•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau gardien des Maple Leafs parle français

Matt Murray, en survêtement de sport aux couleurs des Maple Leafs, est debout dans le vestiaire des Maple Leafs.

Matt Murray a accordé mardi sa première entrevue en français à Radio-Canada, à l'aube de la saison des Maple Leafs.

Photo : Radio-Canada

Matt Murray a assurément alimenté beaucoup de conversations entre partisans des Maple Leafs de Toronto ces derniers mois. Le gardien de 28 ans, acquis des Sénateurs d'Ottawa pour remplacer Jack Campbell devant la cage torontoise, est encore méconnu de son nouveau public. Peu de gens se doutent d'ailleurs qu'il parle couramment français!

L'athlète de 28 ans, qui a grandi à Thunder Bay dans le Nord-Ouest ontarien, a appris le français à l'école de son quartier et il en a retenu de solides bases, si bien qu'il a accordé une entrevue entièrement en français à Radio-Canada à l'aube de la nouvelle saison dans la LNH.

Je ne suis pas trop à l'aise, a-t-il dit d'emblée, modeste.

J'ai été en immersion française jusqu'à l'école secondaire alors j'essaie, chaque année, de parler un petit peu pour que je ne perde pas mon français. Comme je l'ai dit, je ne suis pas trop confortable, mais j'aime assez [ça].

Matt Murray dans l'uniforme des Maple Leafs de Toronto.

Matt Murray est le gardien partant des Maple Leafs, mercredi soir à Montréal, alors que l'équipe lance sa saison.

Photo : La Presse canadienne / Nick Iwanyshyn

Murray, qui a grandi dans une famille anglophone, confie que ce sont ses parents, qui ne parlent pas un mot de français, qui l'ont poussé à participer au programme d'immersion française de son école.

Jusqu'en 12e année, je pense que j'avais la moitié de mes classes en français. Alors, je me souviens d'un petit peu, raconte-t-il.

Je ne sais pas pourquoi ils voulaient que je fasse ça, peut-être pour me donner un peu plus de possibilités si le hockey ne marchait pas comme carrière, ajoute-t-il avec un léger sourire.

Le principal intéressé entame, ce mercredi soir, sa huitième saison dans la Ligue nationale de hockey. Et, au fil du temps, il a côtoyé beaucoup de francophones. À Pittsburgh, où il a fait ses débuts, il a d'ailleurs eu le gardien Marc-André Fleury et le défenseur Kristopher Letang, tous deux originaires du Québec, comme coéquipiers.

Ces deux dernières saisons à Ottawa, il pouvait compter sur Thomas Chabot, entre autres.

Il y a beaucoup des joueurs dans la LNH qui viennent du Québec alors j'essaie de parler un petit peu en français avec [eux]. C'est la seule raison pour laquelle je peux me souvenir [de quoi que ce soit]!

À Toronto, pour rebondir... et gagner

Matt Murray est félicité après une victoire avec les Maple Leafs par son coéquipier Auston Matthews.

Matt Murray peut-il être le gardien de but qu'il était à ses débuts à Pittsburgh?

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

À ses premières années à Pittsburgh, Matt Murray a aidé les Penguins à gagner deux coupes Stanley, mais les choses se sont gâtées par la suite alors qu'il a connu plusieurs blessures.

Échangé à Ottawa avec un lourd contrat, il n'a malheureusement pas été en mesure de rebondir ces deux dernières saisons et c'est à Toronto qu'il espère connaître le succès à nouveau, devant la cage d'une équipe prétendante aux grands honneurs.

Ça a été difficile avec les blessures que j'ai eues les trois dernières années. C'est difficile de trouver un rythme parce que je ne jouais pas beaucoup [...] Maintenant, je suis en très bonne santé et je suis excité [de me mettre à la tâche], a-t-il dit.

D'ailleurs, partisans, sachez que la pression de connaître du succès sur le marché torontois ne l'inquiète pas.

J'essaie juste d'y aller journée par journée. C'est tout ce que je peux faire. Alors, c'est là où mon focus est, juste une journée [à la fois].

Les Maple Leafs n'avaient plus eu de joueurs qui parlent français au sein de leur formation depuis le départ du Québécois Frederik Gauthier au terme de la saison 2019-2020, mais ils en auront deux cette saison. En plus de Murray, l'équipe a mis sous contrat l'attaquant québécois Nicolas Aubé-Kubel au cours de l'été.

Le défenseur Travis Dermott a déjà confié qu'il a appris le français à l'école en Ontario, mais il n'a jamais accordé d'entrevue dans la langue de Molière. Il a été échangé aux Canucks de Vancouver l'an dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...