•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Trois observations sur la journée de mercredi au Mondial

Un joueur de soccer chute devant son adversaire.

Robert Lewandovski, de la Pologne, chute devant Cristian Romero, de l'Argentine.

Photo : Getty Images / Matthias Hangst

Il aura fallu attendre la dernière minute du match entre le Mexique et l'Arabie saoudite pour voir la Pologne se qualifier pour les huitièmes de finale, malgré une défaite de 0-2 contre l'Argentine dans le groupe C. Le C, c'était pour « chaos ».

Les partisans mexicains continuent de souffrir. Après avoir vu le Canada leur ravir le trône en CONCACAF lors des qualifications pour la Coupe du monde, voilà que le pays écrit une page d’histoire. Et pas la plus belle.

Pour la première fois en 28 ans, El Tri ne parvient pas à franchir la phase de groupe. Le collègue Olivier Tremblay avait affirmé dans le balado Tellement Soccer que ce pourrait bien être l’une des grandes déceptions de ce Mondial. Force est d’admettre qu’il avait raison.

[NDLR : évidemment que j'avais raison. – OT ]

Pourtant, le Mexique a vaincu l’Arabie saoudite 2-1 à son dernier match. Pendant ce temps, la Pologne a obtenu son billet pour la phase éliminatoire malgré une défaite. Tout s’est joué au différentiel des buts.

Vous trouvez que c’est tiré par les cheveux? Avant le but marqué par Salem Al-Dawsari à la 95e minute de jeu, c’était le nombre de cartons jaunes qui devait déterminer qui passait au tour suivant. En d’autres mots, les Polonais se seraient qualifiés parce qu’ils sont gentils.

L’une des belles révélations du tournoi aura été cette équipe saoudienne. Menée de main de maître par le sélectionneur français Hervé Renard, cette nation a surpris l’Argentine, en plus d’offrir une opposition féroce au Mexique et à la Pologne. Al-Dawsari a choisi son moment pour rayonner, avec deux buts en trois matchs. Une vitrine exceptionnelle pour un joueur de la ligue professionnelle de l’Arabie saoudite.

Bandeau annonçant la couverture en direct de la Coupe du monde

Messi dans le même bateau

L’Argentine peut pousser un soupir de soulagement. Après un début de tournoi catastrophique, les Argentins sont parvenus à terminer en tête de leur groupe. Les deux derniers matchs auront permis de rassurer, de confirmer que la chute contre l’Arabie saoudite n’était qu’une erreur de parcours.

Les Argentins ont remporté une victoire convaincante contre la Pologne, malgré un tir de pénalité raté par Lionel Messi. Certains diront plutôt que c’était un arrêt du gardien Wojciech Szczęsny. Verre à moitié vide, verre à moitié plein.

Déjà, la décision d’octroyer un tir de pénalité sur cette séquence est discutable. Un peu à l'image de celui qu'a reçu Cristiano Ronaldo contre le Ghana. Si ce n’était pas Messi ou Ronaldo dont il était question, l’issue aurait-elle été la même? Poser la question, c'est y répondre…

Lionel Messi qui rate, comme Robert Lewandowski l’avait fait contre le Mexique. Comme dirait Alphonso Davies, quand on se compare, on se console.

La France B

Déjà qualifié pour le tour suivant, Didier Deschamps avait opté pour une formation totalement différente pour le match contre la Tunisie. Même Kylian Mbappé, qui aimerait bien terminer – on le présume – en tête du classement des buteurs, a amorcé le match sur le banc.

C’était même surréel de voir les Rabiot, Dembélé, Giroud et Mbappé se bidonner sur le banc pendant le match.

Les rigolades ont cependant cessé lorsque la Tunisie a marqué. Des changements ont été effectués, mais le résultat n’est jamais arrivé.

Il y a eu ce but de Griezmann, refusé après consultation de la reprise. Voilà une situation pour illustrer parfaitement pourquoi l’utilisation de l’assistance vidéo à l'arbitrage est férocement critiquée depuis le début du tournoi.

Pendant ce temps, les Tunisiens célèbrent la victoire malgré leur élimination. Après tout, ils viennent de battre les champions du monde en titre.

Oui, la France était déjà qualifiée. Ce match n'avait, mathématiquement, aucune importance. Non, les 11 meilleurs joueurs n’étaient pas sur le terrain pour commencer le match. Mais depuis que Deschamps est à la barre de cette équipe, il s’agit d’une première défaite en phase de groupe, Coupe du monde et Euro combinés.

Le sélectionneur a assuré que les Bleus n’avaient pas négligé ce match. S’il est vrai que la France n’a pas pris ce duel à la légère, est-ce que cette défaite ne vient pas semer le doute dans l’esprit de certains?

Est-ce le temps d'appeler Benzema? (C'est du sarcasme)

Bandeau consultez Tellement soccer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...