•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada s’incline devant le Maroc et rentre du Qatar bredouille

La Belgique est aussi éliminée après avoir fait match nul contre la Croatie.

Le gardien, avec un air découragé, est à genou sur le gazon pendant qu'un joueur marocain célèbre son but.

Milan Borjan a connu un tournoi difficile au Qatar.

Photo : Reuters / MARKO DJURICA

Radio-Canada

Deux buts rapides après deux erreurs de Milan Borjan ont coulé le Canada, à Doha, jeudi. Il a perdu 2-1 contre le Maroc à son dernier match du Mondial au Qatar.

Dernier rempart d'un onze remanié par John Herdman pour cet ultime match de groupe, Borjan a d'abord commis une bourde de haute voltige. Sa sortie hasardeuse, suivie d'un dégagement de poussin, a offert un filet désert à Hakim Ziyech à la 4e minute.

Sur le jeu, le gardien canadien a quitté sa surface de réparation pour intervenir. S'il croyait tuer la menace par ce choix discutable, sa passe mal ajustée pour Kamal Miller — ou était-ce un botté raté? — a laissé tomber ses 10 coéquipiers, qui se retrouvaient ainsi en retard au score dès les premiers instants de la rencontre.

Vingt minutes plus tard, Youssef En-Nesyri a débordé Miller et Steven Vitoria, avant d'envoyer un tir tout droit sur Borjan, qui a laissé filer le ballon sous sa jambe gauche. Une avance doublée pour le Maroc, gracieuseté du gardien canadien.

Cinq joueurs célèbrent le but.

Le Maroc s'est fait offrir un but dès la 4e minute.

Photo : Reuters / MARKO DJURICA

À la 40e minute, le sort a enfin souri à l'unifolié.

D'abord, un centre d'Adekugbe depuis l'aile gauche a été dévié dans le filet marocain par Nayef Aguerd, qui inscrivait le premier but contre son camp du tournoi. Peu après, ce que l'on croyait être le troisième but du Maroc a été invalidé par l'arbitre. Le tir d'En-Nesyri, au rebond d'une chandelle, a battu Borjan, mais son coéquipier Nayef Aguerd était hors-jeu au départ de l'action et gênait le gardien canadien.

En deuxième mi-temps, Atiba Hutchinson, entré à l'heure de jeu pour Mark-Anthony Kaye, croyait bien avoir égalisé de la tête, mais le ballon n'a pas traversé complètement la ligne de but.

Entouré de deux joueurs marocains, il est assis au sol.

Alphonso Davies a eu de la difficulté avec les défenseurs marocains.

Photo : Reuters / CARL RECINE

Au bout du compte, le Canada a pris 5 tirs en direction de Bono, mais n'en a cadré aucun. Les Marocains, quant à eux, ont marqué à leurs deux occasions cadrées.

Avec cette victoire, les Lions de l'Atlas terminent en tête du groupe F et affronteront le deuxième du groupe E, qui pourrait être le Costa Rica, l'Allemagne ou le Japon, selon les résultats plus tard jeudi. De son côté, le Canada termine au dernier rang de son groupe, sans avoir récolté le moindre point.

Le sélectionneur canadien John Herdman croit que ses joueurs peuvent rentrer au pays la tête haute. Cela faisait très longtemps que nous n'avions pas été (à la Coupe du monde). On aurait aimé y être plus longtemps, mais on a pris du plaisir. Nous sommes une équipe jeune et on se développe. Cela a été une sacrée expérience.

Je pense que le premier but nous a atteints. Cela a été dur à encaisser. C'est arrivé tellement tôt et on a vraiment ressenti l'intensité de l'environnement, a analysé Herdman. On a eu du mal pendant un moment. On était dans les cordes, mais on est revenus (dans le match). On s'est adaptés, on a prouvé notre résilience.

« Je pense qu'on a vécu quelques moments importants. En tant que nation de soccer, on peut être fiers de nos prestations. Le monde va maintenant parler en bien du Canada. On a répondu présent dans tous les matchs. On a été offensifs et courageux. »

— Une citation de  John Herdman

La Belgique éliminée, le sélectionneur quitte

La Belgique, troisième en 2018, a quitté la Coupe du monde dès le premier tour après un résultat nul de 0-0 face à la Croatie. Le sélectionneur, Roberto Martinez, a annoncé son départ de l'équipe nationale après la défaite.

Luka Modric et ses équipiers, finalistes malheureux de l'édition précédente, poursuivent l'aventure.

Bandeau annonçant la couverture en direct de la Coupe du monde

La déception doit être immense pour la génération dite dorée des Courtois, Hazard, entré seulement en toute fin de match, et autre De Bruyne qui abattait peut-être sa dernière carte dans un grand tournoi cet automne.

Pour certains joueurs belges, largement trentenaires (à l'instar des défenseurs Jan Vertonghen et Toby Alderweireld), cette rencontre a donc eu les allures d'un jubilé.

Seulement victorieux 1-0 sur le Canada avant de couler face au Maroc (0-2), les Diables rouges, qui devaient s'imposer jeudi pour poursuivre l'aventure, ont été incapables de marquer. Les occasions n'ont pourtant pas manqué en fin de rencontre après l'entrée au jeu de Lukaku.

Quitte à être éliminés, les joueurs du plat pays ont voulu le faire en mode guerrier, avait prévenu le capitaine Eden Hazard à la veille du choc.

Il se tient l'arrière de la tête à deux mains.

Kevin De Bruyne

Photo : Reuters / STEPHANE MAHE

Le sélectionneur espagnol de la Belgique a d'ailleurs joué son va-tout en surprenant dès l'avant-match avec quatre changements par rapport à l'équipe qui avait pris l'eau quatre jours plus tôt.

Plutôt que de s'en remettre aux Hazard (en laissant les frères Eden et Thorgan sur le banc), Martinez a préféré occuper les flancs avec Yannick Carrasco et Dries Mertens.

Martinez pensait bien surprendre. Mais ce sont les Croates qui se sont créé la première occasion dès la 10e seconde sur un tir mal cadré d'Ivan Perisic. Les Belges ont connu une autre grosse frayeur dès la 16e minute, quand un tir de pénalité sifflé pour une faute de Carrasco a finalement été annulé à la suite d'un hors-jeu de Kramaric repéré par l'assistance vidéo à l'arbitrage.

Pour le reste, on a revu à de rares moments seulement des bribes de l'équipe si séduisante en 2018, qui a trôné près de quatre ans en tête du classement de la FIFA.

Je dis au revoir à l'équipe nationale, et c'est plein d'émotion comme vous pouvez l'imaginer, a déclaré Martinez en conférence de presse. Il avait pris les commandes de la formation en 2016.

Éliminé mercredi, le Mexique sera aussi à la recherche d'un nouvel entraîneur-chef après avoir annoncé jeudi que Gerardo Tata Martino ne sera pas de retour lors de la prochaine Coupe du monde à la barre de la sélection nationale.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...