•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces autres sécheresses chez le Canadien

Ils se félicitent le long de la bande.

Cole Caufield et Josh Anderson

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Si Juraj Slafkovsky et Josh Anderson étaient des arbres, ils cacheraient la forêt. Il a beaucoup été question de leur léthargie respective depuis quelques semaines. Ils ne sont pourtant pas les seuls à chercher l’étincelle.

Le Canadien reçoit les Flames de Calgary mardi soir, une autre équipe qui marque peu, et tentera de se relancer à cinq contre cinq, une phase du jeu qui l’a tiré du pétrin en début de saison, surtout en raison du brio de ses gardiens, mais qui flamboie un peu moins par les temps qui courent.

En six matchs depuis le début du mois de novembre, le CH a touché la cible seulement huit fois dans ces circonstances, un rendement qui lui vaut le 29e rang de la ligue.

Cole Caufield, par exemple, a marqué seulement une fois à 5 contre 5 en 34 lancers. Il améliorera certainement ce taux de réussite de 2,94 % (l’an dernier, il était de 16,19 %), mais en attendant, la production de l’équipe en souffre.

Même chose pour Sean Monahan qui connaît certes un début de saison du tonnerre en dépit du fait qu’il n’a réussi qu’un but à forces égales. Rafaël Harvey-Pinard aussi a été blanchi depuis le début de la saison en 12 rencontres.

Bref, il n’y a pas qu’Anderson et Slafkovsky qui soient fautifs.

Quand un collègue a demandé à Martin St-Louis si cette statistique reflétait la réalité, l’entraîneur ne s’est pas mis la tête dans le sable.

Je ne sais pas si c’est une statistique honnête, mais c’est la statistique. À cinq contre cinq, offensivement, je trouve qu’on peut mieux exécuter. Pas juste Cole, mais toute l’équipe. Quand on a des surnombres et tout, on n’exécute pas comme on est capables de le faire. Ça a un effet domino sur la production de certains de nos joueurs, a expliqué St-Louis.

C’est surtout une question de profiter des occasions qu’on a déjà, a enchaîné Alex Newhook.

On en a parlé et il faut mieux exécuter quand on organise la contre-attaque. On est une équipe qui peut créer beaucoup de choses sur les montées, mais on n’y parvient pas en ce moment, a ajouté le Terre-Neuvien.

Comme l’a si justement résumé Tanner Pearson, on ne peut pas juste attendre que l’avantage numérique compte un but.

Vrai que dans ce département, c’est le jour et la nuit avec les dernières saisons. Montréal a marqué dans 12 de ses 15 matchs cette année avec l’avantage d’un homme. Son efficacité de 23 % le place au 10e rang de la LNH.

La majorité des matchs se dispute toutefois à forces égales et il faudra certainement améliorer l'attaque. En défense, le Tricolore accomplit un excellent boulot, souvent aidé par des gardiens particulièrement inspirés, doit-on le répéter. Seuls les Bruins et les Canucks, ses deux derniers adversaires, ont permis moins de buts.

Éteindre les Flames

C’est une équipe en perdition que l’on verra à l’œuvre au Centre Bell mardi soir.

Calgary souhaitait que cette année soit celle de la rédemption après le chaos de l’an passé, mais rien n’indique que ce sera le cas. Après 14 matchs (4-8-2), les Flames sont 14e dans l’Ouest et se posent les mêmes questions qu’il y a un an. Qui peut faire les arrêts? Comment relancer Jonathan Huberdeau? Comment équilibrer notre attaque?

Le nouvel entraîneur-chef, Ryan Huska, disait lundi après l’entraînement avoir apprécié les quatre derniers matchs de son équipe à l’exception d’une période à Ottawa. Calgary montre une fiche de 2-1-1 dans ses quatre rencontres.

On va se placer dans le trouble si on pense que c’est une moins bonne équipe que nous. Ce n’est pas le cas. Il faut avoir la même mentalité que contre Boston ou Vegas. Et ce sera agréable, a lancé le défenseur Kaiden Guhle.

Jesse Ylönen fera son retour dans la formation au détriment de Michael Pezzetta après une pause forcée de cinq matchs. Le Finlandais a inscrit un but en huit matchs cette saison. St-Louis a simplement expliqué qu’il voulait faire voir un peu d’action à son attaquant, inactif depuis trop longtemps à son goût.

En défense, Gustav Lindstrom prendra la place de Jordan Harris blessé au haut du corps face aux Bruins. Le Canadien a pourtant permis à Harris de disputer le match suivant, dimanche, contre les Canucks. Il semblerait que la blessure ait refait surface pendant la journée de congé lundi.

Samuel Montembeault défendra la cage du Tricolore.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Sports

Analyses, chroniques et bien plus encore! Suivez l’actualité sportive au-delà des résultats.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Sports.