•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Brésil écrase la Corée du Sud, la Croatie vient à bout du Japon

Des joueurs de soccer tiennent une affiche.

Les joueurs de la sélection brésilienne montre une banderole en soutien à Pelé, hospitalisé, après leur victoire face à la Corée du sud, lundi, au Qatar.

Photo : Getty Images / Francois Nel

Agence France-Presse

Le Brésil, avec Neymar de retour, a balayé la Corée du Sud 4-1 en huitièmes de finale du Mondial, au Qatar, lundi. Il s'avance plus que jamais en favori avant d'affronter la Croatie, tombeuse du Japon, en quarts de finale.

Le Roi Pelé, qui avait fait savoir qu'il suivrait la rencontre depuis son lit d'hôpital, a dû apprécier la victoire tout comme la banderole que les joueurs ont affichée à la fin du match, avec écrit Pelé! et une photo le représentant en train de célébrer un but avec la Seleçao.

Soigné pour un cancer du côlon, le triple champion du monde (1958, 1962, 1970) de 82 ans aura pu voir un Brésil en démonstration, solidement appuyé sur une défense impeccable, qui permet aux attaquants de déployer tout leur talent.

L'idole du Brésil n'a cependant pas encore perdu son record de 77 buts en sélection, puisque Neymar, qui a marqué une fois sur un tir de pénalité, en reste, pour le moment, à 76 réalisations.

Quant aux Croates, ils auront de quoi se concocter quelques séances vidéo sur leur adversaire d'ici à vendredi, en visionnant le récital brésilien : 4 buts en 36 minutes, face à des Coréens débordés.

Il n'y a pas eu de période d'observation. Après seulement sept minutes, Vinicius a ouvert le score et son compteur personnel dans ce Mondial. Oublié par la défense aspirée à droite par une percée de Raphinha, il a pris tout son temps pour placer sa frappe (1-0).

Le deuxième but a été inscrit par un tir de pénalité sévère sifflé par l'arbitre français Clément Turpin, pour une faute de Jung Woo-young sur Richarlison. Neymar, pour son retour, n'a laissé à personne d'autre le soin de le transformer (2-0, 13e).

Il tire de l'intérieur du pied droit.

Neymar, de retour au jeu après avoir manqué deux matchs, à marquer.

Photo : Getty Images / Francois Nel

C'était sa réponse à ceux qui l'avaient mis sous pression ces derniers jours. La presse brésilienne, notamment, avait insisté sur le brillant début de ses comparses du PSG, Kylian Mbappé avec la France et Lionel Messi avec l'Argentine, et l'appelait à se hisser à leur hauteur, une fois rétabli de son entorse à la cheville droite.

Outre son but, le numéro 10 n'a pas semblé gêné par sa cheville pendant la rencontre, avant de sortir à la 80e minute.

Costauds mentalement, les Sud-Coréens ont continué à faire front, essayant de jouer les contres à fond, mais sans fermer le jeu. Hwang Hee-chan, d'un superbe tir des 25 mètres vers la lucarne, a même obligé Alisson Becker à sortir une grande parade pour éviter la réduction du score.

Bandeau annonçant la couverture en direct de la Coupe du monde

Le Brésil était vraiment trop fort. Et, comme à l'entraînement, Richarlison a conclu une action qu'il avait lui-même créée, lancé dans la surface et dans le dos des défenseurs par Thiago Silva (3-0, 30e).

Le buteur, après avoir fêté par une danse avec ses coéquipiers sur le terrain, a couru vers le banc où les remplaçants ont poussé leur sélectionneur Tite à s'associer à leur danse. Preuve, s'il en fallait, que ce groupe en quête d'une sixième étoile vit bien sa Coupe du monde!

Les quatre joueurs brésiliens font une danse.

Neymar, Raphinha, Paqueta et Vinicius Junior, du Brésil, fêtent après un but.

Photo : Getty Images / Francois Nel

À la pause, les quintuples champions du monde menaient 4-0 grâce à un autre but de Paqueta (36e).

La messe était dite, mais Tite n'a pas fait tourner tout de suite, et les mêmes joueurs ont repris le match sur un rythme plus décontracté, tout en gardant globalement le contrôle.

Les Sud-Coréens ont eu des occasions, mais ont longtemps buté sur Alisson Becker, impérial, auteur de deux parades fantastiques après des tentatives de l'attaquant de Tottenham Son Heung-min (47e) et de Hwang Hee-chan (68e). Puis, ils ont magnifiquement sauvé l'honneur grâce à Paik Seung-ho, passé par le centre de formation du Barça, auteur d'un tir lointain puissant sur lequel le gardien brésilien a dû s'avouer vaincu (4-1, 76e).

La Croatie au bout du suspense des tirs au but

Des joueurs de soccer courent.

Les joueurs croates accourent sur le terrain après leur victoire aux tirs au but face au Japon, en huitièmes de finale du Mondial 2022 au Qatar, lundi.

Photo : Getty Images / JEWEL SAMAD

La Croatie, vice-championne en titre, a dû passer par une séance de tirs au but pour venir à bout du Japon (1-1, 3-1 aux tirs au but) et se qualifier pour les quarts de finale.

Les Japonais, sur la lancée de leurs succès inattendus contre l'Allemagne et l'Espagne en phase de groupe, avaient ouvert le score en fin de première mi-temps grâce à Daizen Maeda.

Puis Ivan Perisic a ramené les siens à égalité (55e) avant que la qualification se joue en fusillade, lors de laquelle Dominik Livakovic a sorti trois tentatives japonaises, qui manquaient autant de puissance que de finesse.

Sans être flamboyants comme leur surnom le suggère, les Vatreni ont usé de leur expérience contre les valeureux Japonais, qui ont fait jeu égal dans l'ensemble du match et auraient pu atteindre les quarts pour la première fois de leur histoire.

Un tir au but décisif d'Andrej Kramaric a permis aux Croates de s'imposer à l'issue de ce match indécis, et au sélectionneur Vlatko Dalic de souffler, au stade Al-Janoub de Doha.

La rencontre avait pourtant bien mal commencé pour la Croatie, bousculée par la pression intense et l'envie des Japonais. Ce sont d'ailleurs les Samouraïs bleus qui ont ouvert le score après plusieurs tentatives infructueuses, concrétisant leur domination.

Après un centre rentrant de Ritsu Doan dans la foulée d'un coup de pied de coin joué à trois, le capitaine Maya Yoshida a dévié le ballon que Daizen Maeda, à l'affût, a repris pour ouvrir la marque (43e).

Mbappé le Magnifique

BALADO • Tellement soccer

Le balado Tellement soccer.

Sans le sabre ni l'armure des samouraïs, mais avec vitesse, détermination et courage, les Japonais ont alors pris la mesure de leur adversaire.

L'ailier de Tottenham Ivan Perisic a permis aux siens d'égaliser d'une tête croisée bien placée, après un centre du défenseur central Dejan Lovren. Tous deux titulaires lors de l'épopée en 2018, les anciens (33 ans) ont alors montré la voie, qu'a empruntée Kramaric, également dans l'équipe en Russie, réussir le tir au but décisif.

Par son scénario, cette victoire ressemble d'ailleurs beaucoup au parcours des Croates au tournoi précédent : ils avaient battu le Danemark aux tirs au but en huitièmes, puis la Russie de la même façon en quarts avant de vaincre l'Angleterre en prolongation en demi-finale.

Omnipotent en 2018, le capitaine Luka Modric, attendu encore à 37 ans comme le guide de l'équipe au damier rouge et blanc pour sa dernière compétition en équipe nationale, n'a pas pesé sur la rencontre.

Le milieu du Real Madrid a bien été muselé dans l'entrejeu. Il ne s'en est libéré qu'à l'heure de jeu, lorsqu'il a décoché une belle demi-volée détournée par Shuichi Gonda (63e).

Cette victoire au bout du suspense permet aux joueurs de Dalic d'entretenir l'espoir de conquérir le titre mondial qui leur a échappé en Russie.

Bandeau consultez Tellement soccer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...