•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Philip Poulin choisie athlète de l’année au Canada

La hockeyeuse, médaille d'or au cou, fête avec ses coéquipières d'Équipe Canada après la finale aux Jeux olympiques d'hiver à Pékin.

Marie-Philip Poulin

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Radio-Canada

Marie-Philip Poulin gagne le trophée Étoile du Nord, remis à l'athlète de l'année au Canada.

La Québécoise devient la première hockeyeuse à recevoir cet honneur, auparavant nommé le Lou-Marsh.

« J’essaie de trouver les mots. C’est quelque chose d'inexplicable. Dès que j'ai reçu cet appel, j'ai pensé à mes coéquipières, mon équipe, ma famille qui sont là depuis le début. Ça fait chaud au cœur. Ça te rappelle que les efforts, ça marche. »

— Une citation de  Marie-Philip Poulin, gagnante du trophée Étoile du Nord

La Beauceronne de 31 ans a mené le Canada à la médaille d'or tant aux Jeux olympiques de Pékin, en février, qu'au Championnat du monde, en août, au Danemark.

Poulin a récolté 17 points aux JO et 10 au mondial. En Chine, elle a notamment inscrit deux buts dans un gain de 3-2 en finale contre les États-Unis et elle a terminé au 2e rang des marqueuses, un de moins que sa coéquipière Sarah Nurse.

Celle qui vient à peine d'être intronisée au panthéon des sports de l'Université de Boston dit ne pas s'habituer aux différents honneurs qu'elle reçoit. Huit hockeyeurs ont été sacrés athlètes de l'année au pays avant Marie-Philip Poulin. Le dernier en lice est Carey Price en 2015. Elle se retrouve maintenant parmi un quatuor prestigieux de joueurs québécois, lauréats de ce prix annuel avec Guy Lafleur, Mario Lemieux et Maurice Richard.

Et malgré toute cette reconnaissance, Marie-Philip avoue douter.

« Il y a toujours des doutes, que ce soit personnel ou sportif. Et la peur de décevoir les gens est toujours là, de ne pas être capable de performer à la hauteur. C’est ça qui me permet de me développer, de me pousser chaque jour.  »

— Une citation de  Marie-Philip Poulin, gagnante du trophée Étoile du Nord

Des membres des médias de partout au Canada ont voté mercredi pour l'attribution du prix annuel, remis par le quotidien Toronto Star.

Ce qui rend cet honneur encore plus spécial aux yeux de Marie-Philip Poulin, c'est la liste des candidats et que ce prix soit attribué à un ou à une athlète tous sports confondus.

« Pour moi, c'est juste une autre petite allumette sur le feu pour continuer à persévérer, continuer à travailler. »

— Une citation de  Marie-Philip Poulin, gagnante du trophée Étoile du Nord

Elle a coiffé au scrutin le joueur de tennis Félix Auger-Aliassime, la golfeuse Brooke Henderson, la nageuse Summer McIntosh, la patineuse Isabelle Weidemann, le joueur de soccer Alphonso Davies, le défenseur de l'Avalanche du Colorado Cale Makar, ainsi que le quart des Lions de la Colombie-Britannique Nathan Rourke.

Une ligue pour Poulin l'an prochain?

Si la joueuse de Beauceville apprécie cet honneur, elle ne déroge pas de son but ultime : une ligue professionnelle avec l’association dont elle fait partie, la Professional Women’s Hockey Players Association (PWHPA).

On veut une ligue qui permette à la génération future et aux femmes présentement de continuer à jouer au hockey, indique-t-elle.

Et cette ligue pourrait voir le jour plus tôt que tard.

« Ce serait dans les plans. On sait tous que les gens travaillent beaucoup derrière les portes fermées. Les dernières informations qu’on a eues, c’est que ce serait mis en place l’année prochaine. »

— Une citation de  Marie-Philip Poulin, gagnante du trophée Étoile du Nord

Elle est également finaliste au prix Bobbie-Rosenfeld, remis à l'athlète féminine au pays par La Presse canadienne.

Le trophée Étoile du Nord est remis depuis 1936. Jusqu'à l'an dernier, il portait le nom de trophée Lou-Marsh, en l'honneur de l'ex-footballeur, arbitre au hockey et journaliste du Toronto Star pendant plus de 40 ans.

Le prix a été renommé après que des inquiétudes ont surgi au sujet du langage raciste que Marsh a utilisé dans ses écrits.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...