•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La convivialité, l’essence même de la planche à roulettes

Il y a un groupe d'enfants avec des planches à roulettes.

Annie Guglia aide des enfants à réaliser une manoeuvre.

Photo : Alexandra Piché

Alexandra Piché

« Regarde, regarde, je peux faire un 50-50. Je peux faire plein de trucs aussi, même si parfois je dois essayer plusieurs fois. »

Théodore, 7 ans, était au parc de planche à roulettes de l’Esplanade du Parc olympique à Montréal, samedi matin, pour pratiquer sa passion aux côtés de plusieurs athlètes professionnels. L’événement, organisé par l’entreprise Vans, offrait des initiations gratuites à tous ceux qui le désiraient.

Théodore se promenait sur sa planche, vêtu de son chandail multicolore, pour montrer à ses idoles les manœuvres qu’il savait exécuter. Il a découvert la planche à roulettes à 5 ans. Maintenant, il partage sa passion avec plusieurs personnes.

Il y en a des plus vieux et des plus jeunes. J’ai commencé parce que je trouvais que c’est un sport vraiment cool, a-t-il glissé entre deux passages sur les modules.

Il est dans une courbe.

Théodore essaie sa manœuvre préférée.

Photo : Alexandra Piché

Plusieurs des jeunes avaient des bases en planches à roulettes. D’autres, comme Lexie, n’avaient jamais eu la chance de tenter l’expérience.

J’ai commencé aujourd’hui et je peux déjà faire plein de trucs sur ma planche, s’est-elle exclamée. Il y a des gens qui m’ont aidée et j’ai pratiqué par moi-même aussi, avec mon papa.

Avec son grand sourire, elle passait d’un athlète à l’autre pour faire la conversation. Pour une première fois, elle semblait plutôt à l’aise.

Il faut dire que la planche à roulettes est un milieu très convivial. Les planchistes professionnels étaient très accessibles. Certains tenaient la main des débutants pour leur permettre de rouler sans tomber, d’autres faisaient sauter des jeunes dans les airs pour qu’ils réussissent leur manœuvre.

Ce qui est important pour moi, c’est de donner une bonne expérience en skate aux jeunes, souligne l’athlète olympique Annie Guglia. Quand tu ne sais pas comment, c’est souvent là que tu vas tomber et avoir mal. J’aime mieux être prudente et qu’ils ne se fassent pas mal la première fois pour ne pas qu’ils commencent avec une mauvaise expérience, qu’ils prennent de la confiance aussi.

Elle tient une enfant par la main.

Annie Guglia souhaite que les enfants vivent une belle première expérience.

Photo : Alexandra Piché

À son plus grand bonheur, la Montréalaise était très populaire auprès des jeunes.

- Annie, Annie, viens avec moi. Est-ce que je dois garder mon casque?

- Oui. Si tu embarques sur ta planche, tu dois garder ton casque, c’est important.

Sourire aux lèvres, toute son attention était portée vers les jeunes.

Le skate, c’est un sport individuel, mais vraiment communautaire, explique Annie Guglia. L’autre jour, je parlais avec une plongeuse et elle s’entraîne vraiment dans un environnement contrôlé à la piscine. Moi, pour les compétitions ou les Jeux, je m'entraînais souvent ici ou dans les autres parcs de Montréal. Je me faisais souvent aborder par des jeunes. Ils ont l’impression de bien me connaître. Ils ne sont pas intimidés.

Ils prennent la pose devant la caméra.

Plusieurs athlètes professionnels étaient sur place pour aider les jeunes.

Photo : Alexandra Piché

Très connue dans le milieu, la planchiste professionnelle américaine Lizzie Armanto a été émue par le nombre d’enfants. Selon elle, ça montre que le sport continue d’évoluer.

La planche à roulettes est certainement en croissance, estime l'Américaine. Il y a des parcs partout, beaucoup d’enfants. Même en ligne, il y a tellement de nouveaux noms qui apparaissent tous les jours. C’est vraiment stimulant! Je me souviens de ma première fois ici, comment j’ai trouvé le parc spécial. De le voir aujourd’hui rempli avec la communauté locale, ça fait chaud au cœur.

Alex Auchu, directeur du marketing pour Vans Canada et l’un des organisateurs de l’événement, partage l’opinion d’Armanto. Il est heureux de voir son sport en bonne santé.

Je pense que de toute ma vie, je n’ai jamais vu le skateboard être aussi populaire, s’est-il exclamé.

Un entraîneur aide un jeune.

Plusieurs personnes étaient présentes pour assister les enfants.

Photo : Alexandra Piché

Il croit que les jeunes s'initient de plus en plus à la planche à roulettes parce qu’ils ont des modèles inspirants et beaucoup d’infrastructures pour s’entraîner. Selon lui, les athlètes professionnels adorent prendre part à des activités comme celle de samedi matin.

Plus il y a de gens exposés au skateboard, mieux c’est, reconnaît Alex Auchu. On veut que ces jeunes-là puissent apprendre de façon sécuritaire, de la bonne façon. On veut aussi qu’ils soient inspirés par des athlètes professionnels et par l’événement pour qu’ils puissent mieux comprendre c’est quoi le skateboard.

En marge de l’initiation, l’événement international le plus prisé par la communauté se préparait. En après-midi, les meilleurs athlètes du monde étaient réunis au Parc olympique dans des installations spectaculaires pour relever des défis hors du commun lors du Dime Glory Challenge.

Ils posent devant la caméra.

Mathilde et Renaud ne voulaient pas rater l'événement.

Photo : Alexandra Piché

Le jeune Renaud, accompagné de sa sœur Mathilde, est encore bien loin de pouvoir sauter plusieurs mètres dans les airs comme les professionnels, mais il avait un bon message à lancer à ceux qui faisaient leurs premiers pas dans le monde de la planche à roulettes.

Il ne faut jamais abandonner et essayer d’en faire tous les jours, une heure ou plus.

Un jour, peut-être que ce sera lui qui initiera les plus jeunes à ce sport qui le passionne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !