•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Portugal et le Brésil qualifiés pour les huitièmes de finale

Il lève le poing en souriant à pleine dents.

Cristiano Ronaldo

Photo : Reuters / KAI PFAFFENBACH

Agence France-Presse

Bruno Fernandes, d'un doublé, a permis au Portugal de battre l'Uruguay 2-0 lundi, au stade de Lusail de Doha, et de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde.

Après une victoire de 3-2 contre le Ghana lors de son entrée en lice, la Seleçao est donc en tête du groupe H avec six points, devant le Ghana (trois points), tandis que l'Uruguay et la Corée du Sud (un point) ferment la marche.

Le deuxième billet qualificatif se disputera vendredi prochain entre les trois autres nations du groupe, et plus probablement entre le Ghana et l'Uruguay, qui s'affronteront.

Les Portugais ont peut-être remporté un match pivot dans leur Mondial, par la performance de leur milieu de terrain offensif Fernandes.

Les attentes placées autour du joueur de Manchester United de 28 ans étaient grandes, mais pas encore comblées. Quant à l'autre vedette de l'équipe, Cristiano Ronaldo, elle joue moins et semble moins, à 37 ans, en mesure de porter le Portugal.

Surtout, les deux astres se sont enfin alignés pour le premier but de la rencontre, un centre rentrant de Bruno Fernandes pour Cristiano Ronaldo, qui a tenté d'effleurer le ballon de la tête... en vain.

Ils courent vers le coin du terrain.

Bruno Fernandes célèbre un but avec ses coéquipiers.

Photo : Reuters / MOLLY DARLINGTON

Qu'importe, ce but a permis au Portugal de forcer le cadenas de l'Uruguay, et le symbole est fort : les deux coéquipiers, qu'on disait en froid depuis le départ avec fracas de Ronaldo du club mancunien, parvenaient à combiner et à faire taire les rumeurs leur prêtant une inimitié néfaste pour le collectif.

Fernandes a touché la cible une deuxième fois sur un tir de pénalité.

Dans l'ensemble, le Portugal a souvent maîtrisé le match collectivement, gratifiant même ses supporteurs de belles séquences de possession, et semble monter en puissance dans la compétition.

En face, la Celeste a eu du mal et son duo d'attaquants Darvin Nunez-Edinson Cavani a été invisible. C'est plutôt le milieu Rodrigo Bentancur qui s'est montré, et qui a, un temps, incarné l'engagement, parfois excessif (carton jaune dès la 6e minute) de son équipe.

L'Uruguay est désormais dans l'obligation de battre le Ghana pour rallier les huitièmes de finale.

Le Brésil l'emporte sans Neymar

Malgré l'absence de Neymar, blessé, le Brésil s'est qualifié pour les huitièmes de finale. Pour ce faire, il a battu la Suisse 1-0 à Doha grâce à un but en fin de match de Casemiro.

Le meneur de jeu et leader technique de la Seleçao n'était pas au stade pour voir ses partenaires s'imposer. Blessé à la cheville droite, il est resté à l'hôpital pour continuer ses séances de kinésithérapie.

Le sélectionneur brésilien avait confié son poste à Paqueta, sur le flanc gauche du dispositif offensif. Les quintuples champions du monde ont globalement dominé la première période, malgré quelques déchets techniques.

Vinicius, incisif toute la soirée, s'est procuré la plus belle occasion : une demi-volée dans la course aux six mètres, mais le portier suisse Yann Sommer a sorti la parade indispensable (27e).

Il botte le ballon et un joueur se tasse du chemin.

Casemiro a finalement donné la victoire et la qualification au Brésil.

Photo : Reuters / HANNAH MCKAY

Raphinha a ensuite pris sa chance de 25 mètres, mais son tir puissant était trop centré pour espérer inquiéter le gardien de la Nati.

À la pause, Tite a cherché à modifier son animation offensive, en remplaçant Paqueta par Rodrygo, au style de jeu plus proche de celui de Neymar, et qui joue parfois le meneur de jeu au Real Madrid.

C'est Vinicius qui s'est distingué avec sa vitesse de course pour filer dans le dos de la défense.

Il a d'abord marqué un but superbe en contre, refusé par l'assistance vidéo pour un hors-jeu au départ de l'action (64e). Puis, il a de nouveau pris le large quelques minutes plus tard, obligeant Manuel Akanji à faire une faute pour l'empêcher de centrer (69e).

Casemiro a finalement donné la victoire et la qualification au Brésil. Superbement servi par une déviation subtile de Rodrygo sur la gauche de la surface, il a placé un extérieur du pied croisé dans le petit filet opposé, sur lequel Sommer est resté impuissant (83e).

Avec six points, les hommes du sélectionneur Tite sont en tête du groupe G. Les Suisses (3 points) devront pour leur part valider leur qualification vendredi contre la Serbie, qui ne compte qu'un seul point après son nul de 3-3 contre le Cameroun dans l'après-midi.

