•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Repos complet pour Hugo Houle

Hugo Houle sur le podium au Tour de France

Hugo Houle sur le podium au Tour de France

Photo : afp via getty images / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Michel Chabot

Hugo Houle est rentré en Europe dès le lendemain de sa trop brève présence au Grand Prix cycliste de Montréal, il y a près de deux semaines, deux jours après un autre abandon de course à Québec. Sa saison maintenant terminée, il s’accorde une longue pause pour recharger ses piles, surtout que de petits ennuis de santé sont venus perturber sa quiétude.

Je vais être un mois sans rien faire, a-t-il confié en souriant depuis son domicile à Monaco. Pas d’efforts physiques du tout. J’ai un problème avec ma glande thyroïde, donc c’est encore plus important. Normalement, ce n’est pas très grave, il faut juste que je fasse un traitement pendant 15 jours.

Son état de santé pourrait expliquer la fatigue qu’il a ressentie en ses terres, mais il n'en est pas inquiété outre mesure.

« Mon cas semble assez facile. Selon la spécialiste que j’ai vue hier, ce n’est que ma thyroïde. Mes autres paramètres sont super beaux. Je n’ai pas trop de symptômes non plus, j’aurais pu perdre du poids ou avoir des chaleurs. »

— Une citation de  Hugo Houle

Un repos forcé, donc, pour l’athlète de 31 ans qui avait bien besoin de se la couler douce après la meilleure saison de sa carrière. Adepte de la bonne table, Houle devra toutefois s’abstenir de manger du homard ou du crabe.

Il faut juste que je ne mange pas de fruits de mer parce que ça contient beaucoup d’iode et ce n’est pas bon pour la thyroïde. Je ne suis pas misérable, je ne suis pas en souffrance.

Présence incertaine au Tour de France de 2023

Un sujet fait toutefois grincer les dents du cycliste de Sainte-Perpétue, celui de la fort probable éviction de son équipe Israel-Premier Tech (IPT) du World Tour, situation abordée sur ce site il y a quelques semaines.

Le classement pour les licences World Tour s'établit sur trois ans, 2020, 2021 et 2022, indique le gagnant de la 16e étape du Tour de France. Pour rester dans le World Tour, il faut être parmi les 18 meilleures équipes dans les points, et nous sommes 20es. Pour l’année prochaine, les invitations automatiques aux courses, comme le Tour de France, sont faites aux deux premières équipes hors du World Tour de la saison actuelle.

« En ce moment, TotalEnergies et Lotto Soudal sont devant nous, ce qui fait que nous n’avons pas l’invitation automatique pour le Tour de France si la situation reste comme ça. Le constat actuel, c’est ça, et l’UCI ne semble pas vouloir ajouter d’équipes. »

— Une citation de  Hugo Houle

Effectivement, David Lappartient, président de l’Union cycliste internationale (UCI), n’a aucune intention de bouger. Le nombre d'équipes du World Tour restera à 18. Malgré la pression exercée par Sylvan Adams, propriétaire d'IPT, qui menace de poursuivre l’UCI, Lappartient reste sur ses positions.

Ce n’est pas agréable d’être relégué, mais, dans le cas du football, si vous êtes dernier de la première division, vous descendez en deuxième division, a déclaré Lappartient à Cyclingnews jeudi. Ça fait partie du sport, vous devez accepter le résultat.

Adams n’est pas le seul patron d’équipe qui rugit. Eusebio Unzué, de Movistar, critique vivement le système de pointage, tandis que Jonathan Vaughters, d'EF Education-EasyPost, estime que des équipes pourraient disparaître.

Je n’ai rien contre le système de l’UCI qui fait descendre des équipes et en fait remonter, mais sur trois ans, ç’a un impact majeur, considère pour sa part Hugo Houle. Tu peux être moins bon durant une saison, je comprendrais à la fin de l’année que les 18 meilleures équipes restent dans le World Tour et que les autres descendent et l’année d’après on se reprend. Tu fais une saison de merde, pour ton commanditaire, c’est plus facile à digérer. On va être un an en bas et on va rebondir. On va être capable. Mais là, trois ans, c’est dur de justifier ça.

Cela dit, selon ce qu’il a entendu, quoiqu'il arrive, IPT ne disparaîtra pas.

« Je n’ai pas d’informations sur ce que fait l’équipe, mais le message à l’interne qu’on a eu, c’est que ça ne change pas la vision à long terme. Il n’y a pas de ouï-dire quant au futur de l’équipe, mais c’est sûr que c’est une situation qui est loin d’être idéale pour nous et c’est un pas en arrière pour l’année prochaine. Ce n’est vraiment pas ce que je souhaite, mais les faits sont ce qu’ils sont. On verra. »

— Une citation de  Hugo Houle

Les mondiaux au Québec dans quatre ans

Hugo Houle s’est par ailleurs montré très enthousiaste quant à la tenue des Championnats du monde à Montréal en 2026. Celui qui aura alors 35 ans ignore cependant s’il poursuivra sa carrière jusque-là.

Les Championnats du monde de cyclisme sur route auront bien lieu à Montréal en 2026. Au total, 11 titres seront à l'enjeu, soit 6 au contre-la-montre et 5 en ligne. Les commentaires d’Hugo Houle.

Ce sera un bon défi, on verra au fil des années comment ça va aller. C’est sûr que ce serait plaisant, mais il reste encore quatre ans. On va prendre ça une année à la fois et on verra si je me rends jusqu’en 2026 ou pas, mais ça donne une motivation supplémentaire.

Plusieurs coureurs continuent de rouler au-delà de la mi-trentaine, mais pour un Québécois, c’est plus compliqué que pour un Européen.

Ça se fait facilement, mais en étant tout le temps expatrié… On l’a vu avec Antoine Duchesne qui a vécu cette expérience et ça pèse, dit Houle. Je ne me projette jamais aussi loin. Une année à la fois et tant que la motivation est là, je vais continuer. Je n’ai pas particulièrement le mal du pays.

Je profite des belles années que j’ai en Europe, poursuit-il. Je suis heureux là-dedans. C’est juste qu’à un moment donné, on vieillit. Et c’est une réalité différente que celle des Européens qui voient leur famille et qui peuvent avoir des enfants. Pour nous, ça amène une complexité différente.

La retraite attendra, surtout après une saison aussi satisfaisante et prometteuse.

J’ai encore une marge de progression et de belles choses à accomplir, donc je me concentre sur l’année prochaine, a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !