•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans les moments clés, ce sont les jeunes du Canadien qui s’illustrent le plus

Les trois joueurs se regroupent pour discuter d'une stratégie.

Kirby Dach, Nick Suzuki et Cole Caufield

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Radio-Canada

Dans ce premier bulletin statistique de l'année, les amateurs du Canadien veulent surtout savoir si les jeunes progressent.

Un texte d'Alain Usereau

Les attentes étant peu élevées, l'entraîneur-chef Martin St-Louis bénéficie d'une certaine latitude pour laisser ses joueurs emmagasiner l'expérience nécessaire pour s'améliorer. Voyons si cet objectif a été atteint au 1er décembre.

Il est possible d'évaluer l'importance de chacun des buts marqués, selon la situation (égalité numérique, avantage, désavantage, filet désert, etc.), le pointage et le moment du match. En compilant tous ces buts et leur importance, on peut établir un coefficient nous donnant un aperçu de l'apport d'un joueur dans les moments clés. Ce coefficient représente la probabilité de gagner avant et après le but.

Voici le résultat des données pour le Tricolore jusqu'au 1er décembre.

Les meilleurs du bilan de début de saison :

  • Hoffman : 1,13
  • Suzuki : 1,13
  • Caufield : 0,84
  • Dach : 0,33
  • Savard : 0,18

Suzuki, Caufield et Dach dans le top 5 et avec une note positive, voilà de quoi réjouir la direction montréalaise. N'eût été un dernier match plus difficile pour Suzuki contre les Sharks de San José, il aurait terminé devant Mike Hoffman.

À souligner aussi la cote de David Savard, la plus haute parmi les défenseurs de l'équipe. Il serait à propos de souligner qu'il avait de très bonnes statistiques à Columbus, parce qu'il était jumelé principalement avec des défenseurs plus habiles avec la rondelle. Cela est aussi le cas à Montréal avec Kaiden Guhle.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Outre Savard, Johnathan Kovacevic est le seul arrière à avoir une note positive, tout juste au-dessus de zéro. Étant le meneur pour le différentiel, certains pourraient s'attendre à une meilleure cote de sa part. Cela signifie qu'il a probablement accumulé des plus à des moments moins importants que d'autres, tous les buts n'étant pas tout à fait égaux dans notre évaluation.

Quant aux trois jeunes Guhle et Arber Xhekaj (-0,04 et -0,22 respectivement), ils sont tout juste sous la barre de zéro, tandis que Jordan Harris (-0,58) traverse une séquence plus difficile.

Les ennuis de Jake Evans se sont avérés avec la pire cote de l'équipe. S'il y a une bonne nouvelle, c'est qu'on retrouve dans ce tableau des pires notes du CH quelques vétérans qui ne font pas partie des plans d'avenir de l'équipe.

Les moins bons du bilan de début de saison :

  • Jake Evans : -1,47
  • Evgenii Dadonov : -1,30
  • Joel Edmundson : -1,01
  • Sean Monahan : -0,95
  • Joel Armia : -0,83

Sur le plan collectif, il y a un voyant rouge pour ne pas dire rouge foncé. Le Canadien a un dossier très favorable dans les matchs serrés, une tendance extrêmement difficile à maintenir (7-1 dans les matchs avec l'écart d'un but).

Cette fiche contraste avec celle de trois victoires en neuf affrontements avec un écart de trois buts ou plus, un meilleur baromètre de la valeur du club.

Ajoutons un différentiel de -7 dans les situations de 5 contre 5 et on peut difficilement concevoir que le Tricolore pourra continuer à gagner sur une base constante en offrant le même calibre de jeu.

Le cas Erik Karlsson

La tenue offensive d'Erik Karlsson est tout à fait extraordinaire depuis le début de la saison avec un rythme bien supérieur à un point par match.

Au cours de sa carrière, si le Suédois a accumulé des statistiques offensives impressionnantes, il a rarement été un joueur qui augmentait les probabilités de gagner de son équipe.

L'homme aux cheveux longs patine dans l'uniforme des Sharks.

Le défenseur des Sharks Erik Karlsson

Photo : Getty Images / Christian Petersen

Cette saison, il vient au quatrième rang des Sharks de San José – une équipe qui éprouve des ennuis – avec une cote de 0,10, à peine positive, ce qui est à l'image de la majeure partie de sa carrière.

Son cas n'est pas sans rappeler Jeff Petry ou encore Alex Ovechkin, dont le rendement offensif masque dans chaque cas une piètre contribution à l'équipe.

Dans la Ligue nationale

Selon la plupart des indicateurs statistiques, le meilleur duo de défenseurs de toute la Ligue nationale se trouve au New Jersey avec Jonas Siegenthaler et Dougie Hamilton. Si on isole le rendement des deux joueurs, Siegenthaler domine tout le circuit par une bonne marge. Et parmi le top 5, on retrouve même un attaquant des Devils, Tomas Tatar, au troisième rang.

Les meilleurs dans la LNH depuis le début de la saison :

  • Jonas Siegenthaler : 3,60
  • Matthew Tkachuk : 2,77
  • Filip Hronek : 2,24
  • Tomas Tatar : 2,24
  • Rickard Rakell : 2,20

Parmi les autres meneurs, le tout premier de classe chez les équipes canadiennes est le défenseur Timothy Liljegren (1,27), des Maple Leafs de Toronto. Les Leafs ont d'ailleurs commencé à le faire jouer davantage au cours des derniers matchs.

Les amateurs de Calgary s'ennuient peut-être de Matthew Tkachuk. Malgré des statistiques offensives modestes, Jonathan Huberdeau (1,04) est bel et bien le meneur des Flames.

Et un coup de chapeau pour le meneur du côté des Islanders de New York, un certain Alexander Romanov.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...