•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle identité pour le trophée Lou-Marsh

Elle donne une conférence de presse avec le trophée à sa gauche.

Bianca Andreescu, gagnante du trophée Lou-Marsh en 2019

Photo : The Canadian Press / Hans Deryk

Radio-Canada

À l’approche de la période des récompenses sportives de fin d’année, le quotidien Toronto Star a confirmé lundi que le trophée Lou-Marsh remis à l’athlète canadien de l’année allait changer de nom.

C’est ainsi qu’avant de se retrouver entre les mains de son prochain lauréat, le prix créé en 1936 sera rebaptisé pour effacer des mémoires son association avec un scribe devenu controversé près de 90 ans plus tard.

Des athlètes aussi prestigieux que Bobby Orr, Nancy Green, Jacques Villeneuve, Wayne Gretzky, Silken Laumann, Terry Fox, Guy Lafleur, Chantal Petitclerc, Carey Price et Bianca Andreescu ont reçu cet honneur pour leurs exploits hors du commun.

Symbole d’excellence sportive au fil des ans, la récompense héritera d’une nouvelle identité à la suite d’une consultation auprès des lecteurs du journal qui soumettront leurs suggestions au cours des prochaines semaines.

Controverse à rebours

C’est à la lumière des propos racistes et antisémites qu’a tenus Lou Marsh à l’époque où il écrivait pour le Toronto Star que le processus pour un changement de nom a été entamé après que Damian Warner eut ajouté son nom à l’illustre liste des vainqueurs en 2021.

Il faut rappeler que Marsh s’était opposé au boycottage des Jeux olympiques de 1936 présentés dans l’Allemagne nazie.

Il avait aussi eu recours à un langage raciste pour décrire le coureur autochtone Tom Longboat, de même que les athlètes noirs, chinois et juifs tout au long de sa carrière.

Le temps est venu pour un changement, a indiqué l’éditeur du Toronto Star, Jordan Bitove.

Nous avons décidé de retirer le nom de Lou Marsh de ce trophée. Le choix initial d’honorer sa mémoire remonte à près de 90 ans. Mais nous avons réalisé au cours des récentes années que ses écrits avaient suscité une remise en cause, a-t-il ajouté dans une entrevue dans les pages du quotidien torontois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !