•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’absence de la W Series à Austin fâche Lewis Hamilton

Une pilote casquée tourne à droite sur un circuit dans une monoplace de F3.

Jamie Chadwick à Silverstone

Photo : Getty Images / Clive Mason

Radio-Canada

La W Series aurait dû faire partie du programme de courses du week-end de F1 à Austin, mais une entente contractuelle de commandite est tombée à l’eau et a obligé la direction à faire l’impasse sur le voyage nord-américain au Texas et à Mexico.

Un déficit insurmontable de 10,8 millions de dollars canadiens a écourté la troisième saison de la W Series.

Jamie Chadwick, qui avait une grande avance sur ses poursuivantes, a été titrée plus tôt que prévu. Son troisième titre d’affilée lui permettra-t-il de trouver un volant à temps plein dans un championnat compétitif du niveau de la W Series, soit de niveau F3?

La Britannique a fait un essai le 25 septembre à Sebring dans une monoplace de l’équipe Andretti Autosport inscrite au Championnat Indy Lights, l’antichambre de la série IndyCar.

Une pilote casquée s'assoit.

Jamie Chadwick s'installe dans une monoplace Indy Lights à Sebring.

Photo : Andretti Autosport

C'est clairement une marche au-dessus de tout ce que j'ai piloté jusqu'ici, avait-elle reconnu. C'est une machine très physique, mais je me sentais bien. J'ai pu la piloter sans ressentir le moindre malaise physique.

La suite de la carrière de Jamie Chadwick sera la meilleure juge de la pertinence de la W Series si elle se trouve un volant à temps plein, car c’était l’objectif premier de ce championnat créé en 2019 et réservé aux femmes pilotes.

Or, aucune n’a trouvé de volant à temps plein ailleurs, seulement des essais privés en endurance et en F3 pour quelques-unes d’entre elles.

Pour ajouter à l’incertitude au sujet de la pertinence de la W Series pour aider les femmes pilotes à monter les échelons de la course automobile, voici que survient ce trou budgétaire qui oblige de plier bagage avant la fin.

Un homme en bord de piste filme des voitures.

Lewis Hamilton avait surveillé les essais de la W Series à Austin il y a un an : « Ces femmes sont incroyables », avait-il écrit sur son site.

Photo : Twitter / W Series

Et c’est là que Lewis Hamilton entre en scène. Le Britannique, qui suit de près la W Series, déplore son absence à Austin et ne comprend pas que la F1 ne soit pas venue à la rescousse du championnat, maintenant qu’il est au programme des week-ends de course.

On ne met pas assez en valeur tout le travail fait dans ce championnat, a-t-il dit jeudi en marge du Grand Prix des États-Unis. Dans l’histoire de la F1, on n’a jamais mis assez d’accent sur la présence des femmes en piste. Notre industrie ne s’en préoccupe pas. On n’a pas encore tracé de chemin pour permettre aux femmes d’atteindre la F1. Et certaines personnes disent qu’il n’y en aura jamais.

Hamilton fait référence au président du groupe Formula One, Stefano Domenicali, qui a dit qu’il ne voyait pas comment une femme pourrait accéder à la F1 dans les cinq prochaines années.

Il y a plus de chance qu’une météorite frappe la terre qu’une femme accède à la F1 d’ici cinq ans, a lancé M. Domenicali à la presse spécialisée lors du week-end du Grand Prix de Belgique le 25 août.

Nous essayons de comprendre comment créer un environnement où les femmes du bon âge pourraient monter dans la bonne voiture, a-t-il précisé.

Deux hommes discutent et se regardent. L'un est masqué, l'autre a des lunettes.

Lewis Hamilton écoute Stefano Domenicali (à droite)

Photo : Getty Images / Clive Mason

Aujourd’hui, Lewis Hamilton monte au créneau.

Ce n’est pas en disant ce genre de choses qu’on va leur tracer un chemin, affirme le Britannique. On doit faire plus. La F1, le championnat et Liberty Media se débrouillent suffisamment bien pour pouvoir aider un championnat comme la W Series. Ça n’aurait pas été difficile pour la F1 de permettre à la W Series de finir sa saison.

On devrait en faire plus pour aider les jeunes filles à monter les échelons de notre sport, croit-il. Chaque équipe devrait y travailler, développer un programme en ce sens.

Lewis Hamilton rappelle que Mercedes-Benz a lancé en 2020 l'initiative appelée Accelerate 25. Ce programme construit sur cinq ans, jusqu'en 2025, est tourné vers l’inclusion et la diversité. Il vise à ce que 25 % au moins du nouveau personnel soit issu des groupes sous-représentés de la société.

Il rappelle qu’à travers ce programme, le constructeur allemand aide environ 8000 jeunes filles à progresser dans le sport automobile.

L’absence à Austin de la W Series, qui engage les 20 femmes pilotes uniquement pour leur talent en piste, sans aucune contribution monétaire, est une grande occasion manquée, alors que Liberty Media se vante d’avoir un noyau de fidèles à la F1 de 36 millions de personnes aux États-Unis, dont 40 % sont des femmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...