•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Sénateurs d’Ottawa : que la surenchère commence!

Des partisans des Sénateurs devant un aréna

Des partisans des Sénateurs devant le Centre Canadian Tire

Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

Qui paiera la facture? Dans tous les secteurs d’activités, ces quatre mots en apparence anodins provoquent constamment des conflits, des débats ou de grandes remises en question. Dans LNH, la mise en vente des Sénateurs d’Ottawa en est un autre bel exemple.

En juin dernier, les partisans des Sénateurs étaient en liesse quand la Commission de la Capitale nationale (CCN) et les dirigeants de cette concession de la LNH avaient annoncé la conclusion d’un nouveau protocole d’entente.

En vertu de cet accord préliminaire, la CCN octroyait aux Sénateurs le droit de développer sept acres et demi de terrain sur le site des plaines LeBreton, situé juste à l’ouest du parlement. Et les deux parties se donnaient 15 mois, soit jusqu’à l’automne 2023, pour finaliser les détails du bail.

Aux yeux de nombreux observateurs, cette annonce était immense. La CCN donnait pour ainsi dire une deuxième chance aux Sénateurs de construire un nouvel amphithéâtre au centre-ville d’Ottawa et d’assurer leur pérennité.


En 2016, le défunt propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk, avait obtenu de la CCN les droits de développement du site complet des plaines LeBreton, soit quelque 53 acres, en compagnie d’un magnat de l’immobilier de la région, John Ruddy, et de sa firme Trinity Development. La valeur totale du projet atteignait jusqu’à 5 milliards.

Trois ans plus tard, en 2019, Melnyk avait toutefois saboté l’affaire en intentant une gigantesque poursuite contre son associé. Le propriétaire des Sénateurs s’était alors retrouvé complètement isolé de la communauté d’affaires ottavienne.

De plus, sa fortune personnelle ne lui permettait ni de développer les plaines LeBreton ni d’y construire un nouvel amphithéâtre.

Il pose devant le logo de l'équipe.

Eugene Melnyk

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

À son décès en mars 2022, Eugene Melnyk a légué les Sénateurs à ses filles Anna et Olivia, alors âgées de 19 et de 23 ans. Depuis ce temps, l’organisation de la LNH est gérée par un petit comité composé d’administrateurs en qui Eugene Melnyk avait confiance.

Cette situation transitoire n’apparaît pas viable à long terme.


En juin dernier, donc, les dirigeants des Sénateurs s’étaient présentés à la conférence de presse de la CCN en brandissant les noms de prestigieux partenaires américains. Ces derniers étaient censés les aider à concrétiser leur projet d’amphithéâtre.

On retrouvait parmi ces partenaires le groupe Sterling Project Development (gestion immobilière), Populous (architectes renommés d’enceintes sportives), Tipping Point Sports (financement de projets sportifs) et Live Nation (production de spectacles).

Les dirigeants de la CCN avaient d’ailleurs déclaré que durant l’étude de la candidature des Sénateurs, la présence de ces gros noms s’était avérée rassurante.

Au bout du compte, la question qui tue continuait de flotter dans l’air. Qui donc allait débourser 1 milliard (et probablement plus) pour construire ce fameux amphithéâtre?


Si la fortune d’Eugene Melnyk ne lui permettait pas d’aller de l’avant en 2019, on voit mal comment sa succession pourrait être mieux positionnée pour le faire en 2022.

La possibilité de recourir à des fonds publics a sans doute été envisagée si l’on se fie aux propos tenus en juin dernier par la cheffe des opérations financières des Sénateurs, Erin Crowe.

Les résultats de telles démarches sont toutefois incertains. Et même quand les élus et la population se montrent ouverts à une telle idée (ce qui est assez rare au Canada), il faut généralement des années de débats et de négociations avant de parvenir à conclure une entente.

En regardant le portait globalement, on en vient à conclure que pour deux jeunes héritières peu intéressées par la gestion d’une équipe de hockey, le moment idéal pour maximiser leurs gains surviendra dès qu’elles pourront certifier que la construction d’un nouvel amphithéâtre sera possible près du centre-ville.

Un plan d'aréna et de développement immobilier.

La CCN a signé un protocole d’entente avec Capital Sports Development inc. (CDSI), un groupe dirigé par les Sénateurs d'Ottawa.

Photo : Gracieuseté CCN

Plus tôt cette semaine, Sportico estimait la valeur des Sénateurs à quelque 655 millions. Avec l’assurance de pouvoir jouer au centre-ville et de pouvoir y développer une bonne entreprise de présentation de spectacles, la valeur de l’équipe bondira de façon appréciable. Probablement au-delà de 750 millions.

Eugene Melnyk a acquis les Sénateurs pour 93 millions en 2003.

En même temps, Anna et Olivia Melnyk ne sont pas dans une position idéale pour prendre des engagements ou conclure des partenariats qui lieraient les prochains propriétaires pour de nombreuses années.

Et puisqu’il reste un peu moins d’une année à écouler avant de sceller l’entente avec la CCN, le temps de solliciter des offres d’achat semble bien choisi.

C’est une démarche nécessaire et prudente d’entrer en contact avec les parties réellement intéressées. Elles pourront ainsi nous faire part de leur vision en ce qui concerne l’avenir de l’équipe, a fait valoir l’organisation dans un communiqué publié vendredi matin.

Le communiqué confirmait aussi une nouvelle circulant depuis quelques jours, à savoir que les héritières Melnyk ont retenu les services de Galatioto Sports Partners pour lancer le processus de vente de l’équipe.

Aux États-Unis, la mise en vente d’une équipe de la LNH se fait parfois dans l’indifférence. Ce n’est toutefois pas le cas au Canada. Les jeunes propriétaires des Sénateurs profiteront sans doute d’une intéressante surenchère au cours des prochains mois.

Pour en revenir à la question initiale, la réponse partielle reste donc la même depuis le début. Qui paiera la construction de ce futur amphithéâtre? Ce ne sera pas la famille Melnyk.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...