•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thomas Bach envisage de réadmettre certains athlètes russes

Il prononce un discours.

Thomas Bach est président du Comité international olympique.

Photo : Getty Images / David Ramos

Associated Press

Les athlètes russes qui n'ont pas appuyé l'invasion de l'Ukraine par les autorités de leur pays pourraient être réadmis dans le giron du sport international, a indiqué vendredi le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach.

Il s'agit ici de réadmettre des athlètes possédant un passeport russe qui n'appuient pas la guerre, a déclaré Thomas Bach au quotidien italien Corriere della Sera. Nous devons penser à l'avenir.

Les représentants de la plupart des sports ont suivi le conseil du CIO en février et ont interdit de compétition les équipes et athlètes de la Russie quelques jours après que ce pays eut lancé une invasion militaire de l'Ukraine.

Comme les athlètes russes commencent à manquer des compétitions servant de qualifications en vue des Jeux olympiques de Paris, en 2024, cette sanction, si elle devait se prolonger dans la prochaine année, pourrait dans les faits les empêcher de participer aux Jeux.

Dans cette entrevue menée à Rome, Thomas Bach a indiqué que des discussions ont permis d'obtenir différents points de vue au sujet du retour des athlètes russes.

Soyons clairs : il ne s'agit pas nécessairement d'accueillir de nouveau la Russie, a-t-il dit. D'un autre côté, et c'est là notre dilemme, cette guerre n'a pas été lancée par les athlètes russes.

La fédération de boxe veut ramener Russes et Bélarusses dans le sport mondial

La Fédération internationale de boxe (IBA) a réclamé vendredi la réintégration dans les compétitions internationales des athlètes russes et bélarusses, bannis par la plupart des fédérations sur recommandation du Comité international olympique (CIO) depuis l'invasion de l'Ukraine.

L'IBA est la première fédération à lancer un tel appel. L'IBA a été suspendue par le CIO depuis 2019 pour de multiples défaillances. Présidée depuis 2020 par le Russe Umar Kremlev, elle n'a pas écarté les athlètes russes et bélarusses de ses tournois, et risque de disparaître des Jeux olympiques après 2024.

L'IBA est là pour protéger chaque boxeur, quelle que soit la situation politique dans son pays, explique Umar Kremlev dans un communiqué, publié vendredi.Le temps est venu de permettre à tous les autres athlètes russes et bélarusses de participer à toutes les compétitions officielles de leurs sports en représentant leurs pays.

À la fois le CIO et les fédérations internationales doivent protéger tous les athlètes, et il ne devrait y avoir aucune discrimination basée sur la nationalité.

Agence France-Presse

Le président du CIO n'a pas indiqué de quelle façon les athlètes pourraient exprimer leur opposition à la guerre, alors que ceux qui le font risquent de se retrouver en prison.

Certains athlètes russes ont publiquement soutenu la guerre en mars dernier. Ils sont actuellement suspendus par leurs fédérations internationales respectives.

Le médaillé d'or olympique en natation Evgeny Rylov a participé à un rassemblement proguerre auquel a aussi assisté Vladmir Poutine à Moscou. De son côté, le gymnaste Ivan Kuliak a affiché un Z, symbole promilitaire, sur son uniforme lors d'une compétition internationale.

Les ex-athlètes internationaux sont maintenant appelés sous les drapeaux tandis que la Russie a instauré une mobilisation générale, rapportent certains médias. La liste inclut l'ex-champion des lourds Nikolaï Valouïev et le footballeur Diniar Bilyaletdinov.

Certains sports, notamment le tennis et le cyclisme, ont continué d'admettre les athlètes russes sans toutefois afficher leur drapeau ou jouer l'hymne national, même lorsque les équipes russes étaient interdites.

En athlétisme, les Russes ne peuvent participer aux compétitions internationales que comme athlètes neutres depuis 2015, en raison de la sanction imposée à la Russie pour le dopage systémique qui a entaché les Jeux olympiques d'hiver de 2014, à Sotchi.

Bach et le CIO ont essuyé des critiques après ce scandale pour ne pas avoir été suffisamment stricts avec les athlètes russes, qui ont pris part à tous les Jeux olympiques comme athlètes neutres depuis.

Bach a déclaré au Corriere della Sera que la mission du CIO était d'être neutre politiquement et que les Jeux olympiques comme le sport en général doivent servir à unifier les peuples.

Pour toutes ces raisons, nous nous retrouvons devant un réel dilemme en ce qui a trait à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a-t-il ajouté. C'est pourquoi nous devons étudier comment et quand nous devons reprendre notre mission, et dans quel format cela doit être fait.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !