•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mikaël Kingsbury collectionne les succès à Ruka

Un skieur acrobatique tient un trophée dans une main et il sourit.

Mikaël Kingsbury

Photo : Radio-Canada / Diane Sauvé

Mikaël Kingsbury a repris la compétition comme il l’avait terminée… avec une victoire.

Samedi, en ouverture de la saison de la Coupe du monde de ski acrobatique à Ruka, le bosseur canadien est monté sur la plus haute marche du podium pour la 10e fois dans la station finlandaise… et une 75e fois dans sa carrière.

En tête après les qualifications et la première finale, l’homme aux 21 globes de cristal a récolté 84,5 points à sa troisième descente (super finale), sa meilleure prestation de la journée, de quoi réjouir ses parents présents au bas de la piste pour la première fois à Ruka.

Kingsbury a nettement dominé ses rivaux et a conclu avec quatre points d'avance sur son grand rival japonais Ikuma Horishima. Son bon ami australien Matt Graham (80,12 pts) a complété le podium.

C’est cool de gagner par quatre points. Le plus important, c’est d'être sur plus haute marche du podium. J’ai hâte d’analyser la descente des gars, je ne les ai pas vus comme je partais dernier, mais si je peux garder ce momentum-là, tant mieux. C’est cool de commencer fort, a déclaré le skieur de 30 ans. Ça me donne de la confiance pour aller en Suède [lieu de la prochaine Coupe du monde le week-end prochain, NDLR].

« C’est à moi d’essayer d’avoir des journées de même plus souvent. Quand je me sens bien de même, c’est là que je deviens difficile à battre et je deviens ultra constant. »

— Une citation de  Mikaël Kingsbury

À l'entame de son quatrième cycle olympique, le triple médaillé des Jeux (or en 2018, argent en 2014 et 2022) aime toujours l'effet fait que ses victoires font sur ses rivaux.

Ça envoie un bon message à chaque nouveau cycle : Kingsbury est encore là. C’est le fruit du travail que je fais à la maison. Je me suis donné l’occasion de bien performer. J’ai 30 ans, je suis encore là. C’est un peu pour ça que je continue à miser sur moi.

Les victoires lui collent aux skis, mais chaque fois, c'est avec la même joie renouvelé qu'il grimpe sur le podium.

Ça reste pareil, chaque piste est différente, assure le Québécois. La première victoire de la saison est toujours plus spéciale, et mes parents sont ici. De les avoir en bas de la piste et de bien performer comme ça, c’est la petite cerise sur le sundae.

Kingsbury a partagé la finale avec un seul de ses coéquipiers. Entré par la petite porte après sa 16e position en qualifications, Gabriel Dufresne a fini au 11e échelon avec 75,24 pts.

Les cinq autres bosseurs canadiens ont tous été stoppés lors des qualifications. Elliot Vaillancourt a conclu en 18e place, Kerrian Chunlaud en 22e, Alexandre Lavoie en 23e, Daniel Tanner en 33e et Julien Viel en 38e. Pour l'Albertain Tanner et le Québécois Viel, il s'agissait d'une deuxième épreuve en Coupe du monde après celle de Mont-Tremblant en janvier dernier.

Chez les femmes, la victoire est allée à l’Australienne Jakara Anthony (81,69 pts). La Française Perrine Laffont et la Japonaise Anri Kawamura ont obtenu le même score, 78,33, mais Laffont a hérité du second rang grâce à une meilleure note pour ses virages.

Aucune Canadienne n'a accédé à la finale. Laurianne Desmarais-Gilbert s'est classée 18e, tout juste devant sa coéquipière Maia Schwinghammer, 19e.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...