Match nul de folie entre le Cameroun et la Serbie

Le Cameroun, mené 3-1 à un peu moins d'une demi-heure de la fin, s'est maintenu en vie dans le Mondial en accrochant la Serbie 3-3 au terme d'un match fou entre deux équipes à la lutte dans le groupe G.

Pour survivre dans ce groupe dominé par le Brésil et la Suisse, victorieux à leurs matchs inauguraux, Serbes et Camerounais étaient déjà dos au mur au stade Al-Janoub, quasiment dans l'obligation de ne pas perdre.

Alors que la Serbie semblait se diriger vers un succès aisé peu avant l'heure de jeu, les Camerounais ont profité de la suffisance de leurs adversaires pour corriger une situation compromise grâce à un Vincent Aboubakar en feu, auteur d'un but et d'une passe décisive peu après son entrée à la 55e.

Un retournement de situation après un début tonitruant. Aleksandar Mitrovic s'est offert trois possibilités de but dans l'entame de match : une tête mal calibrée (6e), un tir s'écrasant sur le poteau (11e) et un gros raté seul face au but (17e).

Une fois cet orage passé, le Cameroun a ouvert la marque à la demi-heure grâce à Castelletto, à la réception au deuxième poteau d'un ballon dévié de la tête par Nicolas Nkoulou sur un coup de pied de coin rentrant de la gauche (29e).

Deux joueurs, au sol, luttent pour le ballon.

Le Cameroun et la Serbie occupent les dernières positions du groupe G.

Photo : afp via getty images / ANDREJ ISAKOVIC

Mal payés, les Serbes s'en sont remis à une tête décroisée de Strahinja Pavlovic, bien servi par Dusan Tadic, pour se remettre dans le match peu avant la pause (45e+1), avant que Sergej Milinkovic-Savic marque 120 secondes plus tard d'une frappe depuis l'entrée de la surface (45e+3).

À la 53e, Mitrovic a fait 3-1 avec son 51e but en sélection, en concluant après que ses équipiers eurent fait joujou avec une défense adverse aux abois.

La suite a été rocambolesque. En trois minutes (63e et 66e), Aboubakar a permis aux siens de recoller grâce à une louche improbable et à une passe décisive vers Choupo-Moting, buteur. Deux buts inscrits à la limite du hors-jeu, à la suite d'un mauvais alignement de la défense serbe.

Ce match nul, s'il donne espoir aux deux équipes de sortir de la phase de groupes, laisse toutefois les deux formations à la remorque de la Suisse et du Brésil.

Le Ghana résiste à la Corée du Sud

Un doublé de Mohammed Kudus a permis au Ghana de battre la Corée du Sud 3-2 lors d'un match à rebondissements et de se relancer dans la course aux huitièmes de finale.

Après une défaite frustrante de 3-2 face aux Portugais, les Ghanéens inscrivent leurs trois premiers points dans le groupe H. Avec un seul point, la Corée du Sud n'est pas encore éliminée, mais a fortement compromis ses chances.

Les joueurs se battent pour le ballon. Le Sud-Coréen se jette sur le dos.

Le Ghana affrontait la Corée du Sud pour son deuxième match du Mondial.

Photo : Reuters / KAI PFAFFENBACH

Mohammed Salisu (24e) et Mohammed Kudus (34e) avaient permis aux Black Stars de mener 2-0 à la pause. Mais Cho Gue-sung a redonné espoir à la Corée du Sud avec un doublé (58e, 61e), avant que Kudus l'imite et redonne l'avantage aux Ghanéens (68e).

Son Heung-min et ses coéquipiers se sont lancés à l'assaut du but adverse dès les premières minutes. Mais les six coups de pied de coin obtenus par les Sud-Coréens en 20 minutes ne leur ont pas permis d'ouvrir le score face à la défense des Ghanéens, pourtant très peu rassurante.

Ce sont finalement les Ghanéens qui ont mis à profit leur deuxième coup de pied arrêté pour marquer en premier.

Sur un coup franc frappé par Jordan Ayew, Salisu a profité d'un dégagement mal assuré du défenseur de Naples Kim Min-Jae pour donner l'avantage aux siens (24e). Après recours à l'assistance vidéo pour une suspicion de main d'André Ayew, le but a bien été validé par l'arbitre.

Son frère cadet Jordan en a ajouté, étant passeur décisif une deuxième fois sur coup franc pour le talentueux milieu de l'Ajax d'Amsterdam Kudus, venu couper de la tête (34e).

Si Cho a permis aux Coréens de recoller en trois minutes, grâce à un doublé de la tête, Kudus est venu éteindre la révolte sud-coréenne avec une reprise victorieuse du gauche. Il offre ainsi à son équipe le droit de rêver aux huitièmes.

Avec un seul point et un match à venir contre le Portugal de Ronaldo, le rêve s'éloigne en revanche pour les Sud-Coréens, au bord de l'élimination.

Bandeau annonçant la couverture en direct de la Coupe du monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...