•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dernier coup de chapeau du CF Montréal pour Gonzalo Higuain

Il étend les bras après avoir marqué un but.

Gonzalo Higuain a marqué sept buts à ses cinq derniers matchs.

Photo : Jasen Vinlove-USA TODAY Sports

Olivier Tremblay

Si Wilfried Nancy doit s’excuser pour le langage pimenté qu’il emploie en parlant de quelqu’un, c’est généralement parce qu’il s’emporte au sujet d’une personne qu’il aime bien. Kei Kamara, par exemple.

L’Inter Miami, prochain adversaire du CF Montréal – et dernier avant les éliminatoires –, compte en ses rangs l’attaquant argentin Gonzalo Higuain, qui a annoncé lundi que la saison 2022 était sa dernière au niveau professionnel. Jeudi, au Centre Nutrilait, Higuain est entré dans la prestigieuse catégorie des joueurs qui ont soutiré un mot en p à Nancy, un symbole de suprématie dans le soccer nord-américain.

Passé par River Plate, le Real Madrid, Naples, la Juventus, l’AC Milan et Chelsea, Higuain pensait qu’il allait jouer avec un cigare, comme l’a rappelé Nancy en citant rigoureusement, oui oui, les propos de l’Argentin en 2021.

Comme de fait, à ses neuf premiers matchs après son arrivée à Miami, à l’automne 2020, Pipita n’a marqué qu’une fois. En 2021, il a inscrit 12 buts en 30 rencontres, un rendement de 0,44 but par tranche de 90 minutes jouées, bien en deçà de ses belles années espagnoles et italiennes.

Il a souffert l’année dernière et, cette année, je ne suis pas surpris parce que – excusez-moi du terme – c’est un putain de compétiteur, a reconnu Nancy. Il est de la trempe de Thierry Henry. Thierry, c’est Thierry, mais ce que je veux dire par là, c’est que les compétiteurs trouvent toujours une façon de rebondir. Ce qu’il fait cette année, chapeau bas, parce qu’il s’est remis au niveau physiquement. Il s’est remis mentalement, étant donné qu’il a joué dans tous les clubs du monde et qu’il n’avait rien à prouver, mais il a voulu se prouver à lui-même qu’il devait finir sur une belle note.

Cette saison, après 27 matchs, mais une utilisation plus mesurée par l’entraîneur Phil Neville, Higuain compte 16 buts – ou 0,85 but par tranche de 90 minutes. On le sent plus dynamique, plus volontaire qu’à ses débuts en MLS malgré ses 34 ans.

Ému, il couvre sa bouche avec ses mains devant le micro.

Gonzalo Higuain a annoncé sa retraite le 3 octobre, à Miami.

Photo : Rich Storry-USA Today Sports

La métamorphose est encore plus impressionnante quand on la place dans le contexte présenté par Nancy. Si Higuain souscrivait à la théorie selon laquelle la MLS est une ligue de préretraite, il aurait été facile pour lui d’abandonner, de se dire qu’il irait joyeusement creuser un trou sous son arbre préféré pour y enfouir le salaire de joueur désigné qu’on lui versait.

Se remettre dedans n’est pas mince affaire pour un athlète, a soutenu l’entraîneur montréalais. Même pour les petits soucis du quotidien, ça prend une force mentale extraordinaire.

C’est un exemple parce qu’il a été très honnête dans les médias en disant – bon, j’ai pu discuter avec lui, échanger avec lui –qu’il ne s’attendait pas à ce que le niveau de la MLS soit comme ça, a rappelé Nancy. Et ça, c’est beaucoup d’humilité, parce que, bon, vous connaissez mon parcours, j’ai joué en France et je combattrai toujours les personnes qui viennent de l’extérieur et qui pensent, parce qu’ils ne connaissent pas bien la ligue, qu’ils vont arriver dans la MLS et qu’ils vont jouer tranquillement.

Après, les qualités, on les connaît, a plus tard dit Nancy. Dès qu’il arrive dans les 30 derniers mètres, vous allez me voir : d’habitude, je suis assez serein. Là, peut-être que j’aurai un peu plus de cheveux gris parce qu’il est très fort dans les 30 derniers mètres.

L’admiration, semble-t-il, est mutuelle.

En plus de lancer des fleurs à l’attaquant, Nancy a raconté avoir échangé avec lui lors d’un match amical entre Montréal et Miami l’hiver dernier, en Floride. Higuain, s’est-il rappelé, a pris la peine de féliciter l’équipe pour son jeu collectif la saison précédente.

Nancy suivait la carrière de Higuain depuis belle lurette – il avait failli jouer pour l’équipe de France, mais finalement non… –, mais les deux hommes ne se connaissaient pas. Visiblement, le no 10 de Miami a gagné des points pour la vie auprès de l’entraîneur de Montréal.

Quand je le verrai dimanche, je vais le prendre dans mes bras et le féliciter, pas pour dire que je le connais, mais simplement pour dire que c’est un exemple et que je suis très content qu’il termine comme ça, a affirmé Nancy.

N’empêche, s’il fallait que Higuain ajoute à sa séquence de sept buts en cinq matchs, peut-être Nancy prononcerait-il ses gros mots sur un autre ton.

Du soutien pour les joueuses

Les retombées du rapport Yates sur les abus et les mauvais traitements envers les joueuses de soccer aux États-Unis continuent de faire réagir, et le CF Montréal, qui a récemment annoncé l’embauche d’Amy Walsh pour développer son projet féminin, n’y fait pas exception.

Kamal Miller a joué six saisons aux États-Unis, dans la MLS avec Orlando, mais également au niveau universitaire à Syracuse. À sa première année, il y a croisé la finissante Erin Simon, qui a dénoncé son ancien entraîneur Christy Holly dans le cadre de l’enquête.

Je crois que les femmes traversent une situation très difficile, a indiqué Miller. C’est d’autant plus triste qu’elles se battent aussi pour tant d’autres choses, comme l’égalité salariale et de meilleures conditions de déplacement. […] Je crois qu’il faut procéder à de gros changements et se pencher attentivement sur le cas de toutes ces personnes qui sont encore dans ces équipes, de sorte qu’on puisse créer un milieu favorable au développement du jeu féminin.

Pour Wilfried Nancy, le message se résume en trois mots : c’est assez.

Il faut rester à sa place, a souligné Nancy. Il faut faire les choses de façon respectueuse. Je suis catégorique sur ça : non, ça suffit. […] Les gens qui ont fait de mauvaises choses doivent être sanctionnés. Très fortement sanctionnés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !