pense. Je suis si près d’atteindre mon rêve de jouer dans la Ligue nationale de hockey, mais en même temps, il me reste tellement de choses à réaliser avant d’y parvenir.

Je suis tout de même optimiste et confiant. Au début, lorsque j’ai été repêché, je me disais que je pourrais jouer dans la LNH d’ici deux ou trois ans. La première étape a été de participer au camp de développement des Penguins, qui s’est déroulé du 26 au 28 juin à Pittsburgh. Je suis très content de la façon dont les choses se sont passées. À la fin des trois jours, les dirigeants m’ont rencontré et ils m’ont dit de me préparer comme si j’allais jouer cette saison.

C’est donc avec cette idée en tête que j’ai peaufiné ma préparation cet été.

Je ne me fais pas d’illusion. Malgré l’euphorie, je sais que je dois garder la tête froide. Ce n’est pas très dur, car je ne suis pas du genre à m’enfler la tête. Je suis un gars sérieux qui connaît les sacrifices qu’il doit faire pour atteindre ses objectifs.

Depuis que je suis de retour à Sherbrooke avec le Phoenix, dans la LHJMQ, je me concentre beaucoup sur mon alimentation. Je respecte à la lettre le plan d’une nutritionniste afin de répondre aux exigences des Penguins. Ils veulent que je perde quelques livres pour être plus rapide. J’avoue que cette partie est un peu frustrante, car malgré mes efforts, le poids est toujours le même sur la balance, 213 lb, alors que l’idéal serait 208 lb. Je sais que j’ai perdu de la graisse, j’ai seulement 8,5 % de gras, mais en même temps, j’ai gagné de la masse musculaire, et ça, c’est plus lourd que le gras! Par contre, je suis convaincu que je vais finir par y arriver.

Samuel Poulin brandit la coupe Hlinka-Gretzky après avoir vaincu la Suède, en août 2018.

Samuel Poulin brandit la coupe Hlinka-Gretzky après avoir vaincu la Suède, en août 2018.

Photo : La Presse canadienne / Codie McLachlan


Le hockey fait partie intégrante de ma vie. Il a toujours été présent dans ma famille. J’avais seulement deux ans quand mon père, Patrick Poulin, a pris sa retraite après avoir joué pendant dix saisons dans la LNH, dont cinq avec le Canadien. Mon parrain, Jocelyn Thibault, a été gardien de but pour les Penguins et il est actuellement le directeur général de mon équipe junior, à Sherbrooke. J’ai aussi joué une saison en LHJMQ avec mon frère Nic. Ma mère a toujours suivi la carrière de mon père. Bref, le hockey, c’est une histoire de famille.

Quand j’étais jeune, j’avais de la chance, car étant donné que mon père est un ancien Canadien, j’avais facilement accès à des matchs du CH et je pouvais parler avec des joueurs fréquemment. Je suis même déjà allé dans le vestiaire des Penguins alors que mon parrain y jouait.

Je me souviens parfaitement du moment où j’ai décidé que je deviendrais joueur professionnel. Je crois que j’étais en 2e ou 3e année et j’avais reçu, comme cadeau d’anniversaire, une paire de billets pour assister à un match des Capitals de Washington. C’était mon équipe préférée à l’époque et mon idole était Alex Ovechkin.

C’était pendant les plus grandes années de rivalité entre lui et Crosby et ça me faisait rêver de les voir jouer avec autant de talent et d’habiletés.

