•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Quand la politique s’invite dans le vestiaire brésilien

Le Brésilien Neymar célèbre son but contre le Mexique en huitièmes de finale de la Coupe du monde de soccer.

Le Brésilien Neymar au cœur d'une polémique

Photo : Associated Press / Frank Augstein

Les Québécois ne sont pas les seuls à avoir été invités à se prononcer sur leur prochain gouvernement.

En effet, les Brésiliens sont eux aussi appelés à aller voter pour le candidat qui dirigera le pays durant les quatre prochaines années.

À l'issue du premier tour qui a eu lieu ce dimanche, l’ex-président de gauche, Lula, a pris une avance bien plus mince que celle qui a été annoncée par les sondages face au chef sortant, Jair Bolsonaro (48,4 % des voix contre 43,2 %).

Ce dernier a pu profiter du soutien de personnalités publiques, telles que la vedette du soccer brésilien, Neymar.

L’attaquant du Paris SG, qui a près de 200 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux, a publié jeudi dernier une vidéo, tout sourire, mimant une chanson qui appelle à voter pour Jair Bolsonaro.

Un soutien de taille pour cet ancien capitaine d’artillerie, qui a déclenché de très vives réactions.

Le candidat d’extrême droite est vivement critiqué par la gauche pour la gestion économique et sociale du pays. Il a été critiqué non seulement pour son manque d’apport aux plus démunis durant la pandémie, mais aussi pour de nombreux propos polémiques, à consonance raciste ou misogyne, qu’il a pu prononcer tout au long de son parcours politique.

Son dérapage en 2011, quand il était invité à s'exprimer sur un plateau de télévision, en est le parfait exemple.

Une animatrice lui avait demandé quelle serait sa réaction si son fils tombait amoureux d'une femme noire.

Je ne discuterai pas de la promiscuité avec qui que ce soit, avait-il répondu. Il n’y a aucune chance que ça arrive. Mes enfants sont bien éduqués. Ils n’habitent pas dans les mêmes endroits que vous.

C’est pourquoi le soutien de Neymar, issu des quartiers défavorisés, a suscité de nombreuses réactions. Il contraste avec l’avis de certains de ses pairs, comme Rai, ou de l’ancien joueur de la Selecaõ Juninho.

Il reçoit les félicitations de ses coéquipiers.

Neymar reçoit les félicitations de ses coéquipiers.

Photo : Reuters / HENRY ROMERO

À quelques semaines de la Coupe du monde, la position de Neymar risque-t-elle d’enrayer la dynamique positive dans laquelle se trouve l’équipe nationale du Brésil? Un joueur de soccer a-t-il la liberté d’exprimer publiquement ses choix électoraux, même les plus controversés?

Aucun doute pour Neymar, qui s’est fendu d’une déclaration après la vague de critiques reçues sur les réseaux sociaux.

Ils parlent de démocratie et de beaucoup de choses, mais lorsque quelqu'un a une opinion différente, il est attaqué par ceux-là mêmes qui parlent de démocratie. Allez comprendre!

Ce chapitre nous montre à quel point le sport de haut niveau est interrelié aux différents enjeux sociétaux.

Un bon vestiaire de soccer est bien entendu composé de diversité sur le plan des qualités sportives, mais il doit aussi lier des personnes qui ont différentes sensibilités sociales, religieuses et politiques.

Voir le plus grand joueur de votre équipe, désinvolte, déclarer son soutien électoral dans un contexte aussi difficile peut assurément avoir une incidence sur la cohésion d’un groupe qui a pour mission de représenter une nation unie en jouant sous les mêmes couleurs, sous le même blason.

L’autre enjeu, peut-être plus important, se trouve du côté d’une certaine catégorie de partisans et de spectateurs.

Ont-ils forcément envie ou besoin de savoir pour qui va voter le joueur que leurs enfants idolâtrent alors qu’ils connaissent peut-être de grandes difficultés dans leur quotidien?

Soccer et Brésil vont de pair.

Ce sport représente une soupape pour les Brésiliens et rythme littéralement la vie des habitants, qu’ils soient issus des favelas ou des classes plus huppées.

Le soccer peut apporter une joie indescriptible à ses partisans en cas de victoire, comme une tristesse infinie les soirs de défaite.

Laissons le soccer brésilien hors de toute récupération, car ce soccer légendaire est déjà le plus grand parti politique par essence.

Il a le pouvoir de créer un sentiment d’appartenance fort auprès d’un public de 212 millions d’habitants, notamment grâce à ses cinq victoires en coupe du monde.

Il rallie ces millions de partisans derrière d’illustres meneurs, tels que Pelé, Garrincha ou Ronaldo, qui ont hissé haut et fort les couleurs jaunes et vertes du célèbre drapeau brésilien.

Au tour de Neymar de s’approprier cet héritage prestigieux afin de graver son nom dans cette lignée de légendes et d’offrir à tout un pays ce qu'il attend le plus de lui : un sixième titre de champion du monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !