•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kim Clavel a mis les bouchées doubles pour affronter Nery Plata

Kim Clavel prend la pose de la boxeuse pour la photo.

Kim Clavel est apparue dans une forme resplendissante.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Chabot

La Presse canadienne

Jamais dans sa carrière, Kim Clavel n'a affronté une boxeuse aussi redoutable que Nery Plata. Et, pour l’occasion, il lui fallait un camp d'entraînement à la hauteur.

Son équipe, constituée de son entraîneuse Danielle Bouchard, de Stéphan Larouche, de Pierre Bouchard et de Sara Kali, s’est donc dépassée pour s'assurer que la boxeuse de 32 ans soit au sommet de sa forme quand viendra le temps de défendre son titre du World Boxing Council (WBC) des mi-mouches et de tenter de ravir celui de la World Boxing Association (WBA) détenue par la Mexicaine, jeudi, à la Place Bell.

Il fallait faire plus, a-t-elle indiqué. C'est constamment de se remettre en question. Comme entraîneuse, je suis à la recherche de nouvelles informations, je regarde des vidéos, je suis des formations [...] Chacun des membres de notre équipe, j'ai senti qu'on en a fait encore plus. Que ce soit au niveau de la boxe, de la préparation physique, où on a misé sur plusieurs nouveaux exercices : on est allé chercher quelque chose de plus. Chacun d'entre nous, dans ses propres tâches, on en a donné plus.

La boxeuse donne des détails sur la façon dont elle abordera le combat.

En donner plus veut également dire mettre sa protégée encore plus à l'épreuve. Clavel (16-0, 3 K.-O.) a trimé dur pendant ce camp, dont une partie a été tenue sous les chauds rayons de la République dominicaine.

Ça a été très difficile. On a repoussé nos limites, tellement que parfois, je ne croyais pas me rendre jusqu'à la fin de la séance, a admis Clavel. Mais je me suis rendu compte qu'on est parfois plus courageux qu'on le pense.

Il faut dire qu'en Clavel, Bouchard a une cliente exigeante.

C'était ma demande, je voulais que ce soit dur, a-t-elle expliqué. Ça l'est toujours, mais je voulais que ce soit une coche de plus. Quand tu es toujours fière de ce que tu viens de faire, tu n'es pas en train de t'améliorer.

Il faut que ce soit une zone connue. Si le combat est encore plus difficile qu'on pense, si un round ne va vraiment pas bien, il faut être capable de reconnaître cette douleur. Il faut que ce soit du déjà vu, il ne faut pas que ce soit aussi difficile pour la première fois pendant un combat.

Stratégique

Nery Plata (28-2, 3 K.-O.) tentera de défendre pour une première fois le titre qu'elle a ravi par décision partagée à l'Argentine Yesica Yolanda Bopp en octobre dernier.

La pugiliste de 28 ans mise sur la sagesse pour tenter d'ajouter le titre du WBC à son palmarès.

Nery Plata a une bonne intelligence du ring, elle ne se lancera pas toujours à l'attaque, a noté Bouchard. Elle peut se replier, réfléchir. Elle est stratégique. Ça fait partie des outils qu'on a pour savoir le travail que nous avons à faire.

C'est une fille très disciplinée, qui garde les mains hautes et qui aime contrôler le centre du ring, a pour sa part analysé Clavel. Elle est difficile à déplacer. C'est difficile de s'ajuster à elle, car on ne sait pas ce qu'elle va apporter. Ce sera à nous, dans le coin, à nous ajuster round après round.

Du côté de la Mexicaine, c'est surtout la vitesse de Clavel qu'on semble juger comme l'arme principale de son adversaire.

J'ai vu que Kim était rapide, alors j'ai axé ma préparation là-dessus, a-t-elle dit par le truchement d'un interprète.

C'est mon principal atout, mais ce n'est certainement pas le seul, a répondu la Québécoise. Je suis une boxeuse très polyvalente dans le ring et Danielle m'a poussée à l'entraînement. J'ai eu des partenaires de sparring qui me bousculaient, me poussaient. Des filles très techniciennes, d'autres qui lançaient un grand volume de coups, d'autres moins. J'ai vraiment eu des adversaires de toutes sortes afin d'être le plus prête possible jeudi.

J'ai vu une Kim qui s'est améliorée techniquement, au niveau de sa condition physique et même physiquement. Vous allez voir, sa définition musculaire est impressionnante, a renchéri Bouchard. C'est ça être championne du monde et vouloir toujours être meilleure : avoir toujours de la place pour apprendre.

C'est autour de 22 h jeudi qu'on verra si Clavel est en mesure d'appliquer toute la somme de ces apprentissages.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...