•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sport tendance à New York : le pickleball

Deux hommes jouent au pickleball sur un terrain extérieur.

Des joueurs de pickleball sur un court dans le quartier Brooklyn à New York.

Photo : afp via getty images / ED JONES

Agence France-Presse

Au pied du pont de Brooklyn, Amy Zhao smashe la balle avec enthousiasme et laisse échapper un grand éclat de rire. Tennis? Badminton? Ping-pong? Non, c'est le pickleball qui fait fureur à New York comme dans le reste des États-Unis où il se professionnalise et voit affluer les investissements.

En ce soir de semaine, ils sont plusieurs dizaines, hommes, femmes, trentenaires ou retraités, à se partager quatre nouveaux courts qui ont remplacé des terrains de pétanque dans le Brooklyn Bridge Park.

Les équipes se forment spontanément et l'on attend son tour en discutant, devant la vue unique sur les gratte-ciel illuminés de Manhattan, avant une partie en 11 points. C'est super amusant. Je joue toujours avec des gens différents, sourit Amy Zhao, une New-Yorkaise de 52 ans.

David Masters, ingénieur en logiciels de 31 ans, s'est laissé séduire, découragé par le tennis à New York : C'est 100 dollars (le prix annuel pour l'accès aux courts publics, NDLR) et il faut se lever à 6 h du matin pour dégoter un créneau, explique-t-il.

Avec sa balle en plastique perforée jaune fluo qui flotte un peu dans l'air, ses raquettes qui font penser au padel, son service à la cuillère obligatoire et son terrain aux dimensions réduites, le pickleball peut prendre des allures de mini-tennis, voire de sous-tennis pour ses détracteurs.

Mais ce qui plaît, c'est justement ce mélange avec le badminton et le ping-pong, qui provoque des échanges hyper rapides et des volées improbables. En plus des réflexes, le placement sur le terrain est crucial : il faut jouer haut sur le court, mais avec interdiction de pénétrer une zone derrière le filet quand on tape la balle à la volée.

Des joueurs de pickleball s'exercent sur un terrain extérieur.

Des joueurs de pickleball dans le quartier Brooklyn à New York.

Photo : afp via getty images / ED JONES

Le jeu, inventé en 1965 dans l'État de Washington par trois pères de famille, dont l'élu républicain Joel Pritchard et l'homme d'affaires Bill Bell, a le vent en poupe aux États-Unis : en février, l'Association de l'industrie du sport et du fitness (SFIA) l'a qualifié de sport à la croissance la plus rapide du pays, avec 4,8 millions de joueurs réguliers ou occasionnels en 2021, en hausse de 39 % par rapport à 2019.

Une poussée bien visible à New York, où sont apparus des entraîneurs privés - à 75 dollars de l'heure pour certains - et où les terrains ont poussé un peu partout, parfois de manière artisanale dans les parcs sportifs, avec des bandes de gros scotch blanc pour délimiter les terrains et des filets portatifs.

Pendant la pandémie, les gens voulaient des activités. Et le pickleball coche beaucoup de cases, parce que ça permet d'être dehors, et c'est un sport qui ne demande pas des tonnes d'exercice physique, sauf si tu veux jouer à un plus haut niveau, explique Karim Kerawala, un gérant de clientèle de 33 ans, l'un des joueurs les plus actifs à Brooklyn.

Sur l'application où son groupe organise des rendez-vous, le nombre de joueurs est passé en un an de 200/300 à près de 2000, explique-t-il. En avouant tout sourire que pour lui, c'est une nouvelle obsession.

Plusieurs circuits professionnels se disputent déjà le paysage américain, dont l'APP Tour, fondé en 2019, et qui a pu organiser fin mai son premier tournoi à Flushing Meadows, sur les terres des Internationaux des États-Unis.

Deux hommes jouent sur un terrain extérieur de pickleball.

Deux joueurs s'exercent au pickleball devant le stade Arthur Ashe lors des Internationaux des États-Unis.

Photo : Getty Images / Al Bello

Son concurrent, le PPA Tour, fondé en 2018 et racheté par l'homme d'affaires Tom Dundon, déjà propriétaire de l'équipe de hockey les Hurricanes de la Caroline, a fait signer des contrats exclusifs aux 24 meilleurs joueurs de la discipline, hommes et femmes. Le circuit a distribué trois millions de dollars de primes en 2022, une somme qui devrait doubler en 2023, selon Hannah Johns, directrice des contenus de l'organisation.

Nous avons pu obtenir de plus gros commanditaires et nous travaillons maintenant avec les réseaux de chaînes les plus importants, qui nous ont aidés à faire découvrir ce sport au grand public, explique-t-elle, en citant NBC, ABC, Fox, et en pointant la diffusion cet été d'un tournoi sur la chaîne nationale CBS.

Et dans ce secteur en ébullition, la Major League Pickleball, qui veut atteindre l'objectif de 40 millions de joueurs en 2030, a annoncé mercredi que la vedette américaine du basket-ball LeBron James s'était associée aux autres joueurs Draymond Green (Golden State Warriors) et Kevin Love (Cleveland Cavaliers) pour racheter une équipe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !