•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Watford, nouveau domicile d’Ismaël Koné

Des joueurs de soccer font du vélo stationnaire

Ismaël Koné (deuxième en partant de la droite), en compagnie de ses coéquipiers de Watford FC

Photo : Frédéric Tremblay/Radio-Canada

WATFORD, Royaume-Uni – De son propre aveu, Ismaël Koné n’aurait probablement jamais mis les pieds à Watford si ce n’était du soccer. Ce n’est peut-être pas une destination touristique, mais pour un joueur aux grandes aspirations, on s’approche tranquillement du paradis.

Watford est une petite ville du nord-ouest de Londres d’environ 100 000 habitants. En plein hiver, les attractions se font rares. Il y a un marché où la moitié des commerces sont fermés.

On y trouve un parc et quelques monuments historiques, dont une église datant du 15e siècle. Une rue piétonne traverse ce qui semble être le centre-ville. Vous avez le choix entre des restaurants italiens, asiatiques, un PFK ou encore, un Taco Bell. Il y a aussi un homme-sandwich qui tente de nous convaincre d'entrer au Subway. Pas de quoi dépayser une Canadienne.

Il s’agit d’une ville calme, sauf les jours de matchs.

C’est en s’intéressant au club de soccer (football, comme disent les Anglais) que l’on comprend davantage l’identité de la population. Peu importe l’âge, le sexe ou l’ethnie, ce qui unit les habitants de Watford, c’est l’amour qu’ils ont pour leur équipe.

Des personnes marchent dans la rue.

Le centre-ville de Watford, en Angleterre

Photo : Frédéric Tremblay/Radio-Canada

Watford FC, c’est aussi le club d’Elton John. L’auteur-compositeur-interprète vient de Pinner, une petite ville à environ une quinzaine de minutes de Watford. Il était encore très jeune lorsqu’il est devenu un fidèle partisan du club et il en a même été propriétaire à deux reprises. Une fois en 1976, puis en 1997, et il a été le président de l'équipe jusqu’en 2018.

L’impact qu’a eu Elton John sur le club est perceptible avant même de faire son entrée dans le stade Vicarage Road. Une magnifique murale est visible à l’extérieur, une section des gradins a été renommée en son honneur et on retrouve des photos de lui un peu partout à l'intérieur.

À une certaine époque, le club éprouvait des ennuis financiers et Elton John n’a pas hésité à présenter des concerts-bénéfices afin d’amasser des fonds pour l’équipe. Après quelques minutes seulement passées dans le stade, on sent que la grande vedette n’est pas juste la fierté locale ou l’ancien propriétaire. On a l’impression qu’il est en quelque sorte, l’âme de Watford FC.

Une murale d'Elton John est visible à l'extérieur du Vicarage Road, stade du Watford FC.

Une murale d'Elton John est visible à l'extérieur du Vicarage Road, stade du Watford FC.

Photo : Getty Images / Alex Burstow

C’est l’autrice de ces lignes qui a appris à Ismaël Koné le lien qui l’unit maintenant à Elton John. Il faut croire que ce n’est pas le chanteur de prédilection d’un jeune de 20 ans qui a grandi dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal.

Pourtant, le Québécois est un grand amateur de musique. C’était lui qui avait le rôle de DJ dans le vestiaire du CF Montréal. À Watford, il a aussi obtenu cette responsabilité et je confirme que la musique entendue dans le gymnase n’était vraiment pas du Elton John.

Aux yeux de certains, Watford FC n’est pas grand club parce qu’il évolue en Championship, deuxième division anglaise. Pourtant, il s’agit d’un club centenaire qui était l'année dernière en Premier League, le niveau le plus élevé en Angleterre, et l’objectif est d’y retourner dès l’an prochain.

L'ancien joueur du CF Montréal Ismaël Koné connaît des débuts prometteurs avec le club de Watford, en Angleterre, auquel il s'est joint début janvier. Le milieu de terrain de 20 ans a déjà gagné le coeur des partisans et la confiance de ses coéquipiers. La journaliste Christine Roger est allée à la rencontre de son nouvel entourage.

Le centre d’entraînement est situé à une vingtaine de minutes de Watford et du stade. Une fois la barrière de sécurité passée, nous faisons notre entrée sur ce qui s’apparente à un domaine. Les installations sont impressionnantes. On sent l’histoire, mais aussi le prestige derrière ce club. Le vestiaire est cependant plutôt décevant. Les casiers, les bancs et le plancher sont noirs et il n’y a pas de fenêtres. C’est sombre et c’est petit. Les vestiaires du CF Montréal n'ont rien à y envier.

Bandeau consultez Tellement soccer

L’entraîneur est un phénomène. Un ami de Radio-Canada Sports sur Twitter a fait remarquer qu’il semblait avoir été séparé à la naissance avec l'entraîneur de boxe Montréalais Russ Anber. Pertinent et véridique, mais Slaven Bilic n’a rien à voir avec le monde de la boxe.

Il est un ancien joueur de soccer professionnel croate qui est arrivé à la barre de l’équipe en septembre dernier. Sa carrure, son franc-parler et son timbre de voix peuvent parfois être intimidants. Il a aussi des principes extrêmement stricts. Aucun média, même les amis canadiens, ne peut filmer l’entraînement la veille d’un match. Et le soir avant les joutes locales, les joueurs doivent tous dormir ensemble à l’hôtel. Ismaël Koné a donc quitté son hôtel où il loge en attendant de trouver un appartement pour se rendre... à un autre hôtel.

L'entraîneur m'a raconté brièvement qu'il avait eu beaucoup de plaisir avec ses amis lors d’une visite à Montréal au début des années 1990. Impossible de savoir avec exactitude quels avaient été l’itinéraire ou les activités choisis...

Les Anglais ont été extrêmement gentils avec nous et particulièrement volubiles lorsqu’il était question de leur club.

Nous avons pu sentir, même auprès de l’organisation, qu’ils étaient contents de recevoir la visite de Canadiens. Et surtout, ils sont heureux d’avoir un représentant de l'unifolié en la personne d’Ismaël Koné.

Pour des reportages qui seront présentés au cours des prochaines semaines, nous avons accompagné Ismaël Koné chez le coiffeur. Sur la chaise à côté de lui, il y avait un jeune homme, Cristiano, vêtu d’un maillot de Watford FC. Il a raconté qu’il était né à Watford, qu’il était un supporteur du club depuis toujours et qu’il ne ratait pas un match.

Watford FC, ça fait partie de son ADN. C’est la passion qui unit ses amis et lui.

Mes amis et moi, on l’adore , m’a-t-il dit, au sujet du joueur québécois.

Ismaël Koné est arrivé il y a quelques semaines seulement et, déjà, il a su charmer.

Et ça ne fait que commencer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...