•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Ulysse et Bishop’s signent un « accord de paix » avec Hockey Québec

Des entraîneurs donnent des indications à leurs joueurs, regroupés autour du banc.

Les équipes du programme Ulysse feront partie de la division métropolitaine du RSEQ à compter de l'année prochaine.

Photo : Gracieuseté : Ulysse

Après de longues années d’existence, le programme de hockey scolaire indépendant Ulysse, de Terrebonne, et celui du Collège Bishop’s, en Estrie, ont décidé de se joindre à Hockey Québec. Dans le monde du hockey québécois, c’est l’équivalent d’un important accord de paix.

Depuis le début des années 2000, le fondateur du programme Ulysse, François Marcoux, était considéré comme une sorte de chef gaulois, ou de chef de l’opposition, dans le hockey mineur québécois.

Estimant que le système de hockey civil ne répondait pas aux besoins de toutes les familles, il s’était inspiré des écoles privées américaines (prep schools) pour fonder son propre programme privé, Ulysse, en collaboration avec l’école publique l’Odyssée.

Un homme sur une patinoire avec un chandail et une casquette

François Marcoux

Photo : François Marcoux

Les équipes d’Ulysse, dont les joueurs ne rataient pas une heure d’enseignement, disputaient un fort pourcentage de leurs matchs contre des équipes américaines et évoluaient à l’extérieur des cadres de la fédération.

À cette époque, les dirigeants de Hockey Québec combattaient avec férocité les tentatives de création de programmes scolaires compétitifs. Les meilleurs joueurs devaient obligatoirement jouer dans le réseau civil et fréquenter des écoles choisies par les dirigeants de celui-ci. Pour de nombreuses familles, cela relevait de l’hérésie.


Puis, en 2010, François Marcoux faisait partie des fondateurs de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS) en compagnie, notamment, de Stéphan Lebeau (Bishop’s), de Dominic Ricard (collège Saint-Bernard de Drummondville) et de Jean-François Brunelle (Séminaire de Trois-Rivières).

Née à l’extérieur des cadres de Hockey Québec, la LHPS avait immédiatement connu un vif succès et une rapide expansion. En fin de compte, cette ligue a fini par changer la face du hockey mineur québécois. Elle a forcé la fédération à laisser les athlètes et leur famille choisir les programmes qui leur conviennent pour la pratique du sport.

À un tel point qu’il est désormais difficile de concevoir que le hockey scolaire ait pu, un jour, ne pas être considéré comme un véhicule essentiel au développement du hockey mineur.

La LHPS a finalement adhéré à Hockey Québec par l'entremise du RSEQ il y a deux ans. Mais jusqu’à ce jour, les programmes d’Ulysse et de Bishop’s tenaient à leur spécificité et à leur indépendance.

L’arrivée de Jocelyn Thibault à la direction générale de Hockey Québec semble toutefois avoir permis de relancer les discussions sur des bases nouvelles.


Ainsi, selon l’entente conclue, les équipes M16, M14 et M12 d’Ulysse joueront à compter de la saison prochaine dans la division métropolitaine du RSEQ. Cette division regroupe notamment des écoles de l’ouest de l’île de Montréal, comme Lower Canada College ou Kuper Academy, qui ont des profils multisport ou des préoccupations semblables à celles des dirigeants d’Ulysse.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

En revanche, l’équipe majeure d’Ulysse (M19) pourra adhérer à la Canadian Sport School Hockey League (CSSHL). Cette ligue est en quelque sorte un réseau de prep schools reconnus par Hockey Canada.

L’entente conclue par Bishop’s est similaire.

Il fallait que notre saison de hockey puisse être disputée entre le 15 octobre et le 15 mars parce que nos élèves-athlètes pratiqueront quatre sports. Ils feront de l’aviron et du vélo de montagne avant la saison de hockey, et ils joueront à la crosse au printemps. Nos élèves-athlètes participeront à des compétitions dans les quatre sports, explique François Marcoux.

« Pour nous, il fallait absolument préserver l’ADN d’Ulysse. Il était primordial que nos élèves-athlètes ne ratent pas une journée d’école pour jouer au hockey. »

— Une citation de  François Marcoux, fondateur du programme Ulysse

Le fondateur d’Ulysse, qui continue d’innover, estime donc avoir conclu une entente gagnant-gagnant.

Cette entente respecte ce que nous sommes. Elle reconnaît qu’il y a différentes façons d’organiser le hockey et elle nous permet de garder notre ADN. Nous gardons nos contacts avec nos partenaires américains et nous continuerons de jouer contre eux. Nous ne perdons rien, estime-t-il.

Le son de cloche est semblable du côté de Bishop’s.

Nous sommes très enthousiastes. Cette nouvelle entente permettra à nos étudiants-athlètes canadiens et internationaux domestiques d’avancer dans leur développement et d’obtenir plus de visibilité dans notre province et notre pays. Nous nous réjouissons de travailler en étroite collaboration avec la RSEQ, Hockey Québec et Hockey Canada, a dit, par voie de communiqué, le directeur du programme de hockey de Bishop’s, Marco Pietroniro.


Jocelyn Thibault avait lancé les discussions avec Ulysse et Bishop’s. Au RSEQ, ce sont Stéphane Auger et Dominic Ricard (oui, le même qui faisait partie des fondateurs de la LHPS), qui ont pris le relais pour trouver une formule convenant aux deux anciens programmes indépendants.

Nous sommes vraiment contents de cette entente. Nous travaillons fort depuis l’an passé. On veut que les gens qui s’impliquent dans le hockey fassent partie de la fédération. On veut en quelque sorte rassembler la famille, a dit Jocelyn Thibault.

De jeunes joueurs, supervisés par un entraîneur, patinent.

De jeunes membres du programme Ulysse en action

Photo : Gracieuseté : Ulysse

Les programmes comme ceux d’Ulysse et de Bishop’s sont particuliers et différents. Ça demandait plus de travail et de réflexion pour les intégrer. Je ne dirai pas que tout le monde a dû faire des compromis pour conclure cette entente. Je dirais plutôt que tout le monde a dû faire des efforts.

Au bout du compte, je suis content que nous ayons pu trouver les bons outils pour ces deux programmes, a conclu le directeur général de Hockey Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...