Nous étions donc allés voir l’entraînement matinal des Caps et, à la fin de la pratique, Ovechkin s’était arrêté pour autographier quatre ou cinq des chandails que j’avais apportés. C’est de là que tout est parti. Je me suis dit : « Ça a tellement l’air tripant cette vie-là! » De pouvoir jouer au hockey comme travail. C’est à partir de ce moment précis que je me suis dit : « C’est ça que je veux faire dans la vie et je vais tout faire pour y arriver. »

J’avoue que ce n’est que quelques années plus tard que j’ai compris à quel point ça serait dur. Mon père m’en parlait souvent. Il me disait : « Tu dois toujours travailler fort, car ce ne sera pas facile. » Puis, quand j’ai eu 12, 13 et 14 ans et que j’ai commencé à être invité sur les équipes du Québec et du Canada, j’ai vraiment compris que j’étais loin d’être le seul joueur talentueux. Mais le travail ne m’a jamais fait peur. J’aime jouer au hockey et rien ne peut m’arrêter. Je suis prêt à y mettre tous les efforts et à faire tous les sacrifices.

D’ailleurs, ça fait partie de mes qualités en tant que joueur. J’ai une bonne réputation en ce qui a trait à l’éthique de travail. Dans la foulée du repêchage, ça fait partie des points positifs qui sont ressortis.

Avant le jour J, Bill Guérin, jusqu’à tout récemment assistant du DG des Penguins, avait envoyé un texto à mon agent Pat Brisson pour lui demander si un joueur comme Crosby aimerait jouer avec moi. Pat a répondu : « Absolument, ils sont travaillants tous les deux et je crois qu’ils se rejoindraient bien. » Bill Guérin a répliqué : « C’est bien ce que je pensais », suivi de trois petits points…

C’est assez capotant de lire ça.

Samuel Poulin

Samuel Poulin

Photo : Getty Images / Kevin Light


L’année du repêchage est très longue et il faut rester concentré, avec les deux pieds sur terre. Je suis représenté par Pat Brisson, de l’agence CAA, et ils commencent très tôt à préparer les joueurs pour ce moment crucial.

Deux ans avant ton année d’admissibilité au repêchage, tous les espoirs de l’agence se rencontrent pour un grand séminaire à Los Angeles. Quand j’y suis allé, nous étions une soixantaine. On a eu des séances sur glace, mais aussi beaucoup de conférences et d’ateliers hors glace.

Nous avons entre autres travaillé avec un gars qui s’appelle Steven Shenbaum. C’est un acteur qui a joué dans le célèbre film American Pie. On l’a rencontré à plusieurs reprises pendant la semaine et il nous a donné des conseils et des trucs de théâtre pour nous aider à sortir de notre coquille et à être prêts pour les entrevues à passer avec les équipes. Puis, peu avant le repêchage, il fait un appel FaceTime avec toi et il te pose le même genre de questions que les équipes te poseront avant de faire leur choix. C’est très pratique, surtout si tu en as beaucoup à faire!

Ces entrevues sont menées au NHL Scouting Combine, une séance d’évaluation d’une semaine en vue du repêchage, à la fin du mois de mai et au début de mois de juin. Il s’agit d’un camp qui regroupe les meilleurs espoirs nord-américains et européens où l’on évalue les aptitudes physiques des joueurs. Toutes les équipes y sont présentes et elles peuvent demander un entretien avec les joueurs qu’elles convoitent en prévision du repêchage.

Samuel Poulin effectue un exercice de course.

Samuel Poulin pendant le NHL Scouting Combine, le 1er juin 2019, à Buffalo.

Photo : NHLi via Getty Images / Bill Wippert

Le premier jour, j’ai eu dix entrevues! Je crois que je suis celui qui en a eu le plus au jour 1. Au total, j’ai rencontré 29 des 31 équipes. Les seules qui ne m’ont pas sollicité sont Buffalo et San José.

J’ai commencé à réaliser assez vite à quel point c’est gros quand j’ai eu une rencontre avec les Red Wings de Détroit. Ils étaient plusieurs autour de la table, mais ceux qui menaient l’entrevue étaient Steve Yzerman, Jeff Blashill et Kris Draper.

Ouf! Je regardais Yzerman et Draper jouer quand j’étais jeune et je les admirais tellement. D’avoir ces gens-là assis devant moi, et de savoir qu’ils s’intéressent à moi, c’était très flatteur et excitant.

