•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hugo Houle entre satisfaction et inquiétude

Le cycliste en entrevue à RDI.

Hugo Houle en entrevue à RDI

Photo : Radio-Canada

Michel Chabot

Hugo Houle est discrètement rentré au Québec lundi. Après quelques jours parmi les siens à Sainte-Perpétue, il a fait la tournée des médias, jeudi, pendant plus de quatre heures.

Il y a pas mal de distractions en ce moment, mais il faut rester concentré, dit celui qui est devenu, en juillet, le premier cycliste de l'histoire de la province à remporter une étape du Tour de France. Je me remets tranquillement du décalage horaire. Je suis content d’être là, ça fait plaisir de revenir au Québec.

À un peu plus d’une semaine des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal, Houle a vu de belles émotions refaire surface grâce à cette série d’entrevues.

Ça m’amène toujours un beau sourire quand je revois les images, confie-t-il. Tantôt en entrevue, je revoyais les images. C'est toujours impressionnant de revoir ce que je l’ai fait, que c’est moi. Ça vient encore me chercher.

L’athlète de 31 ans affirme que sa vie n’a pas changé. Personne ne l’a abordé à l’aéroport Trudeau. Et même en Europe, peu de gens l’approchent en public, malgré sa nouvelle gloire.

« Je me fais reconnaître à quelques reprises par des passionnées du sport qui suivent bien. Mais, en général, je suis encore très tranquille. Je peux faire mon épicerie sans me faire déranger. »

— Une citation de  Hugo Houle

Éternel coéquipier de l'ombre, le voilà devenu prétendant à la victoire de certaines épreuves. Après sa réussite à la Grande Boucle, il a ajouté une 2e place au classement général de la Course arctique de Norvège, en août. Mais l’homme, lui, reste essentiellement le même.

Pour moi, ça ne change rien, souligne-t-il. Dans l’équipe, on a nos moments. Des fois, on aide des coureurs. Quand on est bien, les coureurs nous aident. C’est le retour du balancier. Quand tu en donnes, tes coéquipiers sont toujours prêts à répondre quand c’est ton tour.

Son équipe pourrait toutefois perdre sa place dans le World Tour. Israel-Premier Tech (IPT) est au 20e rang, à 1000 points de la 18e et dernière place évitant une relégation.

Ce qui m’inquiète le plus c’est de ne pas participer au Tour de France. Dans la position qu’on est aujourd’hui, on n’est même pas invités automatiquement parce qu’on n'est pas dans les deux premières équipes pro continentales en termes de points.

De bons résultats deviennent donc impératifs dans les deux épreuves québécoises. Mais la pression ne l'étouffe pas.

« Je suis un compétiteur, j’ai envie d’être bon. Ma saison elle est faite, mes résultats sont là. Donc, ce qui viendra c’est du bonus. Je prends ça comme un jeu. On verra si je suis fort ou pas. »

— Une citation de  Hugo Houle

IPT déléguera donc ses plus forts coureurs la semaine prochaine. Outre Houle, Guillaume Boivin, Jakob Fuglsang, Giacomo Nizzolo, Sep Vanmarcke, Simon Clarke et Krists Neilands seront des courses au Québec.

L’automne s’annonce chargé pour la formation israélo-canadienne afin d’aller chercher les points manquants. Houle, lui-même, devra s’envoler vers Bruxelles quelques heures après la conclusion du Grand Prix de Montréal pour participer à une épreuve en Belgique trois jours plus tard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !