•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

AnalyseLe ménage à trois gardiens produit au-delà des espérances pour le Canadien

Les deux gardiens se saluent en se croisant devant le filet.

Jake Allen et Samuel Montembeault

Photo : AP / Paul Sancya

Le Canadien arrive au célèbre jalon de l’Action de grâces américaine, qui coïncide plus ou moins au quart de la saison dans la Ligue nationale, et force est d’admettre que le pari d’amorcer le calendrier à trois gardiens lui a souri au-delà de toute espérance.

Même si la situation se prolonge peut-être au-delà de ce que l’équipe entrevoyait au départ, le rendement de Samuel Montembeault, Jake Allen et Cayden Primeau l’incite à ne rien précipiter. C’est devant le filet où le CH va chercher le plus de stabilité depuis le début de la saison.

À eux trois, les gardiens présentent un taux d’efficacité de ,904. Même si l’on ajoute les buts cédés dans un filet désert, qui font chuter le taux à ,899, l’équipe demeure supérieure à la moyenne de la LNH, qui est établie à ,897.

Et ce n’est pas comme si ses gardiens ont été épargnés, car le Tricolore a accordé à l’adversaire 100 lancers de plus que la moyenne du circuit depuis le début de la saison.

Mais le Canadien n’a pas seulement obtenu des résultats, il a gagné du temps aussi. Entre un gardien à qui l’on veut éviter de donner un pont d’or, un autre qui pourrait être une monnaie d’échange intéressante, mais dont l’organisation voudra maximiser la valeur, et un troisième auprès de qui on gagne du temps pour éviter de le perdre au ballottage, on peut comprendre pourquoi l’organisation fait perdurer ce régime à trois gardiens.

Le contexte actuel est favorable au vétéran Allen, qui bénéficie de plus de répit et qui a moins de chances de s’exposer aux blessures que s’il était constamment sollicité. Par le passé, des ennuis à l’aine ont limité son efficacité et sa disponibilité.

La situation semble aussi étrangement favorable à Primeau, même s’il n’a joué que trois matchs depuis le début de la saison. Son père, l’ancienne vedette Keith Primeau, nous disait récemment que durant sa carrière, il n’aurait jamais eu la patience dont fait preuve son fils. Or, tout le travail vidéo que Primeau effectue avec l’entraîneur des gardiens Éric Raymond, les répétitions sur la glace et le fait qu’il soit soumis tous les jours à des tirs de la Ligue nationale l’ont aidé à faire progresser son jeu.

Montembeault, lui, confirme depuis le début de la saison sa trajectoire ascendante, mais semble moins favorisé par un ménage à trois. D’abord parce qu’il est un gardien de volume, c’est-à-dire un gardien qui performe mieux en jouant davantage, mais aussi parce qu’une utilisation plus parcimonieuse limite sa capacité à démontrer au Canadien et au reste de la ligue qu’il a l’étoffe d’un gardien numéro un.

Cela dit, dans un contexte où il négocie actuellement un nouveau contrat, Montembeault est en train de forcer la main de ses patrons pour obtenir une tâche accrue. Mercredi, contre les Ducks d’Anaheim, il s’est encore dressé devant le filet pour donner aux siens une chance de l’emporter.

Son arrêt en fin de première période devant Alex Killorn et celui avec sa mitaine devant Frank Vatrano lors d’une descente à deux contre un, en troisième période, embellissent son portfolio.

La courbe de progression de Montembeault, qui pourrait bénéficier de l’autonomie complète à la fin de la saison, fait en sorte qu’il n’a pas à se précipiter pour signer au plus vite une nouvelle entente avec le Tricolore. Les trois quarts de ses matchs sont des départs de qualité et il s’affiche comme l’un des gardiens les plus performants de la LNH à égalité numérique. Même s’il a été limité à neuf rencontres, chaque jour qui passe lui donne des arguments additionnels.

En fait, ces négociations ont un aspect particulier, car les deux parties trouvent un certain intérêt à prolonger le processus. Le Canadien se donne le temps de faire des emplettes qui vont le satisfaire, tandis que Montembeault continue tranquillement de bonifier sa fiche.

Cela dit, ce ne serait pas une surprise qu’une entente survienne au cours des prochaines semaines.

Un nouveau contrat à Montembeault ne réglerait pas l’impasse devant le filet, mais serait vraisemblablement le signal qu’un dénouement est sur le point de se produire.

Un joueur lève les bras pour célébrer un but devant un gardien agenouillé et un défenseur à plat ventre.

Le jeune gardien des Oilers d'Edmonton Stuart Skinner a connu un départ difficile face à Jesper Fast et aux Hurricanes de la Caroline.

Photo : AP / Karl B DeBlaker

Les Oilers… et qui d’autre?

Depuis le début de la saison, les Oilers d’Edmonton ont été ciblés comme des partenaires de danse possibles pour un échange avec le CH.

Mercredi, dans un revers contre les Hurricanes de la Caroline, le gardien de deuxième année Stuart Skinner a été retiré du match après avoir donné 4 buts sur 12 lancers. Il se fait tard pour les Oilers, et seules leur force de frappe offensive et la relative vulnérabilité des équipes qu’ils doivent rattraper au classement peuvent leur permettre de croire encore en leurs chances.

L’informateur Elliotte Friedman, de Sportsnet, mentionnait récemment que les Oilers avaient les trois gardiens du Canadien à l’œil, mais qu’Allen était le moins susceptible des trois de déménager à Edmonton. De là à conclure qu'ils ont moins d’intérêt envers lui, il n’y a qu’un pas. Avant de le franchir, rappelons-nous qu’Allen détient une liste de sept équipes pour lesquelles il peut appliquer une clause de non-échange.

Si les négociations achoppent avec Montembeault et qu’une équipe est prête à payer le gros prix pour ses services, tant mieux. Mais les Oilers, eux, sont à l’urgence et doivent décider rapidement s’ils sauveront ou non leur saison sur la table d’opération.

Sur le plan salarial, les Oilers ont également une épine dans le pied avec le gardien Jack Campbell, qu’ils ont cédé à la Ligue américaine.

Le Bleu-blanc-rouge est dans une position où il peut aller chercher un troisième gardien qu’il paierait plus cher, cette année et peut-être même l’an prochain, pour redresser les choses devant la cage du Rocket de Laval. Mettre la main sur un numéro 3 qu’il ne sera jamais inquiet de perdre au ballottage a ses mérites. Or, Campbell est dans la deuxième année d’un contrat de cinq ans qui lui rapporte cinq millions de dollars en moyenne par année. C’est une éternité.

L’été dernier, le CH avait considéré faire l’acquisition de Cal Petersen, un gardien qui était dans une situation semblable avec les Kings de Los Angeles. Les Flyers de Philadelphie ont obtenu un beau pactole pour soulager les Kings de son contrat, mais il ne restait que deux saisons à l’entente de Petersen. C’est autrement plus lourd dans le cas de Campbell.

Pour l’instant, les Oilers semblent les plus désemparés et les plus actifs dans leur recherche d’un gardien. Or, d'autres équipes méritent qu'on garde un coup d’œil sur elles, car leur situation pourrait également justifier du mouvement.

À Buffalo, les Sabres ont la possibilité de renvoyer le jeune Québécois Devon Levi dans les mineures, mais Ukke-Pekka Luukonen et Eric Comrie leur permettraient difficilement de combler le retard au classement. Une amélioration à court terme devant le filet les aiderait.

Au New Jersey, le jeune Akira Schmid connaît une saison difficile et les Devils accordent beaucoup de buts. Leur place dans les séries est compromise et Schmid, qui peut être cédé à la Ligue américaine sans passer par le ballottage, gagnerait à y passer un petit séjour. Les Devils sont le genre d’équipe qui sauterait sur Primeau si ce dernier était soumis au ballottage. Ils devraient être bien meilleurs qu’ils ne le sont actuellement et devront bouger, d’une manière ou d’une autre.

Du côté de Los Angeles, enfin, le substitut Pheonix Copley a eu un match encourageant en début de semaine, mais il n’offre pas du tout le même rendement que l’an dernier. Le partant Cam Talbot est sublime pour le moment, mais les Kings voudront peut-être un meilleur appui. Le vétéran David Rittich évolue pour leur club-école, et on peut croire que les Kings le mettront à l’essai avant de chercher de l’aide extérieure, mais il n’est probablement pas la solution recherchée.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Sports

Analyses, chroniques et bien plus encore! Suivez l’actualité sportive au-delà des résultats.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Sports.