Il y a aussi deux équipes, Chicago et Pittsburgh, qui m’ont demandé d’aller souper avec leurs représentants. Quand ils veulent partager un repas avec toi, tu sais que c’est parce qu’ils ont un grand intérêt.

À la table des Penguins, il y avait le directeur du recrutement amateur Patrick Allvin et deux autres personnes. Je n’étais pas particulièrement nerveux. Tout s’est bien passé et j’étais satisfait de ma performance. Je savais aussi que c’était plausible que je me retrouve avec les Penguins, car ils repêchaient au 21e rang et je sortais entre les 20e et 25e rangs sur les listes de prévisions au repêchage. Je me suis aussi très bien illustré dans les tests physiques et sur la glace.

J’étais confiant et j’étais impatient d'arriver au 21 juin!

La semaine avant le grand jour, je suis allé en vacances avec ma famille. Nous avons visité Whistler et Victoria, puisque le repêchage se faisait à Vancouver. J’avoue que la semaine a été un peu longue, car je brûlais d’impatience.

Sincèrement, je me fichais pas mal du rang auquel je serais sélectionné. L’équipe m’importait peu aussi. Ce que je souhaitais surtout, c’était d’être choisi au sein d’une organisation où il n’y aurait pas trop de jeunes et où je pourrais faire ma place rapidement.


Samuel Poulin réagit à sa sélection par les Penguins de Pittsburgh, le 21 juin 2019, au Rogers Arena de Vancouver.

Samuel Poulin réagit à sa sélection par les Penguins de Pittsburgh, le 21 juin 2019, au Rogers Arena de Vancouver.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Tu as beau être prêt et confiant, le stress est énorme quand vient enfin le moment. J’étais assis dans une section désignée avec mon père, ma mère, mon frère, ma sœur et mes agents. Mon parrain et ma marraine ainsi que ma famille de pension avec ses deux enfants étaient aussi dans l’aréna. C’était spécial d’avoir tous mes proches à mes côtés pour un moment aussi important.

Pendant les 15 premiers choix, je ne stressais pas trop, car je savais que j’avais peu de chance d’être nommé. Mais quand les Canadiens se sont avancés pour parler au 15e rang, c’est là que j’ai commencé à sentir une grande nervosité. L’entrevue avec eux avait très bien été. Je ne m’attendais pas à sortir là, mais je me suis quand même mis à écouter attentivement!

Puis, les équipes 16-17-18-19 et 20 ont fait leur choix. J’ai regardé le tableau et quand j’ai vu que c’était au tour des Penguins, mon coeur a commencé à battre plus vite. On aurait dit que c’était écrit dans le ciel. J’avais un instinct que c’était moi.

Je me suis dit : « Ça y est! C’est le bon moment! »

Ça a quand même été long avant qu’ils prononcent mon nom. Ils m’ont bien présenté, en anglais bien sûr.

« The Pittsburgh Penguins are proud to select, from Sherbrooke, in the Quebec Major Junior League…

...Samuel Poulin! »

C’est le moment le plus fort de toute cette aventure. D’entendre enfin mon nom au microphone.

Mon coeur a presque lâché. J’avais les jambes molles. J’ai embrassé ma famille et je suis descendu en m’assurant de ne pas trébucher, car je savais que toutes les caméras étaient braquées sur moi.

Puis, on m’a remis mon chandail.

Poulin
19

Mon rêve n’est pas encore atteint, mais je le garde tout proche, bien en vue dans ce cadre, dans ma chambre, où se trouvait auparavant mon chandail du Phoenix, reçu en 2017 lors du repêchage de la LHJMQ.

Un jour, je porterai fièrement le logo des Penguins dans un match de la LNH.

Ce n’est qu’une question de temps. Je le sais.

Le chandail des Penguins que Samuel Poulin a fait encadrer.

Le chandail des Penguins que Samuel Poulin a fait encadrer.

Photo : Courtoisie Samuel Poulin

Propos recueillis par Jacinthe Taillon