•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après deux saisons en prêt, Sean Rea veut saisir sa chance au CF Montréal

Il sourit pendant une entrevue sur un terrain de soccer synthétique intérieur.

Sean Rea amorce sa troisième saison au niveau professionnel.

Photo : Radio-Canada / Étienne Bruyère

Sean Rea est mal à l’aise. Il n’aime pas se faire rappeler qu’il peut marquer de beaux buts.

Le jeune milieu de terrain du CF Montréal ne sait pas faire que ça, bien sûr. Il n’amorcerait pas sa troisième saison au niveau professionnel à 20 ans s’il n’avait qu’un tour dans son sac. Le record de passes décisives en Première Ligue canadienne (PLCan) lui appartient d’ailleurs depuis l’an dernier. Il en a donné neuf à ses coéquipiers à sa deuxième campagne en prêt à Winnipeg, au Valour FC.

Mais ces buts! Ces buts!

Le plus extraordinaire dans tout ça n’a probablement rien à voir avec les évidentes qualités de Rea. À une époque pas si lointaine, suivre les activités des jeunes joueurs prometteurs de l’Impact de Montréal relevait de l’exploit.

Certes, il y a eu ces matchs du défunt FC Montréal au complexe sportif Claude-Robillard, mais bonne chance au petit Sean Rea, 11 ans, de Saint-Léonard, s’il voulait prendre des nouvelles de Calum Mallace, prêté au Minnesota en 2013.

Les choses ont bien changé. De nos jours, un joueur de 23 ans n’est plus tout à fait considéré comme un jeune à Montréal et les exploits des espoirs actuels en prêt dans la PLCan peuvent faire le tour des amateurs de soccer canadiens.

C’est super bien pour le club, car ça montre qu’il y a de bons joueurs dans l’académie, souligne Rea, rencontré après l’entraînement de vendredi. Ça excite les supporteurs, qui voient qu’il y a de bons joueurs qui font… de beaux buts, comme j’en ai fait.

La voilà, cette petite hésitation. Oui, ils étaient beaux, ces buts.

Poursuivons.

Ça donne envie de voir ces jeunes jouer. Je trouve que c’est vraiment important pour que le club continue à faire progresser les jeunes, ajoute Rea. Parce qu’après, les supporteurs, ils veulent savoir : qu’est-ce qu’il fait, lui? Il est rendu où, lui? C’est un beau but, je veux le voir au stade Saputo et je trouve ça vraiment cool que ça soit médiatisé.

Rea, justement, se croit mûr pour son baptême au stade Saputo.

Meilleur joueur canadien de moins de 21 ans de la PLCan la saison dernière, il a fait le tour du jardin de ce championnat. Titularisé 14 fois à sa première saison à Winnipeg, en 2021, il a commencé 26 des 27 matchs auxquels il a participé l’an dernier et a doublé ses minutes de jeu au passage (de 1176 à 2275). Après un but et quatre passes décisives en 2021, Rea a touché la cible cinq fois et a préparé neuf filets en 2022.

La progression, d’un point de vue statistique, est indéniable. Ne reste plus qu’à convaincre l’œil averti du nouvel entraîneur-chef Hernán Losada.

Je pense que je ne retournerai pas en CPL, soutient Rea. Je pense que mon objectif, cette année, c’est vraiment de rester ici et de continuer ma progression. Je pense que j’ai eu deux bonnes années en CanPL, et le prochain niveau, pour moi, c’est de prendre des minutes ici, à Montréal, d’aider l’équipe, de faire ce que je sais faire et, après, de continuer ma progression.

Il lutte avec un adversaire pour le ballon.

Sean Rea (à droite) a pu se mesurer à des adversaires de la MLS lors du Championnat canadien.

Photo : Anne-Marie Sorvin-USA TODAY Sports

La porte est assurément ouverte. Dans l’état actuel de l’effectif – et en tenant compte de la possibilité que Losada change de système –, l’après-Djordje Mihailovic paraît clair : c’est à Matko Miljevic de démontrer qu’il peut êtree promu. Mais Rea a un coup à jouer.

Le jeune homme a faim. Si le CF Montréal de 2023 aime autant le ballon que la version précédente, Rea s’y sentira comme un poisson dans l’eau. Il regarde les aptitudes montréalaises dans les airs – le Bleu-blanc-noir tutoie le top 10 de la MLS pour les buts de la tête depuis deux saisons – et se frotte les mains, lui qui aime donner des centres.

Humblement, il juge qu’il tombe parfaitement dans le plan. Et le fait qu’on puisse lire sur les réseaux sociaux qu’il faut trouver un remplaçant à l’externe pour Mihailovic ne le heurte absolument pas.

Vraiment, je joue mon jeu, j’essaie de faire du mieux que je peux en présaison, et puis après, si l’entraîneur pense que je peux – pas remplacer [Mihailovic] mais jouer à sa position puis aider l’équipe dans ce rôle-là –, c’est bon pour moi. Mais moi, ça ne me pique pas du tout, je ne regarde pas beaucoup les réseaux sociaux, ça ne me dérange pas. Je fais juste jouer mon jeu, puis on verra ce qui arrivera.

Et si tout se passe bien, un autre but d’anthologie apparaîtra sur ces plateformes qu’il ne consulte pas. Ou un but facile. Ou un but loufoque. Pourvu que Rea ouvre enfin son compteur avec Montréal, la manière, il ne s’en souciera guère.

Bandeau consultez Tellement soccer

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Sports

Analyses, chroniques et bien plus encore! Suivez l’actualité sportive au-delà des résultats.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Sports.