•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi un « Irrésistible Français » boycotte-t-il la Coupe du monde au Qatar?

Un homme, dans les gradins, tient une pancarte.

Fabien Bonnel lors d'un match de soccer

Photo : Irrésistibles Français

Radio-Canada

« Le titre de notre association de supporteurs nous est venu en pensant, bien entendu, aux « irrésistibles Gaulois, d’Astérix », avoue d’entrée de jeu à Radio-Canada Sports Fabien Bonnel, l’un des fondateurs des Irrésistibles Français.

Depuis plus de 10 ans, des centaines de partisans de cette association unique accompagnent l’équipe de France de soccer aux quatre coins du monde. Même les matchs amicaux sont couverts bruyamment par ces inconditionnels des Bleus.

Notre activité est de supporter les joueurs de l’équipe de France avec des chants, de la musique, des cris de ralliement. D’ailleurs, nous travaillons en étroite collaboration avec la fédération française et nous avons également rencontré les joueurs qui nous ont avoué que nos encouragements faisaient souvent la différence, raconte fièrement Fabien Bonnel.

Par contre, cette fois, pour cette Coupe du monde, le sujet du boycottage devenait incontournable.

Depuis de longs mois, nous avons eu plusieurs échanges sur ce que l’on pouvait faire face à cette Coupe du monde problématique, explique-t-il.

Comment devait-on se positionner? Quelles actions pouvait-on entreprendre? On s’est même demandé si l’Association devait boycotter cette Coupe du monde en vertu de certaines valeurs. Finalement, c’est une décision neutre qui a été prise en laissant le choix à chacun de nos adhérents d’aller au Qatar ou pas.

Fabien Bonnel, lui, a décidé de faire une croix sur l’événement.

Pourquoi aller dans des pays ultra-riches qui peuvent s’adjuger une Coupe du monde de manière corruptible était le fruit de ma première réflexion? Par la suite, on a su comment la France, par intérêts politiques, a aidé à tous les niveaux le Qatar à être l’élu et, donc, contribuer à cette corruption. De plus, ma femme avec qui je partage la même passion du football [ils se sont rencontrés dans un stade, NDLR] m’a fait prendre conscience de la situation dramatique que vivaient les femmes dans ce pays et elle avait donc décidé de boycotter.

Puis, il y a eu deux autres tournants dans ma réflexion. Le premier est cet article du Guardian qui révélait l’horreur des chantiers de construction avec ses milliers de travailleurs morts. Et l’autre, c’est évidemment la dérive climatique avec cette climatisation des stades qui a été faite sans aucune conscience environnementale.

Vue aérienne d'un stade

Le stade Khalifa à Doha au Qatar

Photo : Getty Images / David Ramos

Durant l’entretien, on sentait Fabien Bonnel devenir de plus en plus émotif, à mesure qu’il se posait des questions lourdes de sens.

Est-ce que je pouvais raisonnablement m’asseoir dans des stades et sauter dans des travées, sur des pierres posées par des personnes qui potentiellement sont mortes à cet endroit-là? Est-ce que ma conscience sera tranquille? Est-ce qu’elle sera libre au moment où je serais dans le stade, à ne pas penser à cela et potentiellement à me dire : "Je suis en train de faire la fête dans un cimetière?"

En plus de ces questions existentielles, Fabien Bonnel pense également aux droits des travailleurs qui sont quotidiennement bafoués avec la kafala, une loi qatarie que la plupart des organisations non gouvernementales dénoncent comme un esclavagisme moderne.

La kafala permet aux employeurs d’avoir une sorte de parrainage sur chaque travailleur, une sorte de responsabilité qui leur confère tous les droits : confiscation de passeport, non-versement des salaires, conditions d’hébergement inhumaines. Des journées qui dépassent les 15 heures de travail sous des températures accablantes pouvant atteindre les 50 degrés Celsius. Des travailleurs obligés d’acheter leur propre eau pour être certains qu’elle ne soit pas polluée!

Avant de découvrir toutes ces horreurs, Fabien Bonnel pensait que le Qatar, en obtenant la Coupe du monde, offrirait au monde une image beaucoup plus moderne.

Force est de constater que des morts à foison sur les chantiers ne ressemblent pas à un pays respectant les droits humains. Je m’attendais qu’un pays richissime comme le Qatar emploierait son argent à offrir des conditions décentes et surtout humaines aux personnes qui allaient contribuer à la réussite de cet événement mondial. Et pourtant, le Qatar a eu plus de 10 ans pour construire ses stades, c’est largement le temps pour réaliser cela dans les meilleures conditions.

Il prend le micro pour s'adresser à la foule.

Fabien Bonnel, cofondateur des Irrésistibles, en action

Photo : Gracieuseté : Fabien Bonnel

Le cofondateur des Irrésistibles Français est bien conscient que l’on ne pourra pas retirer la Coupe du monde au Qatar. Comme il le dit crûment : On ne pourra pas ressusciter les morts.

Cependant, il demande à la puissante FIFA d’être à l’avenir beaucoup plus vigilante dans l’organisation de ses événements. Il considère que faire l'impasse sur le Qatar est une véritable condamnation et il demande aux amateurs de ne pas regarder le Mondial. Il pense sincèrement que ce type de boycottage fera réfléchir les grands réseaux et, surtout, les grands commanditaires du tournoi.

Aujourd’hui, tout le business du football est fait autour de la diffusion des matchs. Et le poids de Fabien qui ne va pas au Qatar, il est nul! Cependant, s’il y a une réelle mobilisation de refuser de regarder les matchs, le poids et la pression de tous ces supporteurs serait cruciaux pour que ce boycottage ait un sens. Oui, cela va être un crève-cœur et je souhaite à l’équipe de France d’aller le plus loin possible. Maintenant, si elle se rend en finale, un sérieux dilemme se présentera.

Bandeau annonçant la couverture en direct de la Coupe du monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...