•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Spectaculaire, la Corée du Sud passe à l’étape suivante, accrocheuse, la Suisse l’imite

Ils s'approchent de leurs partisans.

Des joueurs coréens se regroupent pour célébrer le but gagnant face au Portugal.

Photo : Reuters / PEDRO NUNES

Agence France-Presse

À force de jouer avec retenue, le Portugal a été puni 2-1 vendredi par la Corée du Sud, qui a arraché sa qualification pour les huitièmes de finale du Mondial dans les arrêts de jeu.

Le Portugal conserve toutefois sa première place dans le groupe H, puisque le Ghana s'est dans le même temps incliné 2-0 devant l'Uruguay, dans le match des sélections éliminées.

La troupe de Ronaldo évitera donc le Brésil dans la phase suivante et jouera contre la Suisse, victorieuse de la Serbie 3-2 et 2e du groupe G. Ce sont donc les Coréens qui hériteront de la Seleçao surprise 1-0 par le Cameroun.

Les joueurs de Fernando Santos étaient déjà qualifiés pour les huitièmes avant la rencontre, et cela s'est vu au stade de la Cité de l'éducation, à Doha, où ils n'ont pas forcé avant d'être châtiés par un but de Hwang Hee-chan au bout du suspense (90e+1).

Il retire son chandail devant des adversaires déçus.

Hwang Hee-chan a joué les héros pour la Corée du Sud.

Photo : Reuters / WOLFGANG RATTAY

Après un coup de pied portugais, la vedette coréenne Son Heung-min s'est ruée vers le but portugais avant de servir subtilement l'attaquant de Wolverhampton, qui n'a plus eu qu'à croiser sa frappe devant Diogo Costa.

Les Guerriers Taeguk se sont alors réunis dans le rond central pour regarder la fin de la rencontre entre l'Uruguay et le Ghana, avant le grand soulagement. La Corée du Sud avance au détriment de la Celeste parce qu'elle a inscrit deux buts de plus (4 contre 2) dans la phase de groupe.

Au-delà de ce chiffre, les Coréens ont été récompensés de leur prestance de bout en bout contre le Portugal, un éloge à la patience, tant ils ont su garder un équilibre entre l'attaque et la défense, lors d'une rencontre qu'ils étaient dans l'obligation de remporter.

La Suisse passe

La Suisse a validé son billet pour les huitièmes de finale pour un troisième mondial d'affilée en éliminant la Serbie 3-2 comme en 2018, au terme d'une rencontre spectaculaire et tendue.

Dans une ambiance surchauffée à large majorité serbe, l'affrontement a commencé avec le pied au plancher, avec une première occasion suisse quelques secondes seulement après le coup d'envoi. Breel Embolo puis Granit Xhaka ont échoué tour à tour devant Vanja Milinkovic-Savic.

Les Serbes, à leur tour, se sont montrés dangereux lorsqu'une frappe d'Andrija Zivkovic a frappé le poteau du but de Gregor Kobel (11e).

Ce sont pourtant les Suisses qui ont ouvert la marque à la suite d'un débordement et d'un centre de Ricardo Rodriguez côté gauche, Sow a glissé à côté pour Xherdan Shaqiri dont la frappe du gauche, légèrement déviée par Pavlovic, a trompé Milinkovic-Savic (20e).

La Serbie a ensuite accéléré pour prendre le contrôle du duel grâce à une superbe tête décroisée de Kobel (27e) et une frappe croisée de Dusan Vlahovic (35e).

Totalement débridée, la rencontre l'est restée jusqu'à la pause puisque l'attaquant de Monaco Breel Embolo, déjà buteur contre le Cameroun (son pays d'origine), a égalisé pour la Suisse en reprenant de près un centre tendu du latéral droit Silvan Widmer (44e).

La Nati n'a laissé personne souffler d'emblée en seconde mi-temps. Remo Freuler (48e) a porté la touche finale à une action maîtresse amorcée par un centre de Shaqiri pour Ruben Vargas dont la délicate déviation a trouvé Freuler au deuxième poteau.

Plus tard, Breel Embolo s'est fâché avec des joueurs serbes et, à la 78e minute, un appel au micro du stade a demandé au public d'arrêter les chants et comportements discriminatoires.

Les dernières minutes de la rencontre ont été tendues, notamment lors d'une échauffourée dans le temps additionnel entre Xhaka et Milenkovic, tous les deux avertis.

Bandeau annonçant la couverture en direct de la Coupe du monde

Des gains en vain de l'Uruguay et du Cameroun

Un doublé de Giorgian De Arrascaeta n'a pas suffi à l'Uruguay contre le Ghana. La Celeste termine derrière la Corée du Sud au classement, malgré ce gain de 2-0.

Équipe présente la plus mal placée au classement de la FIFA, le Ghana, 61e, avait pourtant réalisé un début de tournoi emballant, en perdant 2-3 contre le Portugal, puis en battant la Corée du Sud par le même score à l'issue d'une rencontre à rebondissements.

Cinq buts marqués et une deuxième place derrière le Portugal, déjà qualifié, les Ghanéens arrivaient confiants et revanchards face à des Uruguayens vieillissants et restés muets devant le but depuis le début du tournoi.

Il plonge à sa gauche.

Le gardien de l'Uruguay Sergio Rochet a bloqué un tir de pénalité en première mi-temps.

Photo : Reuters / AMR ABDALLAH DALSH

Après un tir de pénalité bloqué par son gardien en début de rencontre, la Celeste a enfin ouvert son compteur. On attendait Luis Suarez ou Darwin Nunez titularisés en attaque, c'est finalement Giorgian De Arrascaeta, aligné à la place de Matias Vecino au milieu, qui a délivré son équipe.

Pour sa part, le Cameroun, déjà divertissant dans son nul de 3-3 arraché à la Serbie a pimenté la fin de cette journée haute en couleur quand Vincent Aboubakar a redirigé de la tête un centre dans les arrêts de jeu de la seconde période pour donner l'avance 1-0 aux Lions indomptables.

Le Brésil, lui, a payé comptant sa revue d'effectif et concédé son premier revers (1-0) dans le groupe G contre le Cameroun, qui sort la tête haute.

Aucune équipe n'a donc fait un carton plein lors du premier tour. La Seleçao sort première du groupe avec six points.

La faute, on le disait, en revient à un coup de tête d'Aboubakar (90e + 1).

Supérieurs techniquement et dans le jeu malgré leur déficit de puissance et probablement de repères collectifs, les Brésiliens ont pourtant donné l'impression de privilégier le geste parfait à tout prix, à l'image de Pedro cherchant face au but la lucarne (89e), plutôt qu'une troisième victoire.

En face, le Cameroun, qui a essayé et souvent réussi à bloquer haut les Brésiliens et à les empêcher de prendre de la vitesse quitte à commettre des fautes, s'est donc peu à peu enhardi.

Avant Mbeumo, dont la tête piquée (45e+3) a trouvé Ederson sur sa route, personne n'avait ainsi réussi à cadrer un tir contre les hommes de Tite depuis le début du Mondial.

Finalement, cette victoire historique met fin à deux séries qui couraient de chaque côté : celle de neuf matchs sans victoire pour des Lions indomptables renvoyés sans ménagement à la maison depuis 1994, et celle de 17 rencontres sans revers du Brésil au premier tour.

Les Suisses n'en ont probablement pas eu conscience, mais après la réalisation d'Aboubakar, il aurait alors suffi d'un but tardif de la Serbie pour leur voler leur qualification et laisser passer un troisième pays africain au tour éliminatoire.

Le chaos a toutefois jugé avoir assez donné cette semaine et le Cameroun, comme les Serbes, repart déçu du Qatar malgré sa 3e place dans le groupe G et ses quatre points.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...