•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scandale de corruption des JO de Tokyo : une troisième entreprise épinglée

Une bannière Tokyo 2020 est installée sur une balustrade.

Un stade des Jeux olympiques de Tokyo

Photo : Getty Images / Christian Petersen

Associated Press

Des allégations de corruption contre un ancien membre du comité organisateur des Jeux olympiques de Tokyo ont impliqué une troisième société qui a parrainé les Jeux, alors que les procureurs japonais ont arrêté Haruyuki Takahashi pour la troisième fois, mardi.

Les dernières allégations de paiements douteux portent sur 15 millions de yens (140 000 $ CA) que Takahashi et un autre responsable ont reçus de la part de Daiko Advertising Inc., ont déclaré les procureurs du district de Tokyo dans un communiqué.

Les arrestations, qui surviennent le même jour que les funérailles d'État de l'ancien premier ministre Shinzo Abe, qui attirent des dignitaires étrangers, dont le président du CIO Thomas Bach et la vice-présidente américaine Kamala Harris, soulignent la détermination des procureurs à faire toute la lumière sur le scandale olympique.

La culture japonaise privilégie généralement de sauver la face et on a tendance à éviter l'embarras sur la scène internationale. Ces arrestations sont également probablement un revers pour les ambitions du Japon en matière de candidature de Sapporo pour les Jeux olympiques d'hiver de 2030.

Un responsable de Daiko a également été arrêté. Daiko s'est excusé, pour les ennuis causés aux clients et aux parties prenantes, et a promis de coopérer à l'enquête.

Daiko est la troisième entreprise mêlée au scandale olympique grandissant, après Aoki Holdings, qui a fourni les vêtements de l'équipe olympique japonaise, et le grand éditeur Kadokawa.

Avec plus de 50 entreprises qui ont parrainé les Jeux olympiques de Tokyo, les spéculations vont bon train sur une série d'arrestations qui pourrait se poursuivre pendant des mois.

Takahashi, âgé de 78 ans, ancien cadre de la société de publicité Dentsu, est détenu depuis son arrestation initiale le 17 août pour des soupçons de corruption d'Aoki totalisant 51 millions de yens (480 000 $ CA).

Aoki, qui fabrique des habits bon marché, a été un choix étonnant pour créer les tenues de l'équipe. Trois responsables d'Aoki ont également été arrêtés.

Le mois dernier, les procureurs ont de nouveau arrêté Takahashi, faisant état d'allégations de corruption supplémentaires, cette fois de Kadokawa, qui produit également des films et des jeux, pour un total de 76 millions de yens (720 000 $ CA).

Le parrainage a permis à Kadokawa de publier des programmes et d'autres livres en lien avec les Jeux olympiques de Tokyo. Deux responsables de Kadokawa ont également été arrêtés.

Huit jours plus tard, les procureurs ont arrêté Tsuguhiko Kadokawa, le président de la société, sur des allégations de corruption de Takahashi pour 69 millions de yens (650 000 $ CA). Kadokawa a clamé son innocence.

Takahashi a déjà été officiellement accusé de corruption dans les paiements d'Aoki. Mardi, il a été officiellement accusé des paiements de Kadokawa.

Tokyo a accueilli les Jeux olympiques et paralympiques à l'été 2021, après un report d'un an en raison de la pandémie. Le coût officiel a été évalué à 13 milliards $ US, principalement de l'argent public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !