•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Novak Djokovic en demi-finale à Astana, toujours sans avoir perdu une manche

Il frappe une balle.

Novak Djokovic

Photo : Reuters / LEONHARD FOEGER

Agence France-Presse

Novak Djokovic a passé sans encombre vendredi le test Karen Khachanov et s'est qualifié pour les demi-finales du tournoi ATP 500, toujours sans avoir perdu la moindre manche.

Face au Russe, 18e mondial et demi-finaliste des derniers Internationaux des États-Unis, le Serbe a lâché son premier service de la semaine, mais n'a jamais relâché la pression pour l'emporter 6-4 et 6-3 en 1 h 29 min.

Il enchaîne ainsi un septième match sans avoir perdu la moindre manche depuis sa reprise sur le circuit ATP après son sacre à Wimbledon. La semaine dernière à Tel-Aviv, il avait remporté son troisième titre de la saison.

Vendredi, dès le départ, Djokovic, 7e mondial, a affiché ses couleurs : jeu blanc sur son service, bris sur la première mise en jeu de Khachanov, puis à nouveau jeu blanc. Le Russe ne s'est pas laissé faire, prenant à son tour le service du Serbe – son premier perdu de la semaine – lors du 4e jeu pour rattraper son retard.

Mais, imperturbable, l'ancien no 1 mondial est reparti à la conquête pour empocher la première manche sur sa première balle de manche, après 42 minutes.

Dans la deuxième manche, il a mis d'emblée la pression sur son adversaire, se procurant une balle de bris dès le premier jeu de service de Khachanov, avant de s'emparer de sa mise en jeu la fois d'après, tout en restant impérial sur ses jeux de services (85 % de points gagnés sur ses premières balles dans l'ensemble du match). Il a conclu la partie sur un as, dès sa première balle de match.

Je n'ai pas aussi bien joué qu'aux tours précédents, mais cela a été suffisant, a déclaré le Serbe juste après sa victoire en promettant de hausser encore [son] niveau de jeu pour la suite.

Durant les tours précédents, Djokovic n'avait lâché que six jeux et n'avait passé qu'à peine une heure sur le court face au Chilien Cristian Garin, puis face au Néerlandais Botic van de Zandschulp.

J'ai de grandes attentes dans ce tournoi, a expliqué Djokovic, qui a manqué cette année beaucoup de compétitions en raison de son refus de se faire vacciner contre la COVID-19.

Il aura toutefois fort à faire pour tenter de rallier la finale au Kazakhstan — qui serait sa cinquième cette année en seulement huit tournois ATP disputés —, car il aura devant lui le no 4 mondial Daniil Medvedev, également très en forme cette semaine.

Après sa contre-performance à Metz (éliminé d'entrée de jeu par Stan Wawrinka) mi-septembre, le Russe est réapparu surmotivé pour sa reprise à Astana et n'a lui non plus perdu aucune manche pour le moment. Et vendredi en quarts, face à l'Espagnol Roberto Batista (21e), il n'a laissé que deux jeux à son adversaire, dominé 6-1 et 6-1 en à peine plus d'une heure.

Le tournoi kazakh, dont le no 1 mondial Carlos Alcaraz a été éjecté dès son entrée en lice, représente une occasion idéale pour Djokovic d'engranger les points nécessaires afin d'assurer sa place pour les Masters de Turin (13-20 novembre). En cas de victoire, le Serbe remporterait son 90e titre sur le circuit principal.

L'autre demi-finale à Astana opposera le Russe Andrey Rublev (9e mondial), vainqueur expéditif du Français Adrien Mannarino en quarts (6-1 et 6-2), au Grec Stefanos Tsitsipás, qui a pris la mesure du Polonais Hubert Hurkacz 7-6 (10/8) et 6-3.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !