•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens de la KHL avertis de quitter la Russie et le Bélarus

Les joueurs célèbrent une victoire.

Le CSKA Moscou a gagné deux des trois derniers championnats de la KHL, en 2019 et en 2022.

Photo : Getty Images / AFP/ALEXANDER NEMENOV

La Presse canadienne

Des Canadiens continuent de jouer avec des équipes de la Russie et du Bélarus de la Ligue continentale de hockey (KHL) malgré les avertissements du gouvernement du Canada de quitter ces deux pays.

Avec 48 joueurs dans des formations de la KHL cette saison, le Canada affiche la plus importante représentation de tous les pays, à part la Russie.

Quarante-quatre de ces Canadiens jouent pour des équipes situées en Russie et au Bélarus, tandis que les quatre autres se trouvent au Kazakhstan.

La Russie, avec le soutien du Bélarus, a envahi l’Ukraine le 24 février.

Dans ce conflit, le Canada a clairement manifesté son appui à l’Ukraine avec des contributions financières de 626 millions de dollars en aide militaire et de plus de 320 millions en aide humanitaire depuis février.

Le Canada a également imposé des sanctions financières à la Russie et au Bélarus.

La guerre du président [Vladimir] Poutine en Ukraine est une guerre pour la liberté, pour la démocratie et pour les droits des Ukrainiens, et de tous les peuples, de déterminer leur propre futur, a écrit Adrien Blanchard, attaché de presse de Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères, dans une déclaration acheminée par courriel à La Presse canadienne.

En tant que Canadiens, ce sont des valeurs auxquelles nous tenons chèrement. Les athlètes qui décident de jouer et de s’associer à la Russie et au Bélarus devraient expliquer leur décision à la population.

Ritchie Winter, un agent négociateur albertain qui compte trois clients dans la KHL, estime que les joueurs ont le droit de gagner leur vie dans leur profession comme le font d’autres Canadiens travaillant dans des pays étrangers.

Nous vivons dans un monde où les individus ont le droit de prendre ces décisions. Ce n’est qu’une décision individuelle liée à une occasion d’emploi, a-t-il fait remarquer. Est-ce que tous les joueurs qui sont partis se sont débattus avec la décision? Oui, absolument.

Au bout du compte, ce sont des époux et des pères qui ont des responsabilités envers leur famille. Si vous formez une jeune famille avec des ressources limitées parce que vous avez surtout joué dans les ligues mineures, il y a un désir de prendre soin de votre famille. Parfois, ça mène des gens vers les champs pétrolifères du Kazakhstan et, parfois, ça les mène vers la KHL.

Dans un communiqué acheminé à La Presse canadienne, Affaires mondiales Canada a indiqué que des avis de ne pas voyager en Russie et au Bélarus ont été publiés les 5 mars et 24 février.

Notre gouvernement a été très clair. Les Canadiens devraient éviter tout voyage en Russie et au Bélarus, a déclaré M. Blanchard. S’ils se trouvent en Russie ou au Bélarus, ils devraient s’en aller maintenant. Notre capacité à offrir des services consulaires pourrait devenir extrêmement limitée.

Des dizaines de Canadiens jouent dans des ligues de hockey professionnel en Europe chaque année. Les meilleurs joueurs de la KHL peuvent toucher un salaire annuel supérieur à 1 million de dollars américains.

La Presse canadienne a transmis des messages à neuf joueurs canadiens de la KHL afin de savoir si la ligue et leur équipe leur avaient fourni des assurances liées à leur sécurité personnelle. Aucun n’a répondu.

Il y avait un certain nombre de joueurs pris dans le collimateur l’année dernière quand tout cela est arrivé. Ils sont restés et n’ont vu aucun risque, a dit M. Winter.

D’après ce que les joueurs me disent, l’environnement n’a pas changé par rapport à ce qu’il était auparavant. Beaucoup d’entre eux ont évalué ce risque et ont déterminé qu’ils joueraient là-bas.

L'agent connaît aussi des joueurs qui ont refusé des occasions de jouer dans la KHL cette saison.

Tout le monde a un profil de risque différent. J’ai eu des clients canadiens et américains qui ont refusé de gigantesques sommes d’argent par rapport à ce qu’ils gagneront ici, a-t-il ajouté.

Il y avait 53 Canadiens dans la KHL la saison dernière. Sept jouaient pour le Dynamo de Riga, en Lettonie, une équipe qui a quitté la ligue, tout comme la formation finlandaise du Jokerit d'Helsinki.

Je n’appuie évidemment pas la guerre en cours, a affirmé l’attaquant Jake Virtanen, qui profite d’un essai avec les Oilers d’Edmonton après avoir disputé 36 parties avec le Spartak de Moscou la saison dernière.

C’est l’une des principales raisons pour lesquelles je suis parti. C’est une situation difficile. Personnellement, je n’y retournerais pas à cause de ça.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !