•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La basketteuse Brittney Griner transférée dans une prison en Mordovie

La joueuse marche entourée de policiers.

Brittney Griner

Photo : Getty Images / KIRILL KUDRYAVTSEV

Agence France-Presse

La championne américaine de basketball Brittney Griner a été transférée dans une colonie pénitentiaire du centre de la Russie pour purger sa lourde peine de neuf ans de prison pour « trafic de drogues », ont annoncé jeudi ses avocats.

Brittney a commencé à purger sa peine à (la colonie pénitentiaire) IK-2 en Mordovie, une région du centre de la Russie réputée pour ses prisons et son climat rigoureux, ont annoncé les avocats Maria Blagovolina et Alexandre Boïkov dans un communiqué, ajoutant qu'ils avaient pu rendre visite à leur cliente plus tôt cette semaine.

La sportive de 32 ans se porte aussi bien que possible et essaie de rester forte et de s'adapter à son nouvel environnement, ont ajouté les avocats, soulignant que leur cliente traversait une période très difficile.

Son transfert intervient après le rejet de sa demande d'appel. Elle avait été condamnée en août pour après son arrestation en février dans un aéroport de Moscou en possession d'une vapoteuse contenant du liquide à base d'huile de cannabis.

Ses soutiens dénoncent une condamnation à une peine excessive et à caractère politique, en vue d'un possible échange de prisonniers entre Moscou et Washington dont les relations se sont fortement tendues dans le cadre du conflit en Ukraine.

La Maison-Blanche a estimé la semaine dernière que chaque minute que Brittney Griner doit subir une détention injustifiée en Russie est une minute de trop.

La colonie pénitentiaire IK-2, abréviation en russe de colonie correctionnelle numéro 2, est située dans la ville de Iavas en Mordovie et compte plus de 800 prisonniers.

Les colonies pénitentiaires russes sont réputées pour les mauvais traitements infligés à leurs détenus, qui sont entassés dans des baraquements insalubres et souvent sans accès à des soins adéquats.

Les ONG de défense des droits de la personne dénoncent régulièrement les abus et actes de torture commis dans les prisons russes, souvent par des détenus entretenant de bons rapports avec les gardiens en échange de privilèges.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...