•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Équilibre et efficacité, les points à améliorer pour le Canada contre la Croatie

De dos, un homme tire au but.

Alphonso Davies a raté un tir de pénalité en première mi-temps face à la Belgique dans la défaite de 1-0 du Canada.

Photo : (Nathan Denette/The Canadian Press)

Après 36 ans d’absence, le Canada a enfin renoué avec son histoire en Coupe du monde, face à la Belgique, mercredi. Les Rouges se sont malheureusement inclinés 1-0, malgré une remarquable présentation.

Le résultat est décevant, mais ne masque en rien la prestation des hommes de John Herman, le sélectionneur du Canada.

Seul Michy Batshuayi a réussi à tromper la vigilance de la ligne défensive, sur un appel en profondeur, lui permettant de conclure grâce à une magnifique demi-volée juste avant la fin de la première période.

J’ai véritablement été séduit par la mise en place tactique, l’audace et la générosité offerte par les Canucks.

Hassoun Camara, Olivier Tremblay et Christine Roger analysent dans cet épisode spécial de Tellement soccer la prestation du Canada face à la Belgique.

L’un des principaux enjeux était de réduire au maximum l’influence de Kevin De Bruyne.

Le joueur de Manchester City a véritablement été neutralisé par la défense canadienne. Elle a maintenu une pression à chaque touche de balle ou a court-circuité ses idées de passes en profondeur.

De Bruyne a été nommé le joueur du match par la FIFA. Un honneur qui a surpris le principal intéressé.

Je ne pense pas avoir joué un bon match. Je ne sais pas pourquoi j’ai reçu ce trophée d’homme du match. Peut-être à cause de mon nom. Bravo au Canada, a-t-il déclaré en conférence de presse.

Un sentiment qui résume parfaitement la physionomie du duel, et qui montre à quel point les Rouges ont leurs chances dans ce groupe homogène, à condition qu'ils arrivent à corriger deux choses à mes yeux. La première est l’efficacité.

Malgré l’impression de domination, nous avons tout de même senti qu’il était extrêmement difficile de se procurer des occasions nettes dans la surface de réparation.

Jonathan David et Cyle Larin devront absolument retrouver leur sensation afin de mettre en difficulté Dominik Livakovic, gardien de la Croatie, prochain adversaire du Canada.

Le deuxième enjeu sera d’équilibrer l’apport d’Alphonso Davies dans le onze partant.

Le joueur du Bayern de Munich est assurément le meilleur de l’effectif canadien.

Sauf que son statut de supervedette dans l’équipe nationale le force souvent à surjouer, et à oublier ses partenaires lorsque le jeu le demande.

Sa faculté à provoquer l’adversaire et à créer des différences est un atout majeur pour le groupe.

Il ne lui reste plus qu’à équilibrer le tout afin d’en faire profiter le collectif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !