•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un but tardif sauve l’Allemagne contre l’Espagne, le Maroc punit la Belgique

Il marque un but.

Niclas Füllkrug (no 9)

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Agence France-Presse

L'Allemagne a conservé ses chances de voir les huitièmes de finale en arrachant à l'Espagne un match nul à la 83e minute, dimanche, rebattant les cartes dans un groupe E où tout se jouera à la dernière journée.

Niclas Füllkrug (83e), le buteur du Werder Brême qui découvre l'équipe nationale à 29 ans, a répondu à un but d'Alvaro Morata (62e), pour repousser le risque d'une deuxième élimination de suite au premier tour d'un Mondial, après la retentissante humiliation en Russie en 2018.

L'Espagne pour sa part n'est pas encore qualifiée, mais en position favorable avec quatre points avant d'affronter le Japon jeudi dans le dernier match.

La Mannschaft s'était mise dans un très mauvais pas dès l'entame avec une surprenante défaite de 2-1 face au Japon. Une réhabilitation était indispensable, même si les Allemands, avec un seul point, vont devoir impérativement battre le Costa Rica et probablement soigner leur différence de buts pour s'assurer de jouer les huitièmes de finale.

Entre deux équipes aux philosophies de jeu similaires, le match a tenu toutes ses promesses en matière d'intensité.

Un tacle glissé empêche un tir.

Ferran Torres et Jamal Musiala.

Photo : Getty Images / Alexander Hassenstein

Fidèle à son jeu, la Roja a tenu le ballon (64 % de possession) et a fait déferler des vagues rouges sur la défense allemande, qui a souffert, à l'image de Thilo Kehrer, maillon faible de l'arrière-garde germanique.

Le premier tournant du match a été l'entrée à la 54e minute d'Alvaro Morata. Critiqué par une large frange de supporteurs au début de l'Euro l'an dernier pour sa maladresse face aux cages, l'attaquant de l'Atlético Madrid a toujours pu compter sur la confiance de son sélectionneur Luis Enrique.

C'est lui, à la 62e minute, qui a ouvert le pointage face à Manuel Neuer, sur un service de Jordi Alba (1-0).

Ce but a donné aux Allemands un surcroît de rage et d'énergie. Et ils ont dominé la fin du match, d'abord avec une première tentative de Füllkrug (73e), suivie quelques secondes plus tard d'un arrêt réflexe du gardien Unai Simon sur un tir de Musiala à bout portant.

Et c'est encore Füllkrug, servi une nouvelle fois par Musiala, qui a marqué le but de l'espoir d'un tir tendu de près, un geste de véritable buteur, à la 83e minute.

L'Allemagne respire, mais revient de loin. Quasiment dans la même situation en Russie, les Allemands avaient été éliminés en perdant leur dernier match 2-0 contre la Corée du Sud. Rien n'est fait.

Le Japon surpris par le Costa Rica

Deux joueurs de soccer tentent de contrôler un ballon.

Joel Campbell et Kou Itakura

Photo : Getty Images / Justin Setterfield

Tout est à refaire pour le Japon, nettement moins tranchant que contre l'Allemagne et surpris 1-0 dimanche par le Costa Rica, qui se relance après sa déculottée initiale. Les Asiatiques auront besoin d'un nouvel exploit contre l'Espagne pour poursuivre leur route pendant.

La complaisance n'a pas sa place, avait pourtant prévenu le sélectionneur des Samouraïs bleus, Hajime Moriyasu, mais ses joueurs ont semblé retenir nettement plus leurs coups contre les Ticos que contre la Mannschaft dans le groupe E.

Rossé 7-0 par la Roja, leur adversaire était avant tout venu pour sauver l'honneur et pour éviter à Keylor Navas de craquer de nouveau. Au contraire, le gardien vétéran s'est rassuré en réalisant quelques interventions de classe (46e, 88e).

Enhardi, le Costa Rica met du même coup fin à sept matchs sans victoire en Coupe du monde depuis 2014, lorsque la sélection avait atteint les quarts. Les Ticos sont encore très loin d'un tel final, mais au moins peuvent-ils de nouveau y croire avant leur prochain duel à quitte ou double contre l'Allemagne.

Le Maroc s'impose face à la Belgique

La Belgique peut trembler et le Maroc peut rêver! Punis 2-0 par les Lions de l'Atlas, désormais en ballottage favorable en vue des huitièmes de finale, les Diables rouges joueront leur qualification jeudi dans un choc stressant contre la Croatie.

Un joueur de soccer est heureux.

Jawad El Yamiq célèbre la victoire du Maroc contre la Belgique.

Photo : Getty Images / Buda Mendes

Les Marocains, vainqueurs grâce à des buts de Sabiri (74e) et de Haboukhlal (90e+2), ont désormais leur destin en mai. À quatre jours d'affronter le Canada, ils totalisent quatre unités et peuvent logiquement rêver d'intégrer le top 16 du tournoi.

Eden Hazard et ses équipiers, qui avaient déjà laissé transparaître une grande fébrilité lundi malgré un succès flatteur face au Canada (1-0), sont quant à eux dans les cordes avec trois unités seulement au compteur. Un succès pourrait s'avérer obligatoire face aux Croates lors d'un duel haletant entre deux équipes dans le dernier carré en 2018.

Du grabuge à Bruxelles

Certains partisans de la Belgique ont mal digéré la défaite des leurs puisque des violences ont éclaté dans la capitale avant même la fin du match.

Des dizaines de personnes, dont une partie cagoulée, ont cherché la confrontation avec les forces de l'ordre, ce qui a compromis la sécurité publique, a annoncé la police dans un communiqué.

Les policiers ont demandé aux habitants et aux partisans d'éviter certains quartiers du centre-ville. Des stations de métro ont été fermées et des rues bloquées pour limiter les attroupements.

Bandeau annonçant la couverture en direct de la Coupe du monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...