•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La WTA rencontrera les joueuses ukrainiennes

Une joueuse de tennis réalise un coup droit.

L'Ukrainienne Marta Kostyuk occupe le 38e rang mondial.

Photo : Geoff Burke-USA TODAY Sports

Agence France-Presse

La WTA rencontrera, à leur demande, les joueuses ukrainiennes afin de discuter de leurs préoccupations liées à la guerre dans leur pays et des tensions qui en découlent avec leurs adversaires russes et bélarusses, a annoncé l’instance vendredi à l’AFP.

Nous avons reçu une demande de réunion entre les joueuses et le conseil d’administration. La date de cette réunion est à l’étude et celle-ci aura bien sûr lieu, a dit un porte-parole de la WTA.

La veille, l’Ukrainienne Marta Kostyuk avait reproché au circuit féminin d’ignorer cette demande. Nous voulions une réunion avec le conseil d’administration [de la WTA] et nous ne l’avons pas obtenue. Pas de réponse, rien, juste le silence, avait-elle assuré.

Ce n’est pas la première demande qui nous a été formulée et nous avons organisé une réunion chaque fois, a répondu la WTA.

Kostyuk a refusé d’évoquer les problèmes que ses compatriotes et elle souhaitent soulever. Avant qu’une réunion puisse avoir lieu, je ne pense pas que ce soit une bonne idée d’en parler, a-t-elle déclaré.

À Miami, le hasard du tirage au sort l’avait placée sur la même route que la Russe Anastasia Potapova, qui s’est imposée 6-1 et 6-3 jeudi au deuxième tour au terme d’un match qui s’est déroulé sans incident, mais qui s’est conclu sans poignée de main entre les deux athlètes.

Potapova avait provoqué la colère des joueuses ukrainiennes la semaine dernière à Indian Wells en entrant sur le court vêtue d’un maillot du club de soccer du Spartak de Moscou. Ce qui a été perçu comme un signe de soutien à son pays dans le conflit actuel et lui a valu de recevoir un avertissement formel de la WTA.

Ces dernières semaines, la tension n’a cessé de monter dans les vestiaires entre les athlètes ukrainiennes, russes et bélarusses.

En début de semaine, la Bélarusse Aryna Sabalenka, no 2 mondiale, a ainsi affirmé ressentir de la haine dans les vestiaires, évoquant sans donner de précision un accrochage avec un entraîneur ukrainien.

L’Ukrainienne Lesia Tsurenko, qui devait affronter Sabalenka à Indian Wells, a renoncé à prendre part au match. Elle a indiqué après coup avoir été victime d’une crise de panique à la suite d’une conversation avec le patron du circuit, Steve Simon, sur les conséquences de l’invasion russe de son pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...