•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans l’attente de l’entraîneur du CFMTL, une finale aux accents montréalais en MLS

Les Montréalais du Crew de Columbus et du LAFC devraient être source de fierté, selon Samuel Piette.

Ils se font l'accolade.

L'ancien défenseur du CF Montréal Rudy Camacho (à gauche) a retrouvé l'entraîneur Wilfried Nancy à Columbus.

Photo : Reuters / Trevor Ruszkowski-USA TODAY Sports

La finale de la Coupe MLS de 2023 pourrait difficilement être plus montréalaise. Il ne manquerait que la participation du CF Montréal.

Hormis le Bleu-blanc-noir, il n’y a pas d’équipe du circuit Garber avec plus de liens avec Montréal que le Crew de Columbus, qui s’est qualifié pour la finale samedi dernier après une spectaculaire remontée contre son rival de l’Ohio, le FC Cincinnati.

Le défenseur central Rudy Camacho a joué avec Montréal pendant cinq saisons et demie avant d’être échangé à Columbus cet été. Le Montréalais Mohamed Farsi, pour sa part, a signé son premier contrat en MLS avec le Crew en 2022 et a franchi le cap des 2000 minutes de jeu cette année.

Et que dire des accents d’ici qu’on peut percevoir chez le personnel technique? L’entraîneur-chef Wilfried Nancy, ses adjoints Kwame Ampadu et Yoann Damet, son analyste vidéo Maxime Chalier et son préparateur physique Jules Gueguen ont tous déjà fait partie de l’organisation montréalaise.

De l’autre côté, le gardien montréalais Maxime Crépeau a été élevé au statut de légende du Los Angeles FC par ses partisans, l’an dernier, quand il a subi une fracture de la jambe en sortant de sa surface de réparation pour sauver son équipe en finale de la Coupe MLS. La blessure lui a coûté sa Coupe du monde. Le Montréalais Marc Dos Santos, ancien pilote de l’Impact, fait partie des adjoints de l’entraîneur-chef Steve Cherundolo.

Je pense que oui, [on devrait en retirer une fierté], étant donné que beaucoup de joueurs, de gens sont passés par le CF Montréal, ont grandi au CF Montréal, a souligné Samuel Piette, rencontré à la Mission Bon Accueil, dans l’arrondissement du Sud-Ouest, où son équipe participait à une activité de bénévolat avant les fêtes.

Au milieu de ses coéquipiers et de membres de leur famille, il soulève un trophée.

Le gardien Maxime Crépeau (au centre) a fêté comme il se doit la victoire du LAFC en finale de l'Ouest.

Photo : Reuters / Jayne Kamin-Oncea-USA TODAY Sports

Très, très content pour [Crépeau], a poursuivi Piette. Je sais qu’il a super bien performé. Il est en fin de contrat aussi, donc ça arrive à un bon moment. Un doublé peut-être, lui qui a gagné la finale l’an dernier et qui s’est malheureusement cassé la jambe. On espère pour lui qu’il la gagne cette année sans se casser la jambe.

Pour Columbus, il y a tellement de bon monde dans cette équipe-là, dans ce personnel technique là. Je pense à Wil, à Kwame, à Jules, qui est un bon chum. Je le souhaite aux deux équipes.

Cela dit, pendant que son ancien pilote se prépare à une finale de la MLS, le CF est sans entraîneur depuis le 9 novembre. Le club avait alors annoncé que Hernán Losada ne serait pas de retour à la barre de la première équipe l’an prochain. Cette confirmation n’avait rien de surprenant compte tenu des propos empreints de déception du chef de la direction sportive, Olivier Renard, au cours du bilan du club.

Piette, qui semblait alors indécis quant au bien-fondé d’une telle décision, a affirmé mercredi qu’il comprend la décision et qu’il la respecte. Le Québécois avait été au cœur d’une certaine controverse, à la fin septembre, quand il avait critiqué la préparation tactique de l’équipe après une défaite à Atlanta où les joueurs semblaient un peu perdus.

Piette avait dû s’expliquer quelques jours plus tard, et la marmite n’avait pas explosé, mais la réponse de son collègue Nathan Saliba, mercredi, quand on lui a demandé quel profil d’entraîneur il verrait débarquer à Montréal en 2024, donne l’impression que les mots de Piette ont toujours une certaine résonance.

Quelqu'un qui aura un système auquel on va s'adapter rapidement, peu importe si c'est de jouer au ballon court ou un peu moins, a résumé Saliba. Tant que l'idée est claire, qu'il nous transmet bien le message et qu'on est prêt à s'y aligner, je pense que ça va bien se passer.

Le capitaine, en tout cas, assume encore pleinement sa sortie médiatique de septembre. Ç’a fait en sorte que les gens portent attention à notre équipe, a-t-il laissé tomber, sourire en coin, en bon vétéran.

Avec le bilan de fin d’année, ce que certains joueurs avaient à dire, aussi la manière dont on a joué cette année… ça pouvait aller d’un côté ou de l’autre, a noté Piette au sujet du sort de Losada. Je souhaite la meilleure des chances à Hernán. J’avais une bonne relation avec lui, et je pense garder une bonne relation avec lui. On verra où le club se positionne par rapport à ça.

Pour l’instant, l’état-major montréalais est concentré sur un camp d’évaluation des joueurs universitaires qui a lieu en Arizona jusqu’au 9 décembre, date de cette finale de la Coupe MLS, dans l’espoir de trouver le prochain Tajon Buchanan à choisir lors du repêchage prévu 10 jours plus tard. Avec ou sans entraîneur.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Sports

Analyses, chroniques et bien plus encore! Suivez l’actualité sportive au-delà des résultats.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Sports.